DOSSIER
Juillet-Août 2018
ROUTES

Sécurité routière :

tous responsables

L’AN DERNIER, PRÈS DE 3 500 PERSONNES ONT PÉRI EN FRANCE DANS DES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION. DANS LA LOIRE, QUI DÉPLORE 30 VICTIMES DE LA ROUTE EN 2017, LE DÉPARTEMENT SE MOBILISE AUX CÔTÉS DES FORCES DE L’ORDRE ET DES ASSOCIATIONS POUR SÉCURISER LES ZONES À RISQUE ET SENSIBILISER LA POPULATION À LA NÉCESSITÉ D’ADOPTER DES COMPORTEMENTS RESPONSABLES AU VOLANT.

Vitesse, alcool, refus de priorité, téléphone portable... La grande majorité des accidents de la route sont le résultat de comportements humains à risque. L'objectif national est de passer sous la barre des 2 000 morts par an d'ici à 2020, soit 14 pour le département de la Loire. Un objectif qui a conduit le gouvernement à abaisser la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires à compter du 1er juillet. Une mesure impopulaire qui fait de nombreux mécontents. Mais si on ne peut pas encore en mesurer les résultats, l'histoire démontre que les différentes mesures prises ces 45 dernières années ont permis de diviser par cinq le nombre de morts sur les routes.

DES COMPORTEMENTS À RISQUE

Un accident de la route a toujours des causes multifactorielles. « La première reste la vitesse, impliquée dans plus de 35 % des accidents dans la Loire, suivie par l'alcool (près de 28 %) », explique Jean-Michel Veyrat-Parisien, commandant de l'escadron départemental de la sécurité routière. Viennent ensuite l'usage de stupéfiants et le non-respect des règles de priorité. « L'endormissement est aussi de plus en plus fréquent, souligne le gendarme. Cela concerne beaucoup de gens qui roulent quand ils sont fatigués, de nuit notamment et souvent seuls. » Chiffre impressionnant, dans 90 % des accidents mortels, soit la victime, soit le responsable est à moins de 5 km de son domicile. Sur les trajets habituels, le niveau de prudence a tendance à baisser. De plus, les véhicules sont de mieux en mieux équipés, avec toujours plus de technologie embarquée. « L'amélioration de la sécurité des voitures a permis de faire baisser le nombre de morts, mais les conducteurs sont moins concentrés, car ils se sentent en confiance », observe Jean-Michel Veyrat-Parisien.

chiffre-clePRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES INFRASTRUCTURES

S'il y a eu ces dernières années une prise de conscience de la grande majorité de la population, il reste des irréductibles ! C'est pourquoi gendarmerie, police et associations mènent un important travail de sensibilisation sur le terrain. Le Département accompagne certaines de ces actions pour changer les comportements sur la route. Des enfants aux seniors, tous les piétons, cyclistes, motards et conducteurs de véhicules légers ou lourds sont concernés. La qualité des infrastructures est aussi un facteur essentiel de la sécurité routière. Le Département assure la sécurisation des routes départementales, des passages à niveau, des points d'arrêt TIL... « Là aussi, tout le monde travaille main dans la main », souligne Thierry Guinand, directeur général adjoint en charge du pôle aménagement et développement durable. « Chacun apporte son expertise. » La sécurité routière est l'affaire de tous.

infographie-routes

10 KM/H DE MOINS : QU'EST-CE QUE ÇA Bonus WebCHANGE ?

Rouler à 80 km/h au lieu de 90 km/h augmente faiblement le temps de trajet. En revanche, cela raccourcit considérablement la distance de freinage, et réduit donc en conséquence le risque d'accident.

distance de freinage

temps de trajet

Source : Observatoire national de la sécurité routière

Plus d'infos sur www.securite-routiere.gouv.fr

Crédit photo : Fabrice Roure 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +