Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Patrimoine culturel La Bâtie d'Urfé Histoire du château

Un château Renaissance unique

Bienvenue au château de la Bâtie d'Urfé

C’est une chance, la Bâtie d’Urfé a pu être conservée telle que l’a imaginée son bâtisseur. À l’origine maison fortifiée du Moyen Âge, le bâtiment est progressivement transformé au 16e siècle par Claude d’Urfé, qui s’inspire de ses nombreux voyages, notamment italiens. Le château est un véritable témoignage de cette époque bouillonnante dans de nombreux domaines : artistique, mais aussi scientifique et littéraire.

Photo : Claude d'Urfé, dessin de CLOUET Jean (école de), intitulé Claude d'Urfé et réalisé au 16e siècle, conservé au musée Condé de Chantilly, sous le numéro d'inventaire DE MN 231 &#x3b; B 70 © Réunion des musées nationaux
Dessin de Claude d'Urfé datant du 16e siècle

Claude d’Urfé, un destin exceptionnel

Gouverneur royal et bailli du Forez, Claude d’Urfé, naît en 1501. À la mort de son père, il est envoyé à la Cour de France pour être élevé avec François d’Angoulême, le futur François Ier. Il sera très fidèle à son roi qui lui confie d’importantes missions. Il participe au concile de Trente à partir de 1546. Ensuite ambassadeur auprès des Papes, il revient en France pour terminer sa carrière auprès d’Henri II en qualité de gouverneur des Enfants de France jusqu’à sa mort en 1558. 

Des influences humanistes

Claude d’Urfé a rencontré les plus célèbres intellectuels et artistes de son temps. Humaniste, le gentilhomme était considéré comme un fin lettré. C'est son petit-fils Honoré d'Urfé qui écrira au début du 17e siècle le célèbre roman pastoral L'Astrée.

Dès l’entrée du château, un sphinx accueille le visiteur : il garde l’accès à la rampe cavalière qui conduit à la bibliothèque. Sur sa poitrine, un cartouche portant une inscription latine (« Sphingem habe domi ») invite à posséder chez soi un sphinx, symbole de la connaissance. En effet, pour les auteurs de la Renaissance, cet animal énigmatique et symbolique fait référence à un mythe grec et à la connaissance des textes d’auteurs anciens. Claude d’Urfé avait d’ailleurs réuni une fabuleuse bibliothèque de 4 600 ouvrages, malheureusement disparue aujourd’hui.

La grotte et la chapelle du domaine sont également une illustration de l’humanisme de la Renaissance et l’aboutissement d’un programme décoratif qui fait la particularité de la Bâtie d’Urfé. 


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :