TRIBUNES LIBRES

 

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

LE DÉPARTEMENT AUX CÔTÉS DES LIGÉRIENS  !

La situation financière de l’ensemble des départements est particulièrement tendue. Entre la baisse drastique des dotations de l’État et la hausse des dépenses obligatoires, la Loire est confrontée à un redoutable effet ciseaux.

Sur la période 2014-2017, le manque à gagner en dotation de l’État pour le Département de la Loire se chiffre à près de 95 millions d’euros. La ponction de l’État est massive, violente.

Cela va représenter pour le Département près de 20 millions d’euros de ressources en moins pour la seule année 2017.

Pourtant, pour la 7e année consécutive, le Département a fait le choix, conformément aux engagements de la majorité départementale, de ne pas augmenter les impôts en 2017. Cette action volontariste est rendue possible grâce à la maîtrise rigoureuse des dépenses et à une gestion efficiente.

Dans le même temps, le Département maintient ses investissements dans les territoires. Pour 2017, ce sont plus de 93 millions d’euros qui seront mobilisés :

pour entretenir les 3 798 km de routes départementales et améliorer vos déplacements avec cette année la déviation de la RD8 à Sury le Comtal, l’aménagement de l’échangeur A72/RD3498 à La Fouillouse et Andrézieux ou bien l’amélioration du réseau TIL.

pour maintenir des transports publics de qualité avec la gestion des 520 circuits scolaires. – pour entretenir nos collèges, avec par exemple la restructuration totale du collège Honoré d’Urfé à Saint-Étienne, la restructuration de la demi-pension et du pôle technologie du collège Anne Franck à Saint- Just-Saint-Rambert, l’installation de contrôle d’accès dans 7 collèges (Grand Croix, Panissières, Jean de La Fontaine Roanne, Marc Seguin Saint-Étienne, Renaison, Noirétable, Le Coteau),

pour valoriser le territoire par le développement de la pratique du vélo avec notamment la mise en service de la voie verte entre la Saône-et-Loire et Roanne (20 km) ou la poursuite des études pour la véloroute voie verte dans la Plaine du Forez entre Roanne et Saint-Just- Saint-Rambert (100 km)

pour soutenir les projets des communes : c’est par exemple permettre l’ouverture d’une classe, la création d’un équipement sportif, la réhabilitation de la place du village, la construction d’une station d’épuration… C’est un soutien massif de 130 M€ sur 5 ans.

Tout en développant les services à la population, le Département accompagne des projets concrets porteurs de retombées immédiates en termes d’activité, d’emploi, d’attractivité, de cadre de vie.

Nous avons aussi fait le choix d’un budget solidaire. Cette année, nous consacrerons plus d’1,2 M€ par jour pour nos missions de solidarité. Grâce à cette mobilisation sans précédent, nous renforçons notre action en faveur de l’enfance et des familles. Nous aidons davantage les personnes dépendantes grâce à la prise en charge de l’allocation personnalisée d’autonomie et la création de places d’hébergement pour les seniors.

Les faits ont l’avantage d’en dire plus et mieux que les longs discours.

Pour vos élus de la majorité, faire de la politique n’est rien d’autre que cela : dynamiser notre territoire, pour gagner, tous, en qualité de vie.

 

Les élus du Groupe Union pour la Loire www.unionpourlaloire.fr         

Canton d’Andrézieux-Bouthéon : Michèle Maras et Sylvain Dardoullier
Canton de Boën-sur-Lignon : Chantal Brosse et Pierre-Jean Rochette 
Canton de Charlieu : Clotilde Robin et Jérémie Lacroix
Canton du Coteau : Véronique Chaverot et Daniel Fréchet
Canton de Feurs : Marianne Darfeuille et Pierre Véricel
Canton de Montbrison : Annick Brunel et Jean-Yves Bonnefoy
Canton du Pilat : Valérie Peysselon et Bernard Bonne
Canton de Rive de Gier : Séverine Reynaud et Jean-Claude Charvin
Canton de Saint-Chamond : Solange Berlier et Hervé Reynaud
Canton de Saint-Étienne 1 : Fabienne Perrin et Georges Ziegler
Canton de Saint-Étienne 2 : Alexandra Custodio et Jean-François Barnier
Canton de Saint-Étienne 4 : Christiane Jodar et Paul Celle
Canton de Saint-Just Saint-Rambert : Colette Ferrand et Alain Laurendon
Canton de Sorbiers : Corinne Besson-Fayolle et Bernard Philibert

 


 

GROUPE GAUCHE RÉPUBLICAINE ET CITOYENNE

PROTÉGEONS NOTRE CAPACITÉ À ASSUMER AU MIEUX NOS MISSIONS DE SOLIDARITÉ HUMAINES ET TERRITORIALES !

Avec l’asphyxie de l’autonomie de notre Institution, la prétendue réforme territoriale déstabilise le bon exercice de nos missions de solidarité. Mais cette situation ne doit pas cautionner le retrait des financements que nous apportons aux associations dont l’action préventive répond à nombre de nos préoccupations et missions.

Il en est ainsi des associations qui oeuvrent au plan éducatif pour que chaque jeune puisse avoir la même chance de construire son avenir. Retirer ou réduire notre soutien au réseau associatif éducatif va à l’encontre des besoins criants de notre société, en mal de cohésion sociale. Et pourtant, les orientations budgétaires qui nous ont été proposées envisagent des coupes inquiétantes pour l’avenir des structures en charge d’accompagner ainsi notre Jeunesse. Mais d’autres perspectives nous inquiètent tout autant !

Ainsi, nous devrions mieux soutenir les initiatives qui apportent des solutions innovantes pour renforcer l’autonomie des personnes face à la dépendance imposée par le vieillissement ou les accidents de la vie. Il en est de même pour les associations et acteurs socio-économiques qui soutiennent la vitalité des espaces ruraux abandonnés par l’économie « compétitive ».

Pour nos communes et territoires, certes, nous apprécions les bonnes intentions de notre futur dispositif de solidarités territoriales qui mise sur la proximité et la responsabilité des élus, avec le souci de l’efficacité de l’action dans la proximité de nos territoires, villes et villages. Mais nous craignons tous que les moyens qui lui seront alloués ne soient pas à la hauteur des besoins ! Résister pour préserver notre capacité d’agir efficacement, là où sont nos missions de solidarité, est devenu la priorité ! Il serait donc déraisonnable que les quelques marges de manoeuvre dont nous disposons soient captées par ce projet aussi anachronique et illusoire qu’est l’A 45, dont le tracé chimérique arrive sur un bouchon déjà existant après avoir impacté des espaces agricoles et naturels si utiles pour compenser l’extrême urbanisation et concentration des activités qui a atteint ici ses limites !

Jean Bartholin, Violette Auberger, Pascale Vialle-Dutel


 

GROUPE LOIRE SOLIDAIRE

ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2017 : LA MAJORITÉ FACE À SES CONTRADICTIONS !

À l’occasion du débat d’Orientations Budgétaires pour 2017, l’exécutif départemental a poursuivi son exercice de lamentations quant aux diverses baisses de dotations dont il est « victime ». Bien que réelles, ces baisses, que nous regrettons et condamnons, ne doivent pas occulter la réalité budgétaire de la Collectivité : par rapport à 2016, les « recettes de fonctionnement » (dotations, fiscalité, etc.) augmentent de plus de 8 millions d’euros, alors même que le Département a perdu un certain nombre de compétences, et donc les dépenses qui y étaient liées. En clair : il est trop facile pour la majorité de se « cacher » derrière les baisses de dotations pour éviter de devoir justifier ses choix politiques, qu’elle va au contraire devoir assumer devant les Ligériens !

Par ailleurs, la droite vient de désigner son candidat à l’élection présidentielle. Le programme de celui-ci prévoit notamment une baisse de plus de 100 milliards d’euros dans la dépense publique. Le quart de ces efforts reviendrait aux Collectivités locales ! En d’autres termes, le programme que l’exécutif départemental soutient est sans commune mesure et autrement plus violent que ce que nous connaissons depuis quelques années en matière de dotations aux Collectivités. Le discours des élus de droite dans la Loire restera-t-il le même en cas d’alternance ?

Bien évidemment, nous ne pouvons pas faire abstraction de l’augmentation constante et contrainte des dépenses qui échoient aux Départements, et particulièrement du RSA. À ce sujet, 2016 aura vraiment été l’année des occasions manquées. L’idée d’étudier la prise en charge par l’État de l’intégralité du financement du RSA avait en effet été mise sur la table. Il s’agissait de faire reposer le RSA sur la solidarité nationale plutôt que sur les finances locales, et de corriger ainsi une injustice qui aura creusé les inégalités financières entre les départements et donc entre les citoyens, et qui a même conduit certains Présidents à s’arroger le droit à déterminer à qui, combien et à quelles conditions délivrer une allocation, au mépris de l’égalité républicaine et territoriale. Par posture politicienne, une majorité de Présidents de Conseils départementaux de droite a refusé tout compromis et ainsi empêché les Départements de retrouver une véritable bouffée d’oxygène sur le plan financier, car le retrait du RSA des budgets départementaux aurait compensé toutes les baisses de dotations du monde ! Il aurait suffi d’un peu de bonne volonté et d’un peu moins d’interférences politiques. Tant pis pour nos territoires !

Alors au final, l’on est en droit de se demander : au-delà des discours politiciens, qui défend réellement les Départements lorsque l’on parle de la baisse de leurs ressources et de l’augmentation contrainte de leurs dépenses ?

Les élus du groupe « Loire Solidaire » vous présentent, à vous ainsi qu’à vos proches, leurs meilleurs voeux pour 2017. Sachez pouvoir compter sur notre entière mobilisation pour faire entendre avec force, la voix des plus faibles au sein de l’Assemblée départementale.

 

Le Président, Pierrick Courbon, et ses collègues Arlette Bernard, Brigitte Dumoulin, Joseph Ferrara, Régis Juanico, Jean-Jacques Ladet, Éric Michaud, Nadia Semache, Marie-Michelle Vialleton

Groupe « Loire Solidaire », Socialistes, Écologistes et Apparentés
9, rue Charles de Gaulle - 42000 Saint-Étienne
Tél. : 04 77 59 32 03

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :