FOCUS
Fais-moi une place avec mon handicap
Novembre-Décembre 2018
EMPLOI

Fais-moi une place avec mon handicap

Le Département de la Loire favorise le travail des personnes en situation de handicap. Il a récemment signé une nouvelle convention avec le FIPHFP* et la Caisse des dépôts pour encourager leur recrutement et insertion dans la collectivité. Rencontre avec une apprentie à Montbrison.

Cent-quatre-vingts : c'est le nombre de personnes en situation de handicap recrutées par le Département ces dernières années. Parmi elles, plus d'une centaine d'apprentis ont été formés, dont Susana, la quarantaine, qui souffre de la maladie de Crohn. « J'ai pu bénéficier de ce dispositif parce que j'étais suivie par CAP Emploi. Une annonce est parue, j'ai postulé et j'ai eu accès à un poste adapté. » Si la majorité des contrats d'apprentissage signés concerne des jeunes, cette mère de famille est loin d'être un cas à part. « Environ un tiers des agents formés se trouvent dans cette situation. Le handicap supprime la condition d'âge pour accueillir un apprenti », explique Yvette Bufferne, référente handicap au sein de la collectivité.

chiffre-handicapUN POSTE AMÉNAGÉ, DES HORAIRES ADAPTÉS

Le bureau de Susana a été adapté avec l'aide d'un technicien de prévention. « Je dispose d'une souris conçue pour limiter mes mouvements. Mes horaires ont aussi été aménagés pour mes soins. » La maladie dont elle souffre est invisible, ou presque. Contrairement aux idées reçues, la majorité des handicaps sont souvent indétectables à l'oeil nu : douleurs chroniques au dos, maladies invalidantes évolutives, handicaps sensoriels... « Du fait de l'allongement de la durée de vie professionnelle, de plus en plus de personnes risquent d'être concernées », estime Yvette Bufferne. Un caractère indécelable qui n'a pas toujours servi Susana. « Il m'est arrivé d'intégrer des emplois ordinaires et c'était compliqué. Parfois, on ne comprenait pas mes absences. »

UNE DISCRIMINATION POSITIVE ?

Difficile, encore aujourd'hui, pour cet agent de mettre en avant sa maladie : « Ce n'est pas forcément bien perçu, même si mes collègues le savent et l'acceptent totalement. Je n'en parle encore souvent qu'à demi-mot. » D'ailleurs, c'est avant tout pour ses compétences qu'elle a été recrutée. « Il faut une adéquation entre les besoins de la collectivité, le profil du candidat et l'existence d'un centre de formation adapté », expose Yvette Bufferne. Cécile Jules, la maître d'apprentissage de Susana, est ravie de son employée. « Elle est volontaire et très impliquée au quotidien. » Suivre un apprenti est aussi une charge à ne pas minimiser. « Ça me plaît, cette notion de transmission. Il faut toutefois être conscient que cela nécessite une grande disponibilité et un investissement personnel pour mettre en place un accompagnement de qualité et une relation de confiance. » Quant à Susana, elle fait de son mieux pour décrocher son diplôme. Hasard du calendrier : elle passera son bac la même année que sa fille.

* Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique

Bonus WebUn Département sensible aux travailleurs handicapés

Le Département de la Loire a signé début septembre une nouvelle convention avec le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) et la Caisse des dépôts pour une durée de trois ans (2018/2020). La collectivité  souhaite ainsi renforcer ses actions en faveur du recrutement, de l'insertion professionnelle et du maintien dans l'emploi des personnes handicapées. Pour accompagner son effort financier de 541 327 € sur trois ans, le Département se voit allouer une subvention de 580 152 € par le FIPHFP.

Un premier bilan très positif

Lors de son précédent plan 2015-2017, la collectivité s'était engagée à accueillir ou recruter 46 personnes en situation de handicap. Dans les faits, elle a largement dépassé cet objectif puisqu'elle en a accueilli 70, dont 13 agents embauchés, 34 apprentis et 23 contrats aidés. Depuis 2009, plus de 100 apprentis porteurs de handicap ont été formés. Par ailleurs, le taux d'emploi direct des bénéficiaires de l'obligation d'emploi se situe à 7,48 % (bien au-dessus de l'obligation légale de 6 %).

VIDÉO LOIRE WEBZINE

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +