Accueil CULTURE, SPORT & TOURISME Archives départementales Manufrance nous dévoile ses archives...

ÉPISODE 12

Le Chasseur Français

Le Chasseur Français

La Manufacture française d’Armes et Cycles de Saint-Étienne essentiellement connue par son Tarif-Album, le fut également par la diffusion d’un organe de presse : le Chasseur français. Il fut rendu célèbre grâce aux petites annonces matrimoniales, satisfaites à 40%.

Le Chasseur Français

Le Chasseur Français est un support de communication publié par la MFAC de Saint-Étienne. Son format publicitaire est différent de celui du Tarif-Album, mais sa gestion est également confiée au service Publicité de l’entreprise. Le première parution date de 1885, ci-contre, un exemplaire du 15 janvier 1895. La revue est alors composée d’une partie rédactionnelle et d’une partie « publicité-petites annonces ». Dans le Chasseur Français, on trouve des rubriques concernant la chasse, la pêche, le sport, le jardinage... la vie en plein air. En 1935, on compte 500 000 abonnés. Malgré une interruption des parutions durant la Seconde Guerre mondiale à cause de la pénurie de papier, l’édition du Chasseur français constitue pour Manufrance une source de revenu considérable.


Lettre de lecteur

Au cours des années 1970, différentes études sont réalisées afin d’obtenir de nouveaux abonnements et d’améliorer la rédaction de cette revue familiale.

Pour cela, plusieurs propositions sont effectuées. L’une d’entre elles étant d’ajouter un sous-titre afin d’élargir la clientèle. En effet, ces études permettent de constater que les hommes de 35 à 49 ans sont les principaux lecteurs. D’un point de vue socioprofessionnel les cadres supérieurs représentent une minorité des abonnés contrairement aux personnes dites « inactives ». Ainsi, le nombre de rubriques destinées aux femmes est augmenté avec l’introduction de nouveaux sujets susceptibles de les intéresser. De plus, l’augmentation des illustrations couleurs est une autre tentative d’attirer de nouveaux abonnés : « il faut moderniser l’image et le contenu ». Au cours des années 1970, la revue est tirée à 835 000 exemplaires par mois et dispose d’un budget indépendant des autres activités de l’entreprise. Elle est l’une des seules à proposer un abonnement de trois ans. Le numéro est distribué dans 5 000 points de vente et « le retour de communication » de la part des lecteurs s’élève à 60 000 lettres par mois, dont un exemplaire est présenté ci-contre.

 

En 1980, sous la direction de Bernard Tapie, Manufrance devenue Société Nouvelle Manufrance depuis 1979 vend le Chasseur français, ce qui permet à ce dernier de paraître encore aujourd’hui.


Avancement du tri

Pour commencer à trier les archives de la rubrique « Chasseur Français », il a fallu premièrement distinguer le service Chasseur français au sein du service Publicité de l’entreprise. Les correspondances des lecteurs, les documents concernant les relations avec le service Achat, la production et le transport étant géré par le service Publicité, ont été intégrés au sein de ce dernier. Les petites annonces, les abonnements et la vente ont pour leur part été classés au sein du service Chasseur Français. Ce dernier contient également les documents faisant références aux commandes et aux ventes du Chasseur français.

Ainsi, en trois semaines, nous avons pu effectuer le classement de la rubrique Chasseur français, intégrant ainsi l’inventaire du classement du fonds Manufrance.

 


Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :