Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Les hommes et femmes célèbres de la Loire

Jules Janin

Jules Janin

1804-1874

Jules Janin naît à Saint-Étienne le 16 février 1804. Fils d’avocat, il poursuit ses études dans sa ville natale, puis à Lyon et enfin à Paris, au lycée Louis-le-Grand. Attiré par le journalisme, il entre au Figaro en 1827. Il fait preuve d’une certaine virulence à l’égard du système d’enseignement sous la Restauration. Il est également proche du milieu du théâtre et lance notamment la tragédienne Rachel Félix, plus connue sous son seul prénom de Rachel.

Mais c’est surtout comme critique littéraire que Jules Janin se fait connaître. Entre 1830 et 1874, sa collaboration au Journal des débats lui vaut le surnom de « prince des critiques ». Il entretient notamment une relation intellectuelle pleine de rebondissements avec Victor Hugo. En 1829, il publie une parodie de son roman, Le Dernier jour d’un condamné, intitulée L’Âne mort ou la Femme guillotinée, qui connaît un grand succès. Il se montre assez sévère avec les œuvres du célèbre poète et de ses contemporains du mouvement romantique. Mais quand Victor Hugo est contraint à l’exil sous le Second Empire, Jules Janin entame avec lui une importante correspondance. Hostile tout comme lui à l’empereur Napoléon III, il proclame en 1852 sa fidélité à Victor Hugo dans le Journal des débats et lui consacre le tome III de son Histoire de la littérature dramatique, paru en 1858. En retour, Victor Hugo lui dédie l’un de ses poèmes des Contemplations.

Candidat malheureux à l’Académie française à trois reprises en 1863, 1864 et 1865, Jules Janin est finalement élu le 7 avril 1870 au fauteuil de Sainte-Beuve. Tout au long de sa vie, il a conservé avec sa ville natale un lien profond. En 1834, il organise un concert à Paris pour récolter des fonds en faveur des victimes de la catastrophe minière du Bois Monzil et en 1843, il fait un don de 500 livres à la bibliothèque de Saint-Étienne. Il meurt à Paris le 19 juin 1874. Il est enterré au cimetière Saint-Louis d’Évreux (Eure), dans le caveau de la famille de d’Adélaïde Huet, qu’il a épousée en 1841.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +