Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Héraldique, blasons et armoiries Héraldique, blasons et armoiries

Archives départementales Montbrison

Montbrison est la capitale des comtes du Forez. Cette fonction a permis à la ville de s’enrichir d'un monument exceptionnel pour les amateurs d'héraldique : la salle de la Diana présente un décor unique en France. Elle est située à proximité de l’église collégiale Notre-Dame d’Espérance, autre lieu pourvu de nombreuses armoiries.

La salle héraldique de la Diana
La salle héraldique de la Diana

 

Salle héraldique de la Diana

 

Localisation : 7 rue Florimond Robertet à Montbrison.

 

Description : sur la voûte de la salle quarante-huit blasons sont représentés trente-six fois chacun. Il s’agit des écussons du roi de France, Philippe IV le Bel, suzerain du Forez, de Jeanne de Navarre, sa femme, ainsi que des armoiries des familles féodales alliées ou vassales du comte de Forez.

 

Commentaire : la salle héraldique de la Diana a été vraisemblablement construite à l’époque du comte Jean Ier (1278-1333). Les motivations de son édification sont hypothétiques. Cette salle a été le lieu de réunion des Etats du Forez. A partir de 1531, date à laquelle le comté devient une possession directe du roi de France, elle est essentiellement utilisée par les chanoines de la collégiale.

 

En 1791 le bâtiment, vendu à un aubergiste, a été transformé en dépôt de marchandises et grenier à foin. En 1862, sous l’impulsion du duc de Persigny, ministre de l’Intérieur de Napoléon III, la salle a été rachetée par la ville de Montbrison. Elle devient alors le siège de la Diana, Société Historique et Archéologique du Forez, créée à cette occasion. Sa restauration de 1863 à 1865 a été dirigée par les architectes Lebrun de Lyon puis Mazerat de Saint-Etienne.

 

Pour en savoir plus sur ce bâtiment et sur la Diana consulter le site Internet de la Diana.


Armoiries de Montbrison
Armoiries de Montbrison

Armoiries de Montbrison sur la façade de la Diana

 

Localisation : armoiries sculptées au XIXe siècle sur la façade de la Diana.

 

Blasonnement : de gueules au château d’or, au chef cousu d’azur à trois fleurs de lys d’or.

 

Commentaire : Lors de la restauration de la salle héraldique de 1863 à 1865 une façade néo-gothique a été édifiée en remplacement d’une façade en pisé. Les armoiries de la ville de Montbrison, qui a acquis la salle héraldique, ont été représentées avec celles du Second Empire.

 

Le rouge (gueules) et l’or sont les couleurs foréziennes, le château est celui de la ville, capitale du Forez. Le chef d’azur à trois fleurs de lys d’or aurait été concédé par François Ier, roi de France. Le Forez est réuni au domaine royal sous son règne. Les couleurs sont représentées avec le code de hachures du père Pietra Santa.

 

Pour une même ville ou une même famille il peut exister plusieurs variantes d’armoiries. Pour la ville de Montbrison plusieurs versions sont connues :

 

- « de gueules au château d’or » décrite par Pierre Louis Gras.

 

- « de gueules à la tour couverte, senestrée d’un avant-mur crénelé d’or, sur un mont du même, au chef cousu de France » décrite par le même auteur. Dans cette version un mont a été ajouté.

 

- « de gueules au château d’or sur un mont du même, au chef cousu de France » décrite par André Steyer. Cette version correspond à la précédente.

 

Le blason représenté sur la façade de la Diana est une troisième version.

 


Armoiries du Second Empire
Armoiries du Second Empire

Armoiries du Second Empire sur la façade de la Diana

 

Localisation : armoiries sculptées au XIXe siècle sur la façade de la Diana.

 

Blasonnement : d’azur à l’aigle impériale d’or, empiétant un foudre du même.

 

Commentaire : les armoiries du Second Empire ont été représentées car il s’agit du régime en place lors de la restauration de la salle héraldique. Leur présence révèle également l’influence du duc de Persigny, ministre de l’Intérieur de Napoléon III et bonapartiste convaincu, qui est à l’origine de cette restauration. Il est le premier président de la Diana.


Armoiries du chapitre de la collégiale Notre Dame d’Espérance
Armoiries du chapitre de la collégiale Notre Dame d’Espérance

Armoiries du chapitre de la collégiale Notre Dame d’Espérance

 

Localisation : armoiries sculptées au-dessus de la porte sud de la collégiale Notre-Dame d’Espérance à Montbrison.

 

Blasonnement : de gueules semé de fleur de lys d’or et un dauphin du même brochant sur le tout.

 

Commentaire : Ces armoiries sont celles du chapitre de la collégiale Notre-Dame d’Espérance. Une collégiale est une église desservie par des chanoines.  Ceux-ci sont des membres du clergé tenus de célébrer des offices divins. Le comte du Forez, Guy IV, a commandé la construction d’une collégiale, en 1212. Elle a été édifiée du XIIIe au XVe siècle.

 

Les chapitres de chanoines sont supprimés lors de la Révolution c’est pourquoi, en 1792, la collégiale est affectée au casernement d’hommes de troupes et de cavaliers. En 1803 le bâtiment devient église paroissiale.

Le dauphin rappelle les armoiries du fondateur, le comte du Forez, et les lys sont  le symbole de Notre Dame en l’honneur de qui est construite la collégiale.

 

Pour en savoir plus sur la collégiale consulter le site de la ville de Montbrison et les dossiers en ligne du Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la région Rhône-Alpes.


Armoiries de la famille Robertet sculptées sur la porte de la chapelle Saint-Michel
Armoiries de la famille Robertet sculptées sur la porte de la chapelle Saint-Michel

Armoiries de la famille Robertet sculptées sur la porte de la chapelle Saint-Michel

 

Localisation : armoiries sculptées au-dessus de la porte de la chapelle Saint-Michel devenue Sainte-Madeleine, le long du collatéral nord de la collégiale de Montbrison.

 

Blasonnement : [d’azur] à la bande [d’or] chargée d’un demi-vol [de sable], accompagnée de trois étoiles [d’or], une en chef et deux en pointe.

 

Commentaire : Jean Robertet (1405-1492) fait construire une chapelle le long du collatéral nord, vers 1490, qu’il dédie à saint Michel. Ce Montbrisonnais fait carrière dans l’administration des ducs de Bourbon puis du roi. Il est secrétaire de la Chambre des comptes du Forez, bailli d’Usson, en Auvergne. Le roi Louis XI lui confie la charge de premier greffier de l’ordre royal de Saint-Michel qu’il vient de créer. Ceci peut expliquer le souhait de Jean Robertet de consacrer sa chapelle à saint Michel. Il sert trois rois de France et trois ducs de Bourbon. Il est également écrivain et poète.

C’est le père de Florimond Robertet (1459-1552) secrétaire des Finances de Charles VIII, Louis XII, François Ier. Il est également père de deux archevêques d’Albi : Charles et Jacques Robertet qui a été chanoine de Notre Dame.

 


Armoiries de la famille Robertet sculptées sur le monument funéraire de Jean Robertet
Armoiries de la famille Robertet sculptées sur le monument funéraire de Jean Robertet

Armoiries de la famille Robertet sculptées sur le monument funéraire de Jean Robertet

 

Localisation : armoiries sculptées et peintes sur le monument funéraire de Jean Robertet dans la chapelle Saint-Michel puis Sainte-Madeleine, le long du collatéral nord de la collégiale de Montbrison.

 

Blasonnement : d’azur à la bande d’or chargée d’un demi vol de sable, accompagnée de trois étoiles d’argent, une en chef et deux en pointe.

 

Commentaire : ces armoiries sont répétées trois fois entre des guirlandes au dessus d’une inscription en vers latin signifiant : « A vous  Michel j’ai consacré cet autel, moi Jean Robertet, tandis que je sers trois rois et trois ducs. Là j’ai déposé mon aieul, mon épouse et mes parents. Que cette chapelle m’abrite défunt dans la terre. Louange à Dieu».

 

Jean Robertet et plusieurs membres de sa famille ont été inhumés dans cette chapelle.

 


Armoiries de la famille de Lévis-Couzan
Armoiries de la famille de Lévis-Couzan

Armoiries de la famille de Lévis-Couzan

 

Localisation : armoiries sculptées sur l’arc d’entrée la chapelle de Lévis-Couzan ou des morts, première chapelle du collatéral sud de la collégiale de Montbrison.

 

Blasonnement : écartelé au 1 et 4[d’or] à trois chevrons [de sable] au lambel de trois pendants de [gueules] chargés chacun de trois besants [d’or], au 2 et 3 [d’or] à la croix ancrée [de gueules].

 

Commentaire : cette chapelle est construite en 1510 par Eustache de Lévis chanoine du chapitre collégial. Il est le fils de Jean de Levis baron de Couzan  et de Marie de Lavieu.

 

Ses armoiries sont composées de celles des Lévis et celles des Damas. En effet Eustache est le petit-fils d’Eustache de Lévis-Florensac marié en 1425 avec Alix de Damas héritière de la seigneurie de Couzan. Les Lévis deviennent grâce à ce mariage seigneurs de Couzan et ont intégré dans leurs armoiries celles des Damas.

 

La chapelle est dédiée primitivement à saint Eustache, saint Jean-Baptiste et saint Louis qui sont les saints patrons du fondateur, de son père et de sa belle-mère Louise de Bressolles seconde épouse de Jean de Lévis-Couzan.

 

Pour en savoir plus consulter les dossiers en ligne du Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la région Rhône-Alpes.


Armoiries de la famille de Louise de Bressolles épouse de Jean de Lévis-Couzan
Armoiries de la famille de Louise de Bressolles épouse de Jean de Lévis-Couzan

Armoiries de la famille de Louise de Bressolles épouse de Jean de Lévis-Couzan

 

Localisation : armoiries sculptées sur la clé de tierceron de la chapelle de Lévis-Couzan ou des morts, première chapelle du collatéral sud.

 

Blasonnement : parti au 1 coupé [d’or] à trois chevrons [de sable] au lambel de trois pendants de [gueules] chargés chacun de trois besants [d’or] et [d’or] à la croix ancrée [de gueules], au 2 du parti [d’argent] à trois bandes [d’azur].

 

Commentaire : Ces armoiries sont composées de celles des Lévis-Couzan et celles de la famille de Bressolles. Il s’agit du blason de Louise de Bressolles épouse de Jean de Lévis-Couzan et belle-mère d’Eustache. Elle est inhumée dans cette chapelle.


Armoiries de la famille de Lévis
Armoiries de la famille de Lévis

Armoiries de la famille de Lévis

 

Localisation : armoiries sculptées dans la chapelle de Lévis-Couzan ou des morts, première chapelle du collatéral sud.

 

Blasonnement : [d’or] à trois chevrons [de sable].

 

Commentaire : armoiries de la famille de Lévis rajoutées lors de la restauration de la chapelle au XIXe siècle.


Armoiries des familles de Meaux et de Montalembert
Armoiries des familles de Meaux et de Montalembert

Armoiries des familles de Meaux et de Montalembert

 

Localisation : armoiries représentées sur les vitraux de la chapelle de Lévis-Couzan ou des morts, première chapelle du collatéral sud.

 

Blasonnement :

Armoiries de la famille de Meaux à gauche : d’azur au chevron d’or, accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d’un trèfle le tout du même.

 

Armoiries de la famille de Montalembert à droite : d’argent à la croix ancrée de sable.

 

Commentaire : Ces vitraux ont été réalisés par le maître verrier Mauvernay de Saint-Galmier en 1867. Les armoiries des familles de Meaux et de Montalembert y sont représentées.  La famille de Meaux est une ancienne famille noble de Montbrison.

Ces vitraux ont sans doute été commandés par Camille de Meaux (1830-1907). Docteur en droit, en 1858 il épouse Elisabeth de Montalembert fille du grand orateur catholique. Il se lance dans une carrière politique. Il est élu député de la Loire et un des chefs du parti royaliste. Il est ensuite élu au Sénat. Il devient ministre de l’agriculture dans le gouvernement de Mac Mahon. Après la victoire des républicains il se retire dans la Loire en 1880. Historien, il est président de la Diana de 1896 à 1907.

 


Armoiries d’Anne Dauphine
Armoiries d’Anne Dauphine

Armoiries d’Anne Dauphine

 

Localisation : armoiries sculptées sur un chapiteau de la nef.

 

Blasonnement : parti au 1 [d’azur] semé de fleur de lys [d’or] à la cotice [de gueules], au 2 coupé [de gueules] au dauphin [d’or] et [d’or] au dauphin [d’azur] animé, barbé, crêté, oreillé [de gueules].

 

Commentaire : Anne Dauphine est la fille de Béraud II, dauphin d’Auvergne, et de Jeanne de Forez. Elle épouse Louis II, duc de Bourbon en 1371. En 1372, elle devient comtesse de Forez à la mort de son oncle Jean II Le Fol. Le Forez entre alors dans les possessions de la maison de Bourbon. Le comte ne réside plus à Montbrison mais à Moulins capitale du Bourbonnais. Après la mort de son mari, Anne Dauphine administre le comté. Elle réside à Montbrison ou Cleppé. Elle dirige le Forez jusqu’à sa mort en 1417.

 

Anne Dauphine augmente les revenus des chanoines de la collégiale.

 

Ses armoiries sont composées de celles de son mari, duc de Bourbon dans la partie dextre, dans la partie senestre de celles de sa mère, héritière du Forez (de gueules au dauphin d’or) en haut et de celles de son père, dauphin d’Auvergne (d’or au dauphin d’azur animé, barbé, crêté, oreillé de gueules) en bas.


Armoiries de Louis de la Vernade
Armoiries de Louis de la Vernade

Armoiries Louis de la Vernade

 

Localisation : armoiries sculptées sur un chapiteau de la chapelle Sainte-Catherine, le long du collatéral sud.

 

Blasonnement : [de gueules] au verne [d’or] accosté de deux étoiles à six rais [du même] à la bordure [aussi d’or].

 

Commentaire : l’ancienne chapelle Sainte-Catherine et Saint-Roch a été édifiée par Louis de la Vernade, doyen du chapitre, à la fin du XVe siècle. Il est le fils de Louis de la Vernade chevalier conseiller du duc de Bourbon, juge ordinaire et lieutenant du bailli dans le comte de Forez.


Bibliographie et sources :

 

Archives départementales de la Loire. Archives de l’Architecte des Monuments Historiques.1111VT129/76 Monument funéraire de Jean Robertet, en pierre et en marbre (vers 1500-1510).

 

GARDES, Gilbert (sous la direction de). Grande encyclopédie du Forez et des monuments de la Loire.  Montbrison et sa région. Le coteau : Horvath, 1985.

 

LATTA, Claude. L’église Notre-Dame d’Espérance de Montbrison. Montbrison : Village de Forez. 1986. 48 p.

 

MATHEVOT,  Christophe. Salle Héraldique de la Diana. Montbrison : la Diana, Société Historique et Archéologique du Forez, 2004. 32 p.

 

RENON, François (Dom). Chronique de Notre-Dame d'Espérance de Montbrison, ou étude historique et archéologique sur cette église, depuis son origine (1212) jusqu'à nos jours. Roanne : imprimerie A. Farine, 1847. 592 p.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :