INITIATIVES
Mars-Avril 2017
Laurent Pique

UNE PASSION QUI FAIT MOUCHE

Des tiges de fer forgé, des perles, des poils de chevreuil, des plumes de faisan…

Installé à Rivas, Laurent Pique est l'un des rares fabricants français de mouches de pêche. Après avoir enseigné le golf pendant vingt ans, cet amoureux de la nature et des insectes a lancé en 2014 le site De plumes et d'acier pour commercialiser ses créations. « Je pêche à la mouche depuis que j'ai 15 ans. C'est un loisir sportif encore mal connu en France et très respectueux de l'environnement. D'ailleurs, le poisson est toujours remis à l'eau. »

Pour leurrer des truites, ombres ou autres poissons carnassiers, la mouche artificielle est propulsée au bout d'une longue ligne appelée la soie. Elle doit imiter l'aspect et le comportement dans l'eau de la proie. C'est donc avec une extrême minutie que Laurent sélectionne ses matériaux pour confectionner des mouches mais aussi des larves, papillons, fourmis... Selon la saison et la météo, le pêcheur doit en effet choisir les bonnes armes. « Il faut observer ce qui vole au-dessus de l'eau et comment se comportent les poissons ! »

À 52 ans, cet artisan produit à la main une centaine d'articles par jour. Et propose des dizaines de modèles différents à ses clients français et étrangers. Pour les valoriser, il s'est même formé à la macrophotographie, et vend depuis peu ses photos sur toile. Bref, pas le temps de regarder voler les mouches

UNE TECHNIQUE PARTICULIÈRE ET UN ÉTAT D’ESPRITBonus Web

La pêche à la mouche est à la fois une activité de pleine nature, un loisir et un sport qui consiste à pêcher un poisson avec un leurre nommé mouche de pêche qui dans la plupart des cas représente soit un insecte, soit sa larve. Elle permet de prendre de nombreux types de poisson (truite, ombre…) dans des milieux variés : eau douce ou eau salée, rivières ou étendues d'eau.

Cette technique de pêche de loisir est caractérisée par :
- L'utilisation de mouches artificielles,
- L'utilisation d'une ligne, appelée soie, dont le poids et l'épaisseur sert à propulser la mouche au moyen du lancer dit « fouetté », une technique bien particulière qui nécessite un apprentissage.

Les pêcheurs à la mouche sont généralement très sensibles à la préservation environnementale : passionnés de nature, ils convoitent un idéal de nature sauvage, préservée. Ils attachent une grande importance au respect du poisson, qu'ils remettent à l'eau même lorsque leurs prises dépassent la taille légale de capture. Tout un état d'esprit !

Crédit photos : Fabrice Roure - Laurent Pique/De plumes et d'acier

sonsPodcast - Version sonore

 

 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +