DOSSIER
Novembre-Décembre 2017
SPORT DE PLEINE NATURE

L'essor du trail

DÉPASSEMENT DE SOI, PROXIMITÉ AVEC LA NATURE… LE TRAIL PROCURE DES SENSATIONS FORTES DANS UNE AMBIANCE CONVIVIALE. UNE PRATIQUE SPORTIVE EN PLEINE ASCENSION DANS LA LOIRE, AVEC LE SOUTIEN DU DÉPARTEMENT, QUI EN FAIT AUSSI UN OUTIL DE VALORISATION DU TERRITOIRE.

Surfant sur la vague des sports de pleine nature, la pratique du trail se développe à vitesse grand V. Cette course de pleine nature, qui se pratique toute l'année, exploite les reliefs et sentiers du territoire. Dans la Loire, pas moins de soixante-dix événements sportifs seront dédiés à cette discipline en 2018. « Chaque année, on voit naître de nouveaux trails sur le territoire, et le nombre de coureurs explose », souligne Roland Rivet, président de la commission départementale de course hors stade et fondateur du Sainté trail urbain Coeur-Vert. Car des déclinaisons citadines proposent désormais des parcours atypiques au coeur des villes, parsemés de volées d'escaliers.

38 047, c'est le nombre de dossards distribués lors des 86 courses hors stade organisées en 2016 dans la Loire, dont trois quart de trailUN PHÉNOMÈNE DE SOCIÉTÉ

Comment expliquer cet essor ? « Les gens se retrouvent autour de valeurs comme la liberté, l'effort, la convivialité, la découverte. Le trail se développe surtout comme un sport loisir, sans esprit de compétition et avec peu de contraintes. On va chercher ses propres limites dans un cadre nature – ou urbain le cas échéant », analyse Roland Rivet. Le caractère festif et familial de ces événements attire aussi un public plus jeune et plus féminin que celui de la course sur route, en particulier sur les courtes distances. La quasi-totalité des trails ligériens comportent en effet des tracés de moins d'une dizaine de kilomètres, accessibles au plus grand nombre. Et la moitié d'entre eux seulement proposent des parcours de plus de 21 km, avec quand même quelques courses de plus de 42 km pour les plus aguerris. Amplifié par l'apparition de gammes de vêtements, chaussures et accessoires dédiés, ce phénomène de société s'appuie sur la recherche de challenge, et parfois de frissons, comme lors des raids nocturnes. Mais la solidarité est également au coeur de cette « génération trail ». Elle s’exprime entre coureurs, et dans le nombre de bénévoles mobilisés pour sécuriser les parcours. Sans oublier l’appui fréquent à des causes caritatives.

UN ATOUT POUR LA LOIRE

Le Département, qui a fait du développement des activités de pleine nature une priorité, accompagne activement la montée en puissance de cette discipline. Outre un soutien financier à de nombreux clubs et événements, ainsi qu’à des athlètes de haut niveau, il joue un rôle clé dans l’aménagement des parcours de trail. Objectif : structurer l’offre pour renforcer l’attractivité touristique et sportive du territoire. Des parcours balisés ont ainsi été mis en place à la station de Chalmazel. Un appel à partenariat lancé cette année permettra quant à lui la labellisation, à partir de 2018, de « villages sports nature » proposant diverses activités… dont le trail, qui a décidément de beaux jours devant lui dans la Loire.

 

Bien s'équiper pour le trail

Sainté trail urbain Coeur-Vert. Si le trail est en principe une course nature, il se développe aussi dans les villes. Le dénivelé des marches remplace alors celui des reliefs.Le goût du défi

En montagne, en forêt et même en ville : le trail bouleverse la course à pied. En version courte ou longue distance, les nouveaux trailers partagent les mêmes valeurs : la convivialité dans la performance.

À quelques jours du 6e Sainté trail urbain, l'effervescence est palpable du côté des organisateurs et des milliers de coureurs déjà inscrits. Au départ du Zénith le 19 novembre : trois parcours sinueux de 11, 16 et 30 km à travers la ville, ses jardins ouvriers, son musée de la Mine, le stade Geoffroy-Guichard... Le tout ponctué de nombreuses animations. Ce trail urbain, qui mobilise 200 bénévoles, avait attiré l'an dernier 2 800 coureurs. Au-delà de la performance chrono, un seul leitmotiv : relever le défi. L'important n'est pas de se mesurer aux autres mais d'arriver au bout, de se dépasser...

LA FIERTÉ DE PARTICIPER

Hubert, trentenaire actif et coureur occasionnel, fait partie de cette nouvelle génération de trailers. Fin septembre, il a tenté l'expérience lors de la 24e édition de Courir pour des pommes. « Ce n'est pas dans mes habitudes de participer à ce genre d'événement. Je cours plutôt en solitaire », avoue ce Ligérien. Pourtant il a tenu le pari, lancé par un ami. À l'arrivée du parcours de 17 km, frappé par l'ambiance conviviale et solidaire, Hubert ne regrette pas son effort. « L'objectif est aussi de faire découvrir le patrimoine », souligne Olivier Paris, l'un des organisateurs. Les coureurs passent ainsi par des lieux emblématiques, et repartent avec de belles pommes du terroir.

UNE DÉCOUVERTE EN FAMILLE

Avec le soutien des collectivités locales, désireuses de valoriser leur territoire, de nouveaux challenges sportifs fleurissent chaque année dans la Loire. Pour impliquer les plus jeunes, des courses enfants donnent souvent le coup d'envoi, comme à Saint-Martin-la-Sauveté, où la 1re édition du Saint Mart'trail a eu un beau succès auprès des familles. Tout au long de l'année, petits et grands partagent ainsi le goût du challenge, de la nature et de la découverte. Autant de raisons d'enfiler ses baskets et de tenter l'aventure du trail.

Adeline Roche. L’athlète roannaise, championne du monde de trail 2017, s’entraîne ici lors d’un stage de l’équipe de France dans les monts du Cantal.Une championne tout-terrain

Spécialiste de la course sur piste, sur route et du cross, Adeline Roche s'est lancé en 2015 un nouveau défi : le trail. Le 10 juin dernier, à 32 ans, cette Ligérienne a été sacrée championne du monde de la discipline, en individuel et par équipes, à Badia Prataglia en Italie, après 5 heures et 47 secondes d'effort et 50 km parcourus. Rencontre.

Si c'est l'amour de la nature qui a conduit Adeline au trail, elle y a découvert une ambiance à part : « On est vraiment solidaire. C'est même inscrit dans le règlement des courses. Si un coureur est en difficulté, on doit l'aider. » Licenciée du club athlétique du Roannais, la jeune femme est coachée par le Ligérien Philippe Propage, également entraîneur de l'équipe de France. Jusqu'à dix fois par semaine, elle chausse ses baskets et arpente les chemins de la Côte Roannaise. Pour elle, la Loire est un bon terrain d'entraînement, qui offre déjà des dénivelés importants, « même si bien sûr, ce n'est pas les Alpes ». Philippe Propage organise d'ailleurs régulièrement à Chalmazel des stages de préparation de l'équipe tricolore.

DÉPASSEMENT ET SOLIDARITÉ

Adeline explique l'engouement pour le trail par trois raisons. La première, c'est la découverte des paysages, parfois même juste à côté de chez soi. « Pendant la course, il faut rester concentré, déjouer les pièges du terrain, mais on arrive à lever les yeux. » La seconde, c'est la convivialité qui règne dans cette discipline. Et enfin, pour notre championne, le trail, « c'est l'aventure ». Il faut apprendre à courir avec un sac sur le dos, gérer les difficultés, être tactique... « On apprend à se dépasser ! » En tant qu'athlète de haut niveau, Adeline bénéficie depuis plusieurs années d'une bourse départementale qui lui permet notamment de couvrir une partie de ses frais de déplacement. Après avoir participé le 22 octobre au Grand Trail des Templiers dans l'Aveyron, la plus ancienne et reconnue des compétitions françaises, elle prépare désormais les championnats du monde 2018, qui auront lieu le 12 mai à Castellon en Espagne. Au programme : un parcours de 80 km avec 5 000 m de dénivelé. Ça laisse rêveur...

Olivier Melin, directeur des sports au Département de la LoireÉclairage
Olivier Melin
Directeur des sports au Département de la Loire

Comment le Département soutient-il les athlètes ligériens ?
Nous attribuons depuis près de vingt ans des bourses aux sportifs de haut niveau, pour couvrir une partie de leurs frais en matériel, déplacements, entraînement ou suivi médical occasionnés par leur participation à des épreuves internationales.

Quels sont les critères pour prétendre à ces bourses ?
Il faut être sportif amateur, licencié et domicilié dans la Loire depuis au moins deux ans. Les résultats sont évidemment un critère clé : le candidat doit évoluer au niveau national ou international dans sa discipline.

Combien de sportifs aidez-vous ?
Pour la saison 2017/2018, 91 athlètes ont été présélectionnés dans 25 disciplines, dont Adeline Roche pour le trail et deux autres pour la course hors stade. Nous les rencontrons tous à l'automne avant la sélection définitive. Au total, 115 000 € seront distribués en décembre sous forme de bourses à 83 sportifs.

REPÈRES

En 2018, la Loire accueillera 70 trails, proposant au total :

110 parcours de moins de 21 km35 parcours de 21 à 42 km4 parcours de plus de 42 km

Les catégories de trail définies par la fédération française d'athlétismeLES CATÉGORIES DE TRAIL DÉFINIES PAR LA FÉDÉRATION FRANÇAISE D'ATHLÉTISME
COURSE NATURE : moins de 21 km, maximum 25 % de surfaces goudronnées.
TRAIL DÉCOUVERTE : de 21 à 42 km, maximum 25 % de surfaces goudronnées.
TRAIL : plus de 42 km, maximum 15 % de surfaces goudronnées et environ 2 000 m de dénivelé si possible.
ULTRA TRAIL : plus de 80 km, maximum 15 % de surfaces goudronnées et au moins 2 000 m de dénivelé si possible.

LA SAINTÉLYON, UN RAID NOCTURNE MYTHIQUE Bonus Web

Le 2 décembre, pas moins de 17 000 concurrents s’apprêtent à relever le défi de la SaintéLyon ! Ce trail nocturne se déroule en solo ou en relais, à travers les monts du Lyonnais. Si l’épreuve reine est une course de 72 km, cette 64e édition propose aussi des parcours de 12, 22 ou 44 km.
Créée en 1951, la SaintéLyon est devenue la première course nature de France en nombre de participants. Ce raid extrême, disputé de nuit, en hiver, est devenue une étape obligée de tous les amoureux d’ultra trail. Affronter la nuit, les dénivelés et des conditions météo parfois difficiles au cœur d’un immense ballet de lampes frontales leur garantit des frissons uniques !

Plus d’infos : www.saintelyon.com


Jean-Yves Bonnefoy3 questions à...

Jean-Yves Bonnefoy
Vice-président chargé des sports

Quelle place occupent le trail et les sports nature dans la Loire ?

Ils sont en pleine expansion et attirent un public toujours plus large. C'est pourquoi nous les avons placés au coeur de notre stratégie de développement sportive et touristique. Grâce à son patrimoine naturel et à ses reliefs variés, la Loire dispose déjà d'une belle offre d'activités de pleine nature, que le Département contribue à développer et à structurer.

Avec quels outils ?

Nous soutenons financièrement de nombreux clubs, manifestations et projets d'aménagement. Le Département co-organise aussi chaque année le Raid Nature 42. Par ailleurs, nous sommes en train de créer un label départemental « Village sports nature ».

Quels sont les objectifs de ce label ?

Il offrira une meilleure visibilité à des sites proposant diverses activités à l'année, comme le trail, mais aussi la randonnée, le VTT, l'escalade, les activités nautiques... Le Département les aidera à compléter leur offre, afin d'en faire des destinations attractives pour les amateurs de sports nature. Les premières communes seront labellisées en 2018.

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +