Accueil SOLIDARITÉ & FAMILLES Assistants familiaux Métier d'assistant familial

LE METIER D’ASSISTANT FAMILIAL

Une profession en mutation

Autrefois la nourrice, hier la gardienne, on parle aujourd’hui de l’assistant familial.

Le départ de la nourrice ou Les trois âges - Etienne Jeaurat 1730

La mise en nourrice de nouveaux-nés a concerné toutes les couches de la société et ce depuis l’Antiquité. La fonction première des nourrices était de nourrir les enfants voués à la mort. Il existait « les nourrices au loin », la plupart du temps en campagne, qui accueillaient les enfants chez elles et les élevaient, et les « nourrices sur lieu », qui étaient placées au sein des familles qui les employaient.

 

Au XIIe siècle, sont érigés à Paris des « bureaux des nourrices » gérés par les femmes nommées « recommanderesses » et chargées du recrutement des nourrices. Les nourrices doivent passer devant un médecin qui goûtera le lait pour être sûr de sa qualité.
Vers 1350, la notion de salaire apparaît : un écrit royal fixe le montant des sommes versées aux nourrices.


Le XIXe siècle voit l’apogée de « l’industrie nourricière ». Il s’agit d’une activité de services à domicile, soumise aux lois de l’économie de marché.

 

A partir de 1850, le contrôle médical des enfants issus des milieux populaires s’étend. Des sociétés de protection infantile apparaissent et les enfants accueillis en nourrice sont très suivis.
Une première législation, la loi Roussel en 1874, institue un code des droits et des devoirs de la nourrice pour lutter contre la moralité et les abus liés aux placements nourriciers. Une surveillance de la famille d’accueil par un médecin est imposée.

 

Dans la première moitié du XXe siècle, l’accueil en nourrice diminue. Les biberons à stériliser apparaissent et l’allaitement artificiel est fortement encouragé, grâce aux découvertes de Louis Pasteur. Progressivement, les parents se mettent à garder leurs enfants chez eux. La médecine va encourager les mères à élever elles-mêmes leurs enfants.

 

 

En 1945, une des préoccupations de l’époque est l'abaissement de de mortalité infantile. C’est à cette date, qu’apparaît la Protection Maternelle et Infantile (PMI).
L’une de ses missions est d’organiser la surveillance des placements nourriciers. La fonction de nourrice  évolue peu à peu vers une fonction de garde et de soins. Les nourrices sont également appelées « gardiennes ».

 

Il faudra attendre la loi de 1977, pour que les gardiennes accèdent au statut d’assistante maternelle, c'est-à-dire une personne qui a pour fonction d’assister les parents dans leurs tâches éducatives, auprès de leur enfant. Cette loi instaure aussi un statut professionnel précisant les modalités d’agrément délivrés par la PMI.

 

Depuis la loi du 27 juin 2005, on distingue deux métiers fondamentalement différents : celui des assistants maternels et celui des assistants familiaux.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :