INITIATIVES
Cabaret L’élégance
Mai-juin 2016
Mustapha Kerroua

Ouvrir la rue aux artistes

46 ANS, DIRECTEUR ARTISTIQUE ET CRÉATEUR DU FESTIVAL LA RUE DES ARTISTES A SAINT-CHAMOND.

« Apporter la culture au plus près des citoyens », tel a toujours été l’objectif de Mustapha Kerroua. En 1997, ce passionné réinvente l’identité culturelle de Saint-Chamond. Il concocte trois jours de festivités aux multiples saveurs artistiques, fait venir des artistes de rue et installe des expositions dans la ville. Président de l’association Atout monde, il s’appuie sur le symbole couramiaud qu’est le chat en faisant décorer par les écoliers des félins en contre-plaqué. Une tradition qui perdure depuis près de vingt ans, puisque les chats peints par les enfants sont aujourd’hui encore annonciateurs du festival. D’année en année, la programmation de La rue des artistes monte en puissance, notamment en ce qui concerne les concerts. « Nous avons désormais des têtes d’affiche avec des artistes de renommée régionale, nationale et internationale. » Mustapha Kerroua chérit sa ville et aime voir ses habitants heureux. Il prépare pendant neuf mois chaque édition en lien avec 70 bénévoles pour donner du baume au coeur à plus de 10 000 spectateurs. Aucun doute que la 19e édition de ce festival populaire et familial réussira une fois de plus son pari.

Au programme : le groupe libanais The Wanton Bishops (blues garage), de l’électro, dix compagnies de cirque dont Nando e Maila, Thomas Pitiot, le reggae du Jamaïcain Max Romeo… et bien d’autres surprises. Sans oublier une clôture en beauté avec Natacha Atlas !

 

FESTIVAL LA RUE DES ARTISTES
19e édition

Du 16 au 19 juin 2016 Parc Nelson Mandela à Saint-Chamond

Au programme : le groupe libanais The Wanton Bishops (blues garage), de l’électro, dix compagnies de cirque dont Nando e Maila, Thomas Pitiot, le reggae du Jamaïcain Max Romeo… et bien d’autres surprises. Sans oublier une clôture en beauté avec Natacha Atlas !

Gratuit

Bonus WebHUB 1189Le chat, symbole de Saint-Chamond

Autrefois, le 24 juin, les chanoines célébraient la fête de la Saint Jean-Baptiste autour d’un gigantesque feu qui symbolisait la purification et le renouveau, dressé sur l’actuelle place de l’observatoire de Saint-Chamond. À l’aide d’un mât, ils suspendaient au-dessus une cage en osier dans laquelle ils enfermaient des chats noirs, incarnant le démon. Soit les pauvres animaux étaient soit brûlés, image de la purification du péché par le feu, soit ils parvenaient à s’échapper du brasier, lorsque la cage tombait et se brisait. Les habitants prenaient alors plaisir à courir après les chats. « Cours miaou, cours miaou »… est progressivement devenu « Couramiaud » qui signifie « coureur de chat ». Aujourd’hui, nous appelons toujours les habitants de Saint-Chamond les Couramiauds !

Crédit photo : Hubert Genouilhac

 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +