TRIBUNES LIBRES

 

Janvier-Février 2019

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

L’AUTONOMIE, GRANDE CAUSE DÉPARTEMENTALE 2019

 

Après une année 2018 intense au service des Ligériens et des territoires, la majorité départementale entend bien poursuivre ses actions avec l’ambition de rendre le Département plus dynamique, attractif et humain.

En ce début d’année, nous sommes déjà à pied d’oeuvre. Dans les missions qui sont les nôtres bien sûr, mais également dans les missions complémentaires, comme l’aide aux communes.

Cette nouvelle année sera une année de défis à bien des égards.

Défi budgétaire d’abord car nous avons l’exigence de gérer au mieux les deniers publics. Notre politique, notre responsabilité, c’est qu’un euro dépensé soit un euro utile pour la Loire et les Ligériens. Nous vous le devons et nous le ferons, sans augmenter les impôts, comme nous nous y sommes engagés en début de mandat.

Défi de la continuité du service public sur l’ensemble du Département, dans un souci constant de mettre en oeuvre le principe de subsidiarité. Chaque décision que nous prenons doit être pensée et appliquée au bon échelon : commune, intercommunalité, département, région dans un souci constant d’efficacité et de bonne gestion.

Défi humain ensuite car notre pilier fondamental réside avant tout dans les solidarités. Notre assemblée a décidé de faire de l’autonomie la grande cause départementale. La Loire compte actuellement 200 000 personnes âgées de plus de 60 ans, elles seront 250 000 en 2040 !

Le vieillissement de la population doit être une priorité, nous devons préparer l’avenir, impulser le changement. Ce n'est pas simplement le travail du Département, mais celui de l’ensemble des pouvoirs publics.

C’est bien un enjeu de société pour lequel nous sommes mobilisés, au risque si nous n’en prenons pas conscience de reléguer cette problématique et mettre à l’écart les personnes âgées du reste de notre société.

La future Cité des Aînés à Saint-Étienne, portée entre autres par la Mutualité et Loire Habitat, qui ouvrira ses portes cette année, en est un exemple concret. Le but est de créer un village dans la ville, dédié aux seniors et à leurs besoins. Tout y est pensé pour le bien-être des résidents. Le concept est d’adapter l’habitat et les équipements à la personne et non l’inverse.

La Silver économie est dédiée à l’accompagnement des seniors dans l’autonomie. Utiliser le numérique, la télémédecine et même la domotique pour favoriser les parcours à domicile, sont de véritables leviers à notre portée. À nous de les actionner dès à présent pour préparer la Loire de demain !

Vous le voyez, notre Département a de nombreux défis à relever cette année. Nombreux et variés, tant notre échelon est incontournable à tous les âges de la vie.

En ce début 2019, l’ensemble des membres du groupe Union pour la Loire vous souhaitent une belle et heureuse année. Qu’elle soit synonyme de bonheur, d’épanouissement et de réussite pour chacun d’entre vous !


Les élus du Groupe Union pour la Loire
www.unionpourlaloire.fr

Canton d'Andrézieux-Bouthéon : Michèle Maras et Sylvain Dardoullier
Canton de Boën-sur-Lignon : Chantal Brosse
Canton de Charlieu : Clotilde Robin et Jérémie Lacroix
Canton du Coteau : Véronique Chaverot et Daniel Fréchet
Canton de Feurs : Marianne Darfeuille et Pierre Véricel
Canton de Montbrison : Annick Brunel et Jean-Yves Bonnefoy
Canton du Pilat : Valérie Peysselon et Georges Bonnard
Canton de Rive-de-Gier :Séverine Reynaud et Jean-Claude Charvin
Canton de Saint-Chamond : Solange Berlier et Hervé Reynaud
Canton de Saint-Étienne 1 : Fabienne Perrin et Georges Ziegler
Canton de Saint-Étienne 2 : Alexandra Ribeiro Custodio et Jean-François Barnier
Canton de Saint-Étienne 4 : Christiane Jodar et Paul Celle
Canton de Saint-Just Saint-Rambert : Colette Ferrand et Alain Laurendon
Canton de Sorbiers : Corinne Besson-Fayolle et Yves Partrat


 

GROUPE GAUCHE RÉPUBLICAINE ET CITOYENNE

POUR QUE NOTRE RÉPUBLIQUE RETROUVE LE SENS
ET LES VALEURS DE LA DÉCENTRALISATION !

 

L'actualité confirme ce que nous disions déjà : il est urgent d'engager la reconstruction de notre société et de nos territoires en réduisant partout les inégalités dans l'accès aux services essentiels à la vie ! C'est depuis la base de notre société que s'exprime aujourd'hui cette urgence, faute à la politique nationale éloignée des réalités de la vraie vie de l'avoir fait. Le congrès des Maires de France aura fait remonter cette même urgence en évoquant « les inquiétudes des maires (...) et à travers eux celles des Françaises et des Français pour une prise en compte de situations territoriales et humaines de plus en plus préoccupantes ». Et il conclut en disant qu' « il y a urgence à donner sens à la République Décentralisée » ! Engager cette reconstruction suppose d'inverser cette déshumanisation imposée par un système néolibéral qui soumet progressivement nos sociétés et le Monde aux exigences du pouvoir de l'argent. Nous devons stopper aussi cette recentralisation/concentration de tous les pouvoirs qui ne cesse de creuser les inégalités ! En faisant vivre activement ses missions de solidarités humaine et territoriale, notre Collectivité départementale doit contribuer à la construction d'un vrai contrat social accomplissant l'intention humainement émancipatrice de la décentralisation. Voulue par la loi, une opportunité en faveur de ce cap est récemment apparue : notre Collectivité départementale et l'État ont la responsabilité de piloter ensemble un plan visant à améliorer l'accessibilité des services au public dans tous les espaces de notre département... Notre Collectivité doit donc saisir cette opportunité pour emmener l'État sur le chemin de la reconstruction de nos territoires et de notre société ! En assurant ses missions de solidarité, notre Collectivité départementale doit faire vivre partout les services essentiels à la vie de chacun dans de nombreux domaines : social, médicosocial, éducatif, culturel. Mais elle doit aussi veiller à ce que l'État agisse là où il a la responsabilité d'agir ! C'est dans ce cadre que nous devons anticiper de graves questions pour contrer les inégalités sociales et territoriales creusées par un système qui a malmené les valeurs de notre république décentralisée. Ainsi, la Saône et Loire et la Corrèze ont osé créer un service départemental de santé en salariant des médecins généralistes mis à disposition des territoires médicalement désertifiés... Nous devons y réfléchir aussi tout en sollicitant de notre communauté républicaine les moyens nécessaires pour combler cette fracture médicale qui avance dans notre département.

Jean BARTHOLIN, Violette AUBERGER, Pascale VIALLE DUTEL


 

GROUPE LOIRE SOLIDAIRE

2019 : UNE ANNÉE CHARNIÈRE POUR LE DÉPARTEMENT DE LA LOIRE

 

La fin de l’année 2018 aura révélé au grand jour la colère forte et légitime de nombreux concitoyens autour des questions fondamentales du pouvoir d’achat, de la répartition des richesses et du juste financement de la transition écologique.

La responsabilité du Gouvernement est grande dans la situation de tension exacerbée qui a conduit à un enlisement social de grande ampleur.

À l’échelle départementale, ce mouvement inédit ne peut que nous inciter à sans cesse évaluer et remettre en question l’efficacité et la lisibilité de nos politiques publiques à destination des plus fragiles et des plus modestes. Garant des solidarités humaines et territoriales, le Département doit pouvoir trouver toute sa place dans le ré-enchantement de notre Pacte Républicain et la mise en oeuvre de la grande « consultation nationale » des citoyens articulée autour de débats territoriaux, annoncée en décembre par le Gouvernement. Gageons qu’il ne s’agisse pas là d’un simple écran de fumée et qu’il constituera un temps de respiration démocratique dont notre pays a grandement besoin.

Nous espérons aussi que l’année 2019 permettra de donner corps à un certain nombre d’annonces évoquées dans le plan national de lutte contre la pauvreté en septembre dernier, mais dépourvu jusqu’à présent de mesures concrètes et opérationnelles. Passer des discours à l’action : voilà ce qu’attendent nos concitoyens !

Dans la Loire, 2019 sera marquée par le transfert de plusieurs compétences départementales vers la Métropole de SaintÉtienne. Si cela ne devrait avoir que peu d’impact dans votre vie quotidienne, il nous faudra collectivement veiller au maintien d’une forme d’équilibre et d’équité territoriale des politiques publiques sur l’ensemble du département : nous ne voulons pas d’une « Loire à deux vitesses » qui accentuerait la concurrence entre les territoires et renforcerait les fractures déjà existantes.

De même, fin 2018, nous avons jeté les bases d’une coopération renforcée avec nos voisins de Haute-Loire, sur des fondations enfin claires et transparentes, communiquées à tous les élus de nos deux Assemblées. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire, si nous n’avons pas d’a priori défavorable sur un tel rapprochement quand il s’appuie sur des considérations de bon sens, nous réaffirmons que seule l’efficacité des services rendus aux usagers doit guider notre réflexion collective, qui ne saurait s’articuler autour de seules considérations budgétaires. La recherche d’économies n’est pas une fin en soi, surtout si elle se fait au détriment des moins aisés !

Les élus du groupe Loire Solidaire vous adressent, ainsi qu’à vos proches, leurs meilleurs voeux pour 2019.

Le Président, Pierrick COURBON, et ses collègues Arlette BERNARD, Nathalie DESA-FERRIOL, Brigitte DUMOULIN, Régis JUANICO, Jean-Jacques LADET, Eric MICHAUD, Nadia SEMACHE, Marie-Michelle VIALLETON

Groupe « Loire Solidaire », Socialistes, Écologistes et Apparentés - 9, rue Charles de Gaulle - 42000 Saint-Étienne / Tél. 04 77 59 32 03


 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +