Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Héraldique, blasons et armoiries Héraldique, blasons et armoiries

Ailleux

L’église d’Ailleux, de style gothique forézien, a été édifiée au milieu du XVIe siècle, modifiée au XVIIIe siècle et restaurée à la fin du XIXe siècle. La présence d’armoiries révèle que ce type de décor n’est réservé ni aux grandes collégiales ni aux bâtiments les plus prestigieux. Pour visiter cette église il est nécessaire de s’adresser à la mairie.

Armoiries des seigneurs de Saint-Pulgent
Armoiries des seigneurs de Saint-Pulgent

 

 

 

Armoiries de la famille de Saint-Pulgent

 

Localisation : armoiries peintes sur une clé de voûte de la chapelle nord de l’église.

 

Blasonnement : écartelé au 1 et 4 de gueules au chevron d’or, au 2 d’azur à une molette d’or, au 3 d’azur à une rose d’argent.

 

Commentaire : il s’agit des armoiries des anciens seigneurs de Saint-Pulgent dont le château se situe à Saint-Martin-la-Sauveté. Ces armoiries ont été reprises par la famille de Chamboduc qui a fait l’acquisition, en 1712, des seigneurie de Saint-Pulgent, de Magnieux et de la Garde (Saint-Didier-sur-Rochefort).

 

Ces armoiries ont été reconstituées au XXe siècle. En effet Vincent Durand  écrit en 1899 : « à la clef de voûte de la chapelle du nord un écusson uni était peint d’un écarté d’azur ou de sable et de gueules, un filet blanc séparant les quartiers. Les personnes qui ont vu ce blason au moment où il a été débadigeonné m’ont assuré qu’ils n’y avaient distingué aucune pièce le meublant ; ce qui m’empêche de le rapprocher avec certitude de celui des anciens seigneurs de Saint-Pulgent : écartelé d’azur à la molette d’argent et de gueules au chevron d’or ».

 

Ceci peut expliquer pourquoi ces armoiries ont été représentées avec une inversion des quartiers par rapport aux descriptions des armoriaux. Selon Louis Pierre Gras leur blasonnement est le suivant : écartelé au 1 d’azur à une molette d’or, au 2 et 3 de gueules au chevron d’or, au 4 d’azur à une rose d’argent.


Meuble des armoiries de la famille de Saint-Pulgent
Meuble des armoiries de la famille de Saint-Pulgent

Meuble des armoiries de la famille de Saint-Pulgent

 

Localisation : meuble sculpté sur la clé de voûte de la chapelle sud de l’église.

 

Commentaire : une molette  est une petite figure géométrique représentée par une étoile à six rais, parfois cinq ou huit, percée d’une ouverture circulaire. Ce meuble rappelle un élément des armoiries des seigneurs de Saint-Pulgent.


Vitraux de la chapelle nord
Vitraux de la chapelle nord

 Armoiries de Jeanne d’Arc et de Blanche de Castille

 

Localisation : armoiries représentées sur les vitraux de la chapelle nord de l’église.

 

Commentaire : ces vitraux ont été réalisés par le maître verrier Mauvernay de Saint-Galmier en 1902. Ils représentent Jeanne d’Arc en armure à gauche et Blanche de Castille instruisant son fils Louis IX à droite.


Armoiries de Blanche de Castille
Armoiries de Blanche de Castille

Armoiries de Blanche de Castille

 

Localisation : armoiries représentées sur les vitraux en haut à gauche.

 

Blasonnement : de gueules au château d'or ouvert et ajouré du champ.

 

Commentaire : Blanche de Castille (1188-1252) est l’épouse du roi de France Louis VIII. A la mort de son mari en 1226 elle devient régente du royaume jusqu’à 1234. Elle a réussit à briser la révolte des barons et étendre l’influence des capétiens. Elle a transmis à son fils, Louis IX, une foi ardente. Ce dernier est canonisé en 1297. Blanche de Castille comme Jeanne d’Arc symbolise le patriotisme et la foi.


Armoiries de Jeanne d'Arc
Armoiries de Jeanne d'Arc

Armoiries de Jeanne d’Arc

 

Localisation : armoiries représentées sur les vitraux en haut à droite.

 

Blasonnement : d'azur à l’épée d'argent garnie d’or, accostée de deux fleurs de lys du même, férue en une couronne aussi d'or.

 

Commentaire : au XIXe siècle l’intérêt pour Jeanne d’Arc (1412-1431) se développe. En 1841 Jules Michelet, républicain et libre penseur, contribue à faire de Jeanne d’Arc l’incarnation du patriotisme. L’Eglise catholique n’entend pas abandonner cette figure aux républicains laïcs. Dès 1869 Monseigneur Dupanloup évêque d’Orléans demande la mise en route du processus de canonisation de Jeanne d’Arc. La perte de l’Alsace et de la Lorraine en 1871 contribue à accentuer la ferveur qu’elle suscite. Les représentations de  Jeanne d’Arc se multiplient dans les églises, avant même qu’elle ne soit déclarée sainte en 1920.

 

Ces armoiries ont été attribuées à Jeanne d’Arc par Charles VII en 1429.

 


Armoiries royales de France
Armoiries royales de France

Armoiries des rois de France

 

Localisation : sur une clé de voûte de la nef.

 

Blasonnement : d’azur à trois fleurs de lys d’or renversées.

 

Commentaire : il s’agit soit des armoiries de France représentées avec une erreur, le sens des fleurs de lys étant inversé, soit des armoiries d’une famille ou d’un personnage non identifié.

 


Bibliographie :

 

DURAND, Vincent. L’église d’Allieu. In Bulletin de la Diana. 1899-1900, tome  XI. Montbrison : imprimerie Eleuthère Brassart, 1900. p 196-203

 

GRAS, Louis-Pierre. Répertoire héraldique ou Armorial général du Forez. Paris : Librairie Bachelin-Deflorenne, 1874. 328 p.

 

MAROT, Pierre. Jeanne d'Arc : pour aider à connaître la Pucelle et sa mission : recueil consacré aux études sur son histoire et son historiographie. Epinal : Archives départementales des Vosges, 1993. 99 p.

 

MOURRE, Michel. Dictionnaire encyclopédique d’Histoire. Nouvelle édition. Paris : Bordas, 1996.

 

SALOMON, Emile. Les Châteaux historiques (manoirs, maisons-fortes, gentilhommières, anciens fiefs) du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Mâconnais qui ont formé le département de la Loire. Tome 2. Le Puy-en-Velay : imprimerie  Peyriller, Roucon et Gamon, 1922.  465 p.

 

STEYERT, André. Armorial général du Lyonnais, Forez et Beaujolais. Lyon : A. Brun, 1860. 65 pl.-96 p.

 


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :