Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Manufrance nous dévoile ses archives...

ÉPISODE 3

Étienne Mimard, « un Capitaine d’entreprise »

Manufrance

Le premier tri terminé, l’équipe des Archives départementales a commencé une analyse précise des documents thème par thème.
Le thème « Actions/Actionnaires » a été le premier sur lequel s’est penchée l’équipe...

Avancement du tri

Il a été désigné comme prioritaire à traiter pour diverses raisons notamment sa petite ampleur (30 caisses), ce qui permettait de rôder l’organisation et la gestion de l’espace. Il aura fallu environ une semaine de travail pour inventorier de manière détaillée chaque liasse et document contenus dans cette rubrique.
De nombreux documents traitant du statut de la société Manufrance, de la gestion de son capital, mais aussi de ses investissements dans diverses sociétés ont été ainsi découverts.

Ayant fini de traiter le thème Actions/Actionnaires, l’équipe découvre maintenant, grâce aux 40 caisses de la rubrique Direction juridique et fiscale, les différentes affaires juridiques qui ont émaillé l’histoire de la société, ainsi que les différentes fonctions exercées par ce service.


Manufrance nous dévoile ses archives…

Traces d’archives

« Capitaine d’entreprise » c’est ainsi que l’on pouvait définir Étienne Mimard. Il sut faire évoluer son affaire en y développant sans cesse les différents secteurs d’activité. Étienne Mimard la dirigea pendant près de soixante ans, de 1885 date de la création, à 1944 date de sa mort.

Les documents présentés sont à la fois symboliques de par leur signification mais également intéressants pour comprendre le dynamisme injecté dans l’entreprise et l’accroissement que celle-ci a connu en l’espace d’un demi-siècle.


Manufrance nous dévoile ses archives…

En 1903, on ne parle pas de Manufrance mais de la Manufacture française d’Armes et de Cycles de Saint-Étienne, elle n’est pas une société anonyme mais une société en commandite par actions, c'est-à-dire une société dont le capital est divisé en actions mais comprenant deux catégories d’associés.

D’un côté les commanditaires ayant le rôle d’actionnaires et dont la responsabilité est limitée au montant de leurs apports. Puis, le commandité et ses associés qui font face aux dettes sociales et parmi lesquels on trouve généralement le ou les gérants, notamment en 1903 Étienne Mimard et Pierre Blachon. Les deux certificats de titre nominatif appartiennent aux deux associés.   

Enfin, le document ci-dessous est lié au premier titre nominatif. C’est un certificat qui atteste les actions possédées par Étienne Mimard. Au verso de ce certificat, on trouve le paiement des dividendes opéré lors des différents exercices, réalisé par l’intermédiaire de coupons que l’on détachait de son titre.


Étienne Mimard et Pierre Blachon étaient, en 1903, à la tête d’une entreprise avec un capital de six millions de francs.
En 1944, Étienne Mimard décède, il avait institué par testament la ville de Saint-Étienne comme légataire universel, tout en lui donnant la moitié de ses actions, l’autre moitié revenant à sa femme.
Ainsi, la ville de Saint-Étienne se retrouva actionnaire majoritaire d’une société devenue société anonyme avec un capital de 60 millions de francs.
Cet accroissement de l’entreprise légitime le fait que l’on considère Étienne Mimard comme un modèle de « Capitaine d’entreprise ».

certificat1


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :