TRIBUNES LIBRES

Septembre-Octobre 2017

 

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

UNE RENTRÉE SUR TOUS LES FRONTS

La rentrée scolaire est souvent considérée, à juste titre, comme le temps d'un nouveau départ pour les élèves et les enseignants. C'est aussi, pour le Département de la Loire, le temps du bilan.

Le Département, qui a la charge des collèges, accueille chaque année 37 000 élèves au sein de 50 collèges publics et 27 collèges privés répartis sur tout le territoire de la Loire. Nous insistons sur ce dernier point, car notre action dans le domaine de l'éducation répond à une volonté de présence et de développement territorial. En 2017, 26,6 M€ sont consacrés aux collégiens dont 11 M€ pour les travaux de rénovation des bâtiments. À ce jour, nous avons réalisé 19 restructurations complètes d'établissements. Ainsi, après le collège Jules Ferry de Roanne entièrement rénové, c'est le collège Honoré d'Urfé à Saint-Étienne qui est achevé pour cette rentrée 2017.

Cette rentrée est aussi placée sous le signe du numérique !
Une révolution pédagogique est en marche et la Loire fait partie des wagons de tête. Un coup d'accélérateur a été porté, depuis plusieurs années maintenant, à l'équipement numérique des collèges en ordinateurs, en tablettes, en tableaux interactifs et en classes mobiles.
Par ailleurs, avec le Cybercollège.fr, lieu de partage et d'information pour les élèves, les parents, les équipes pédagogiques et administratives, nous avons lancé la généralisation du service gratuit et illimité #JeRévise ! Cette plateforme de soutien scolaire en ligne propose des milliers de quiz, QCM et exercices à trous permettant aux élèves de combiner jeux et apprentissages, de la 6e à la 3e.
L'équipement des collèges est une mission fondamentale, qui recouvre différentes réalités sur le terrain.
À l'heure où l'ordre public est menacé dans notre pays, nous nous sommes mobilisés pour la mise en sécurité des établissements scolaires, notamment en accompagnant l'installation de caméras de vidéo protection aux abords des collèges en étroite collaboration avec tous les acteurs concernés et notamment les communes. 7 collèges sont équipés et 17 collèges bénéficieront en 2017 de ce dispositif qui, pour vos élus de la majorité, contribue à la réussite éducative et favorise ce sentiment de sécurité nécessaire à tout le monde. Notre objectif est d'équiper l'entrée de tous les collèges de la Loire d'ici 2020.
Étudier dans les meilleures conditions est essentiel. Mais le temps du repas a aussi son importance.
Chaque année, 2 millions de repas sont servis dans les restaurants scolaires des collèges publics de la Loire. Cette année, les restaurants scolaires continueront à proposer aux élèves des plats sains et équilibrés, en portant un effort particulier sur l'utilisation de produits issus des exploitations agricoles de la Loire.
Et pour que cette pause méridienne soit un vrai moment de détente pour les collégiens, nous veillons au déploiement de buffets-bars. Très apprécié par les collégiens, le buffet-bar leur permet de se servir eux-mêmes et de créer leur propre repas équilibré. 28 restaurants scolaires ont déjà mis en place cet « îlot ».
Vous pouvez le constater, notre majorité ne transige pas en matière d'éducation. Nous restons ambitieux et déterminés pour offrir le meilleur cadre éducatif et les plus belles perspectives de réussite aux collégiens ligériens.
Bonne rentrée à toutes et à tous !

 

Les élus du Groupe Union pour la Loire
www.unionpourlaloire.fr 

Canton d’Andrézieux-Bouthéon : Michèle Maras et Sylvain Dardoullier
Canton de Boën-sur-Lignon : Chantal Brosse et Pierre-Jean Rochette
Canton de Charlieu : Clotilde Robin et Jérémie Lacroix
Canton du Côteau : Véronique Chaverot et Daniel Fréchet
Canton de Feurs : Marianne Darfeuille et Pierre Véricel
Canton de Montbrison : Annick Brunel et Jean-Yves Bonnefoy
Canton du Pilat : Valérie Peysselon et Bernard Bonne
Canton de Rive-de-Gier : Séverine Reynaud et Jean-Claude Charvin
Canton de Saint-Chamond : Solange Berlier et Hervé Reynaud
Canton de Saint-Étienne 1 : Fabienne Perrin et Georges Ziegler
Canton de Saint-Étienne 2 : Alexandra Ribeiro Custodio et Jean-François Barnier
Canton de Saint-Étienne 4 : Christiane Jodar et Paul Celle
Canton de Saint-Just Saint-Rambert : Colette Ferrand et Alain Laurendon
Canton de Sorbiers : Corinne Besson-Fayolle et Bernard Philibert

 


 

GROUPE GAUCHE RÉPUBLICAINE ET CITOYENNE

COMMENT DÉFENDRE NOTRE INSTITUTION DÉPARTEMENTALE !

Notre groupe veut affirmer son engagement pour protéger la capacité de notre Collectivité départementale à faire vivre les solidarités humaine et territoriale ! C'est bien pour cela que nous avons été contraints en décembre dernier de ne pas voter le Budget proposé pour 2017 : le projet A45 mis en perspective budgétaire, dont nous contestons l'utilité et déplorons la nuisibilité, absorberait à lui seul les quelques marges de manoeuvre dont dispose notre collectivité pour poursuivre sa route là où elle doit aller ! Qui plus est, ce projet qui vise à financer sur le dos du contribuable une infrastructure concédée à un groupe privé, ne relève aucunement de la compétence de notre collectivité...

En revanche, en juin dernier, nous avons approuvé la Décision Budgétaire Modificative dont le rôle est d'ajuster les prévisions budgétaires aux réalités comptables. Nous ne pouvions que constater la réalité des recettes venues des dispositifs étatiques auxquels notre collectivité est de plus en plus soumise ! Mais grâce à l'excédent dégagé sur les résultats comptables de l'exercice 2016, ces ajustements budgétaires auront permis de conforter les moyens affectés aux solidarités territoriales avec le souci d'un équilibre entre espace rural et urbain... Nous avons approuvé cette proposition qui aurait toutefois mérité une réflexion plus approfondie et mieux partagée pour plus d'efficacité ! Mais le principal constat de cette session est bien celui de la dépendance budgétaire de notre Collectivité au bon vouloir de décisions technocratiques de niveau national : cette perte d'autonomie doublée d'une asphyxie progressive de notre capacité d'action révèle le sort que le modèle néolibéral pseudo-compétitif veut réserver à l'Institution départementale, que nous avons donc le devoir de défendre sur un autre terrain !

Ainsi, par ces deux votes opposés, nous avons voulu instiller un ton constructif au sein de notre assemblée pour que la cohérence de ses décisions respecte les missions prioritaires de notre Institution.... Il est si urgent d'engager la solidarité aux côtés de la justice sociale pour préserver la cohésion de notre société et la vitalité de nos territoires... Les moyens dont dispose encore notre Collectivité départementale sont si précieux pour y contribuer !

 

Jean Bartholin, Violette Auberger, Pascale Vialle Dutel

 


 

GROUPE LOIRE SOLIDAIRE

DONNONS LA PRIORITÉ À L'ÉDUCATION

La dernière enquête du Programme International pour le Suivi des Acquis montre que notre système éducatif français demeure profondément inégalitaire. L'origine sociale des enfants reste déterminante et, si notre école républicaine est capable de produire une élite, le diagnostic révèle qu'elle est en revanche incapable de résorber l'échec.

Comme chacun le sait, c'est dès le plus jeune âge que tout se joue : une scolarisation précoce permet de réduire les inégalités de niveau constatées dans le système scolaire, inégalités qui sont le reflet des inégalités sociales.

Pour cette rentrée, sans même prendre le temps de l'évaluation, à l'aune de la réussite éducative des enfants, du dispositif de « réforme des rythmes scolaires », le Gouvernement a donné la possibilité aux communes de revenir à la semaine de 4 jours, créant de nouvelles disparités territoriales, sans se soucier des sérieuses conséquences sur l'organisation des familles, sur la vie des écoles, et sur l'organisation des transports. Nous pourrions saluer la mesure qui limite à 12 le nombre d'élèves en CP dans les quartiers les plus défavorisés, si elle permettait de conserver et de solidifier des pratiques reconnues par les équipes pédagogiques : la limitation du nombre d'élèves par classe ne doit pas sacrifier le dispositif « plus de maîtres que de classes », ni la scolarisation des moins de 3 ans ou encore les classes ULIS pour l'inclusion des enfants porteurs de handicap, sans compter les éventuels problèmes logistiques tel le manque de locaux, que certains « marcheurs » voudraient solutionner à coups de paravents !

Pour cette rentrée 2017, nous resterons quant à nous très vigilants face aux choix du Département, en charge des collèges ligériens. Durant ces derniers mois, la majorité départementale n'a pas répondu favorablement à plusieurs reprises aux exigences de la réussite et de l’épanouissement de nos collégiens : fermeture du CIO de Firminy, Plan numérique peu ambitieux, travaux d’accessibilité au ralenti, baisse des dotations de fonctionnement… Ces constats peu reluisants sont d’autant plus inquiétants qu’ils s’accompagnent depuis quelques années déjà, de choix dommageables pour notre jeunesse : coupes budgétaires dans le domaine de la Prévention spécialisée pour les jeunes de 16 à 25 ans, baisse des subventions aux centres sociaux et centres de loisirs, etc. Autant de mesures qui ne sont pas à la hauteur des ambitions annoncées, mais surtout des besoins réels de notre jeunesse ligérienne.

En cette période de rentrée, nous formulons le voeu que la priorité soit donnée à l’éducation, à tous les étages de notre administration territoriale.

 

Le Président, Pierrick Courbon, et ses collègues Arlette Bernard, Brigitte Dumoulin, Régis Juanico, Jean-Jacques Ladet, Eric Michaud, Nadia Semache, Marie-Michelle Vialleton, Nathalie Desa-Ferriol, Marc Petit

Groupe « Loire Solidaire », Socialistes, Écologistes et Apparentés
9, rue Charles de Gaulle – 42000 Saint-Étienne
Tél. 04 77 59 32 03

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +