Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Manufrance nous dévoile ses archives...

ÉPISODE 6

Le service achats de Manufrance, "une clé de voûte" de l'entreprise

Le service achats de Manufrance, "une clé de voûte" de l'entreprise

C'est dans les années 1960 avec l'arrivée de la société de consommation que le service Achats de Manufrance voit son rôle s'accroître au détriment du département des produits manufacturés, c'est-à-dire le service de production. C'est dans ce contexte que le négoce prend de l'importance pour devenir finalement l'une des clés de voûte de l'entreprise stéphanoise.

Rayonnage

Avancement du tri

Avec la complicité d'anciens de Manufrance et de leurs témoignages, l'équipe chargée du tri a pu commencer le classement des documents issus de la direction et des services achats de l'entreprise. Ces derniers composent une importante partie du fonds soit environ 170 mètres linéaires. Ainsi, il est possible de trouver et de comprendre les différentes activités de ce service par une correspondance abondante, datant des années 1970. On peut également trouver des échanges plus anciens avec des fournisseurs servant l'entreprise durant les années 1930. Cette correspondance démontre à la fois l'importance du relationnel entre l'entreprise et ses fournisseurs, les obligations et les activités des différentes parties mais également le cheminement suivi par la marchandise commandée par Manufrance.

Grâce à la richesse de cette partie du fonds et les témoignages des personnes ayant connu ce secteur, il est possible de mesurer l'impact économique que pouvait avoir l'entreprise stéphanoise au niveau régional, national, voire international.


Correspondance avec La Boule Obut

Traces d'archives

Comme mentionné auparavant, le fonds Manufrance est constitué d'une importante quantité d'archives issues du service Achats. Ces documents proviendraient directement des bureaux de ce service.

La direction achats de Manufrance s'organisait en treize services qui se répartissaient les différents "rayons" : pêche, chasse, outillage, habillement, agriculture... Les services devaient dans un premier temps trouver les fournisseurs susceptibles de proposer des produits intéressants. Même si les services effectuaient des recherches, la notoriété de Manufrance incitait les fournisseurs à se manifester d'eux-mêmes. Une fois le choix effectué, Manufrance passait ses commandes pour les articles qu'elle désirait vendre. Le prix défini, et la commande acceptée par le fournisseur, s'ensuit la gestion administrative et logistique accompagnée du paiement et de la livraison de la marchandise. 
De plus, les services constituaient la partie du Tarif-Album concernant leurs rayons : choix des articles, organisation et présentation des pages. 


Préparation catalogue 1977

Enfin, le nombre important de fournisseurs illustre la richesse que représentait le Tarif-Album. La notoriété de l'entreprise constituait l'une de ses forces. Elle lui permettait de proposer un choix considérable de produits au niveau national voire international, à une clientèle pensant souvent que tout était produit par Manufrance. Celle-ci obtenait également des prix intéressants et se permettait de demander des stocks d'avance chez les fournisseurs sans les régler au préalable. En contrepartie, le fournisseur paraissait au sein du Tarif-Album, un atout publicitaire incomparable pour lui.

Durant les années 1970, bien que la direction achats soit restée l'une des clés de voûte de l'entreprise stéphanoise, la mauvaise gestion des stocks conjuguée à un mauvais choix d'articles contribua à la décadence.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :