Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Les hommes et femmes célèbres de la Loire

Marguerite Gonon

Marguerite Gonon

1914-1996

Marguerite Gonon naît à Saint-Étienne le 27 mai 1914. Fille de Joanny Gonon, instituteur, et de Marguerite Péronnet, fille de cultivateurs, elle passe son enfance à Poncins, où elle apprend le patois forézien. En 1930, elle réussit le concours d’entrée à l’École normale de filles de Saint-Étienne et est nommée institutrice à Arthun en 1933. Elle se passionne pour la discipline historique, notamment l’histoire médiévale et l’histoire locale. Adhérant au courant historique de l’École des annales de Marc Bloch et Lucien Febvre, elle rencontre le comte de Neufbourg et entre à la Diana en 1938. Elle entreprend d’étudier les testaments foréziens du 14e siècle et participe au projet de traduction et publication des chartes du Forez antérieures à cette même époque. Marguerite Gonon est par ailleurs à l’origine de la création du Centre d’études foréziennes et de la LIGER, société savante de la Loire.

En 1940, Marguerite Gonon entre dans la Résistance sous le nom de « Christine » aux côtés du comte de Neufbourg (« Sire ») et de Georges Guichard (« l’oncle Georges »). Elle réceptionne notamment des armes et du matériel parachutés. Après-guerre, elle est ingénieure au CNRS. C’est aussi la première femme qui intègre l’Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT). Gaulliste convaincue, elle devient en 1962 la suppléante du député Paul Rivière sur la circonscription de Feurs-Charlieu. Marguerite Gonon décède à Feurs le 16 mai 1996.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +