Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Héraldique, blasons et armoiries Héraldique, blasons et armoiries

Pommiers

Le village de Pommiers s’est développé autour d’un prieuré bénédictin fondé au IXe siècle par des moines venant de Nantua. Celui-ci passe sous l’influence de l’abbaye de Cluny du Xe siècle jusqu’en 1790, date à laquelle les moines quittent Pommiers. Les décors armoriés visibles sur ce site sont étroitement liés à l’histoire du prieuré. L’église est ouverte au public. La visite du prieuré est payante.

Eglise de Pommiers
Eglise de Pommiers

 

 

L’église de Pommiers

 

L’église Saint-Pierre est à l’origine réservée aux moines bénédictins. Pendant la Révolution elle est vendue comme bien national à un particulier. Comme l’église Saint-Julien destinée aux paroissiens est trop délabrée et trop petite pour accueillir les habitants du village, l’église Saint-Pierre, devient église paroissiale en 1822. L’église Saint-Julien est désaffectée et transformée en habitation privée. Plusieurs armoiries rappelant l’histoire du prieuré ornent l’église de Pommiers.


Armoiries de la famille de Rostaing et d’Honorat de Savoie
Armoiries de la famille de Rostaing et d’Honorat de Savoie

Armoiries de la famille de Rostaing et d’Honorat de Savoie

 

Localisation : armoiries peintes au dessus de l’arc triomphal séparant la nef et le chœur.

 

Blasonnement :

Armoiries de la famille de Rostaing représentées à gauche : d’azur à la fasce d’or, accompagnée en pointe d’une roue à huit rais du même, au lambel de trois pendants de gueules.

 

Armoiries d’Honorat de Savoie représentées à droite : parti au 1 de gueules à trois bandes d’or, au 2 mi-parti de gueules à la croix d’argent.

 

Commentaire : ces armoiries ont été retrouvées en 1938 sous les peintures du XVIIIe siècle. Selon Georges Delomier ce sont les armoiries des bienfaiteurs qui ont contribué à restaurer le prieuré de Pommiers après le sac des protestants en 1562. Les armoiries de gauche sont celles de la famille de Rostaing. En 1562 le prieur de Pommiers est Jacques de Rostaing. Georges Delomier émet l’hypothèse qu’il s’agit des armoiries de Tristan de Rostaing, son frère, gouverneur de l’Angoumois et de la Basse Marche, maréchal de France en 1591.

 

Les armoiries de droite sont composées de celles des seigneurs de Villars et celles de la famille de Savoie. Georges Delomier les attribue à Honorat de Savoie marquis de Villars. En  effet cette seigneurie des Dombes revient au duc de Savoie à la fin du XVe siècle. Honorat de Savoie, maréchal de France, en hérite. Il s’agit d’une personnalité importante proche du roi de France, Henri II, son cousin.

 

Il a quelques liens avec le Forez. Sa nièce, mariée en 1554 avec Jacques d’Urfé bailli du Forez, est la mère d’Honoré d’Urfé. C’est également un proche de Tristan de Rostaing avec qui il a servi auprès du connétable Anne de Montmorency.


Armoiries de l’Abbaye de Cluny
Armoiries de l’Abbaye de Cluny

Armoiries de l’Abbaye de Cluny 

 

Localisation : armoiries représentées sur les vitraux de l’absidiole sud.

 

Blasonnement : de gueules, à deux clefs d'or en sautoir, les pannetons affrontés, chargées d'une épée d'argent.

 

Commentaire : La présence de ces armoiries rappelle que le prieuré de Pommiers est passé sous l’influence de l’abbaye de Cluny. Les clefs font références à saint Pierre et l'épée à saint Paul, qui a été décapité. L’abbaye de Cluny a été fondée en l’honneur de ces deux saints.


Armoiries des fresques de l’absidiole nord
Armoiries des fresques de l’absidiole nord

Armoiries des fresques de l’absidiole nord

 

Localisation : armoiries peintes dans  l’absidiole nord au sommet de la fenêtre.

 

Blasonnement : de gueules à trois chevrons d’or.

 

Commentaire : ces armoiries figurent parmi les fresques du XVIe siècle, retrouvées en 1938, puis restaurées en 1942-1945. Selon dom Buenner il s’agirait des armoiries de la famille du donateur, non identifié, qui aurait commandé ces fresques.

 


Armoiries de la famille de Rostaing
Armoiries de la famille de Rostaing

Armoiries de la famille de Rostaing au Musée des Amis du Vieux Pommiers

 

Localisation : armoiries sculptées sur une pierre conservée dans le musée de l’association des Amis du vieux Pommiers. Pour la voir il faut s’adresser à cette association.

 

Blasonnement : [d’azur] à une roue à  huit rais [d’or] surmontée d’une divise [du même].

 

Commentaires : sept membres de la famille de Rostaing sont successivement prieurs de Pommiers de 1560 à 1703. Leur famille a acquis la seigneurie de Veauchette au XVIe siècle et la conserve jusqu’à la Révolution.


Armoiries des Chambrun d’Uxeloup de Rosemont
Armoiries des Chambrun d’Uxeloup de Rosemont

Armoiries des Chambrun d’Uxeloup de Rosemont dans le prieuré

 

Localisation : armoiries représentées sur le lustre de la salle à manger du prieuré.

 

Blasonnement : de sable au chevron d’or accompagné en chef d’un croissant d’argent, accosté de deux étoiles du même et en pointe de deux besants d’or rangés en fasce.

 

Commentaire : ces armoiries sont celles de la famille Chambrun d’Uxeloup de Rosemont originaire du Nivernais. Pierre de Chambrun d’Uxeloup de Rosemont se marie en 1884 avec Jeanne de Courtin de Neufbourg (1859-1915) héritière de familles nobles et notables foréziennes. Leur fille Jeanne-Marie-Thérèse achète le prieuré de Pommiers à la famille du sénateur Bourganel en 1946.

 

Les armoiries de cette famille sont décrites ainsi par Salomon : « parti au 1, de sable au chevron d’or accompagné en chef d’un croissant, accosté de deux étoiles d’or, et en pointe de deux besants d’or ; au 2 d’argent à trois pals de gueules ; au chef d’azur chargé de trois étoiles d’or ». 

 

La seconde partie (d’argent à trois pals de gueules ; au chef d’azur chargé de trois étoiles d’or) est le blason de cette famille tel qu’il est décrit dans l’armorial du Nivernais. La première partie décrite par Salomon  correspond sans doute aux armoiries d’une famille alliée aux Rosemont, non identifiée à ce jour. Or, pour une raison inconnue, seules celles-ci ont été représentées sur le lustre.

 

Ces armoiries sont également visibles sur le lustre de la chapelle du prieuré.


Bibliographie

 

BUENNER. D. Pommiers-en-Forez. Son Prieuré. Son Église. Lyon : M. Lescuyer, 1947. 61 p.

 

DELOMIER, Georges. Le relèvement du monastère de Pommiers-en-Forez par Tristan de Rostaing (1513-1591) et Honorat de Savoie-Villars (1508-1580) après le sac de 1562. In Bulletin de la Diana. 1967-1968, tome  XL. Montbrison : imprimerie Cerisier, 1968. p 340-349

 

GRAS, Louis-Pierre. Répertoire héraldique ou Armorial général du Forez. Paris : Librairie Bachelin-Deflorenne, 1874. 328 p.

 

SALOMON, Emile. Les Châteaux historiques (manoirs, maisons-fortes, gentilhommières, anciens fiefs) du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Mâconnais qui ont formé le département de la Loire. Tome 2. Le Puy-en-Velay : imprimerie  Peyriller, Roucon et Gamon, 1922.  465 p.

 

SOULTRAIT, Georges de. Armorial historique et archéologique du Nivernais. Tome premier. Nevers : Michot, 1879.

 

STEYERT, André. Armorial général du Lyonnais, Forez et Beaujolais. Lyon : A. Brun, 1860. 65 pl.-96 p.

 

Pour en savoir plus sur le prieuré de Pommiers consulter les pages du site du Conseil général de la Loire.


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :