TRIBUNES LIBRES

Mars-Avril 2016

 

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

2016, UNE ANNÉE DE DÉFIS

Une année de défis, face aux réformes territoriales et évolutions législatives engagées par le Gouvernement comme la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) défendue difficilement par le Gouvernement qui est arrivée à la fin de son parcours chaotique, après plus d’un an de discussions, de revirements et de renoncements. Elle transfère une partie de nos compétences actuelles à la Région.

Une année de défis du fait des finances contraintes du Département, qui subit de plein fouet le désengagement de l’État. Le Département de la Loire est ainsi appelé à contribuer au redressement des finances publiques à hauteur de 12 millions d’euros en 2016, soit près de 95 millions d’euros de dotations cumulées en moins d’ici 2017. Et dans le même temps, le nombre de bénéficiaires du RSA, à la charge du Département, ne cesse d’augmenter. Ce contexte budgétaire très inquiétant, nous amène à sortir des sentiers battus et trouver de nouveaux chemins pour agir au quotidien pour le bien-être des Ligériens.

Nous évaluons systématiquement nos politiques, les adaptons et recherchons partout l’efficience budgétaire pour continuer à agir. Face aux difficultés d’un État qui reste englué dans une crise économique majeure, il est indispensable que les collectivités continuent à investir. Investir, c’est non seulement répondre aux besoins des habitants mais c’est aussi créer des emplois. En effet, les entreprises attendent avec impatience les commandes publiques. Rappelons que 73 % des investissements publics viennent des collectivités territoriales et seulement 27 % de l’État. Nous avons pu ainsi engager le Département dans un Plan Pluriannuel d’Investissements de 450 millions d’euros sur la période 2016-2021. Pour 2016, ce sont donc 86 M€ dédiés à notre investissement.

• Notre partenariat avec les élus des autres collectivités, dont les communes, est l’une des clefs que nous serons amenés à renforcer. Nous devons favoriser l’innovation, la recherche de solutions nouvelles qui peuvent concilier un meilleur service rendu aux habitants et la gestion rigoureuse des dépenses publiques. En ce sens, plus que jamais Région et Département devront désormais agir de concert. Département et nouvelle Région devront alors être partenaires pour agir de manière efficace et efficiente. Dans le combat essentiel que nous menons pour le retour à l’emploi des allocataires du RSA, la Région nous apportera l’indispensable soutien de la formation professionnelle. Les grands projets, le développement de moyens de transport efficaces et respectueux de l’environnement ou le développement de nos territoires mobiliseront les énergies et les capacités de chacune de nos collectivités. Dans une société en pleine mutation et confrontée à de graves difficultés économiques et sociales, nos concitoyens ont besoin d’une action publique de proximité lisible, efficace et à même de répondre avec pertinence à leurs aspirations. Faire du Département, plus que jamais, un acteur de l’aménagement harmonieux et solidaire de son territoire et de l’amélioration constante du cadre de vie de ses habitants est au coeur de l’ambition de la Majorité départementale tout au long de ce mandat.

Canton d’Andrézieux-Bouthéon : Michèle Maras et Sylvain Dardoullier Canton de Boën-sur-Lignon : Chantal Brosse et Pierre-Jean Rochette Canton de Charlieu : Clotilde Robin et Jérémie Lacroix Canton du Coteau : Véronique Chaverot et Daniel Fréchet Canton de Feurs : Marianne Darfeuille et Pierre Véricel Canton de Montbrison : Annick Brunel et Jean-Yves Bonnefoy Canton du Pilat : Valérie Peysselon et Bernard Bonne Canton de Rive-de-Gier : Séverine Reynaud et Jean-Claude Charvin Canton de Saint-Chamond : Solange Berlier et Hervé Reynaud Canton de Saint-Étienne 1 : Fabienne Perrin et Georges Ziegler Canton de Saint-Étienne 2 : Alexandra Custodio et Jean-François Barnier Canton de Saint-Étienne 4 : Christiane Jodar et Paul Celle Canton de Saint-Just-Saint- Rambert : Colette Ferrand et Alain Laurendon Canton de Sorbiers : Corinne Besson-Fayolle et Bernard Philibert

Les élus du Groupe Union pour la Loire www.unionpourlaloire.fr         


 

GROUPE GAUCHE RÉPUBLICAINE ET CITOYENNE

A45 ET COP21 : LE DEVOIR DE NE PLUS RÉALISER DES PROJETS INUTILES !

« Réaffirmer la nécessité de voir se réaliser l’A45, accepter le principe de la participation de notre collectivité départementale à son financement » : notre groupe s’est opposé à cette double perspective ! Il nous apparaissait déjà impensable que notre collectivité puisse financer une autoroute à péage au bénéfice d’une grande société privée. Et ce serait le comble que cette alliance incongrue entre l’impôt des contribuables et le péage des usagers vienne conforter la rentabilité d’une opération privée à propos d’un projet inutile, si ce n’est nuisible !

Il est surprenant que soit imaginée la coexistence de 2 autoroutes interurbaines aussi rapprochées, et qui toutes deux arriveraient dans un espace urbain déjà bien atteint du syndrome de « la thrombose automobile ». Le trafic induit par l’A45 à péage ne ferait qu’aggraver le mal ! Et comment imaginer percuter ce « poumon vert » que sont les Coteaux du Jarez dont l’utilité sociale et environnementale pour amortir l’intensité de l’urbanisation qui s’est imposé alentours est tellement nécessaire ?

Qu’un tel projet soit soutenu par les seules collectivités ligériennes au motif de conforter le développement économique de la Loire nous rend perplexes, car lorsqu’une grande infrastructure relie 2 espaces urbains, l’espace « économiquement dominant » accroit toujours sa dominance ! Les élus ligériens emballés par l’idée de l’A45 voudraient-ils accélérer la périurbanisation du bassin stéphanois dans la Métropole lyonnaise ?

Urgent qu’une réflexion ait lieu au sein de notre assemblée pour cerner le manque réel d’intérêt de ce projet qui pourrait mobiliser 3 années de capacité d’investissement de notre collectivité ! Cette réflexion devra aborder aussi les alternatives capables d’améliorer véritablement la qualité de vie des habitants du bassin stéphanois qui chaque jour s’en vont travailler dans la Métropole lyonnaise : faisabilité de la requalification de l’A47 en aval de Saint-Chamond, amélioration de la capacité ferroviaire, organisation spécifique du covoiturage… Et ces perspectives devront être étudiées avec les collectivités rhodaniennes concernées, toutes hostiles à l’A45 !

Jean Bartholin, Violette Auberger, Pascale Vialle-Dutel


 

GROUPE LOIRE SOLIDAIRE

BUDGET 2016 : LES ASSOCIATIONS DE PROXIMITÉ FONT LES FRAIS DES CHOIX POLITIQUES

À l’occasion de la conclusion de la session budgétaire, le Président de l’Assemblée a provoqué un incident et empêché notre groupe de s’exprimer lors de l’explication de vote. Il s’agit là d’un événement inédit qui illustre une dérive autoritaire d’un Président incapable d’entendre la moindre critique quant au budget proposé. En signe de protestation, nous avons quitté la séance : le débat démocratique doit être respecté !

Notre groupe entendait dénoncer le manque de lisibilité du budget et la difficulté pour les élus de comparer objectivement les évolutions entre le Budget Primitif 2016 et celui de 2015. Il a été très difficile de tirer au clair certaines décisions dans ce budget que notre groupe a qualifié de « caméléon ».

Dans un paysage institutionnel en pleine évolution, nous avons pu constater à regret que l’exécutif a fait le choix de faire porter les ajustements budgétaires sur les acteurs associatifs ligériens de proximité, dans les domaines du sport, de la culture, de l’éducation populaire et de la jeunesse. Nous avons particulièrement dénoncé le désengagement massif sur les Projets Locaux d’Animation pour les centres sociaux (- 450 000 €) et les accueils de loisir sans hébergement (- 600 000 €). C’est une décision gravissime dont nous mesurerons les conséquences sur le plan social à court terme. C’est en outre un très mauvais signal envoyé à la jeunesse, et à toutes celles et tous ceux qui travaillent avec elle et pour elle.

Au total, c’est près de 1,5 million d’euros qui disparaît pour le soutien au secteur associatif. Or, pour nous, soutenir la pratique sportive, la culture, l’éducation populaire et la vie associative en général, constitue une forme « d’action sociale préventive » et participe à la cohésion sociale.

À l’heure de l’indispensable clarification des compétences, les choix politiques opérés quant aux secteurs où il s’agit de faire porter les économies de fonctionnement sont significatifs. Ceux de l’exécutif ne sont à nos yeux pas les bons et c’est pour cette raison que nous entendions nous opposer fermement au budget présenté, en proposant diverses alternatives aux coupes budgétaires prévues : arrêt du financement de l’aéroport, limitation des aides aux structures économiques n’entrant plus dans le champ des compétences départementales, baisse des frais de communication, etc.

C’est ce que nous continuerons de faire tout au long de l’année, en défendant chaque fois que cela sera possible, nos contre-propositions.

Le Président, Pierrick Courbon, et ses collègues Arlette Bernard, Nathalie Desa-Ferriol, Brigitte Dumoulin, Joseph Ferrara, Régis Juanico, Jean-Jacques Ladet, Éric Michaud, Marc Petit, Nadia Semache, Marie-Michelle Vialleton

Groupe « Loire Solidaire », Socialistes, Écologistes et Apparentés 9, rue Charles de Gaulle - 42000 Saint-Étienne Tél. : 04 77 59 32 03

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +