Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Manufrance nous dévoile ses archives...

ÉPISODE 2

Le Tarif-Album, un catalogue révolutionnaire

Manufrance

Deux mois, c’est le temps qu’il aura fallu à l’équipe des Archives départementales chargée de l’opération Manufrance pour effectuer un premier tri des 150 m3 de documents composant le fonds de l’entreprise ligérienne.

Manufrance nous dévoile ses archives…

Avancement du tri

Cette première étape a permis de répartir la masse de documents dans « des caisses », donnant lieu à une répartition réfléchie par thème et de transférer ce « Vrac » au sein de locaux plus adaptés : l’ancienne Manufacture d’Armes de Saint-Étienne.

Ce nouvel espace de travail se situant à proximité des Archives, permet d’abriter les 3 200 caisses de documents ainsi que d’exploiter au mieux le premier tri.  
En effet, la nouvelle répartition des documents par thème, de même que son inventaire informatique vont permettre à l’équipe chargée de l’inventaire du fonds d’analyser et de comprendre de manière plus précise le fonctionnement de l’entreprise stéphanoise. 


Manufrance nous dévoile ses archives…

Traces d’archives


En 1885, Étienne Mimard et Pierre Blachon rachètent une assez modeste affaire de ventes d’armes par correspondance et décident de la développer avec un atelier de fabrication. Les deux associés axent dans un premier temps leur production dans le domaine de l’arme de chasse, présentée à la clientèle au moyen du « Tarif-Album », un petit catalogue dans lequel sont illustrés les différents produits issus des ateliers.

En 1889, Étienne Mimard augmente la diffusion du Tarif-Album en la faisant passer de 20 000 à 300 000 exemplaires. De plus, il l’envoie gratuitement aux chasseurs dont il avait pu relever le nom dans les registres des titulaires du permis de chasse issus des mairies.


Le succès est total, faisant ainsi passer l’entreprise stéphanoise du statut d’atelier à celui de Manufacture. Le Tarif Album permet à l’entreprise de s’exporter dans toute la France, mais aussi dans le monde entier, présentant d’année en année les nouvelles productions de la société. En effet, les fabrications de l’entreprise, devenue Manufrance pour des raisons commerciales, vont se diversifier et se concentrer sur deux autres pôles majeurs : la bicyclette et la machine à coudre. Ce Tarif Album n’était pas seulement un catalogue de présentation de produits et un outil commercial, il incarnait également le rôle d’un instrument de publicité et de reconnaissance partout où il était feuilleté.


Manufrance nous dévoile ses archives…

Le document ci-contre est une épreuve de ce Tarif-Album datant de 1950, une épreuve pouvant se rapprocher de ce qu’on nomme « maquette », c'est-à-dire étape de conception. 

On trouve à l’intérieur de celle-ci toute la gamme des fusils, carabines, revolvers, munitions […] produite par l’entreprise à cette époque : l’Idéal (1887), le Simplex (1908), le Robust (1913), le Français (1914) […].

Cette épreuve a également l’intérêt de montrer la conception du catalogue et l’objectif que celui-ci visait. En effet, les premières pages ne présentent pas les produits mais l’entreprise ainsi que ses différentes activités et son fonctionnement. Une fiche d’identité de l’entreprise, sa ligne de conduite, ses principes, ses maisons de vente, les conditions d’expédition […] témoignent de la volonté d’Étienne Mimard de faire connaître sa société avec les  différents rouages de son fonctionnement.

L’idée de ce catalogue est un véritable succès, mais Mimard ne s’arrête pas là et complète le Tarif-Album par le Chasseur Français, le premier journal de loisirs qui va lui aussi devenir un véritable fleuron de l’entreprise.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :