TRIBUNES LIBRES

 

Mai-Juin 2019

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

BUDGET 2019 : UNE AMBITION POUR LA LOIRE 

 

Examiné par le passé en décembre, le budget 2019 du Département de la Loire a été voté le 12 avril dernier. La majorité a présenté sa feuille de route budgétaire. Une feuille de route à la fois ambitieuse et volontariste, mais également responsable et rigoureuse, tant pour le développement des territoires que pour les Ligériens.

Un budget ambitieux et volontariste

Le Département de la Loire a toujours été attaché au bon développement de tous les territoires. Dans cette logique, notre Collectivité, qui accompagne déjà depuis de nombreuses années les communes dans leurs aménagements, a décidé de poursuivre et de maintenir son action en faveur de celles-ci. Dans une période où la résignation gagne de nombreux maires, nous nous tenons à leurs côtés pour faire avancer leurs projets, petits et grands, pour l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Les budgets que nous programmons ici, restent inchangés et apportent souvent une véritable bouffée d’oxygène à certaines communes qui n’auraient pas la possibilité financière de mener à bien leurs chantiers. Nous sommes et restons le premier partenaire des communes.

Outre l’aide aux communes et la garantie du financement de nos compétences obligatoires, notamment en direction des plus fragiles, nous avons décidé d’accentuer nos investissements avec une enveloppe de 82,2 M€. Nous voulons favoriser la réalisation de travaux structurants sur l’ensemble du département.

Nous savons à quel point les investissements que nous portons peuvent influer sur l’économie locale. Conscients de notre rôle d’aménageur du territoire, nous souhaitons investir pour préparer l’avenir et placer notre département dans une situation dynamique, au sein d’une région au destin stratégique.

Un budget responsable et rigoureux

Si nous pouvons maintenir un haut niveau d’investissements et d’aides au tiers, c’est avant tout grâce à une bonne gestion des finances départementales. Le credo qui nous anime est simple : chaque euro dépensé est un euro utile.
C’est donc en responsabilité que nous pouvons regarder l’avenir avec sérénité et détermination !
Malgré la baisse drastique des dotations de l’État ces dernières années, et la non-compensation à l’euro près des compétences transférées, notre politique rigoureuse nous permet de conserver des capacités d’actions, et ce sans augmenter les taux d’imposition, comme nous nous y sommes engagés depuis 2011.
C’est donc un budget volontariste tourné vers l’avenir que la Majorité Départementale a adopté pour répondre au mieux aux attentes et exigences des Ligériens.


Les élus du Groupe Union pour la Loire
www.unionpourlaloire.fr

Canton d'Andrézieux-Bouthéon : Michèle Maras et Sylvain Dardoullier
Canton de Boën-sur-Lignon : Chantal Brosse
Canton de Charlieu : Clotilde Robin et Jérémie Lacroix
Canton du Coteau : Véronique Chaverot et Daniel Fréchet
Canton de Feurs : Marianne Darfeuille et Pierre Véricel
Canton de Montbrison : Annick Brunel et Jean-Yves Bonnefoy
Canton du Pilat : Valérie Peysselon et Georges Bonnard
Canton de Rive-de-Gier : Séverine Reynaud et Jean-Claude Charvin
Canton de Saint-Chamond : Solange Berlier et Hervé Reynaud
Canton de Saint-Étienne 1 : Fabienne Perrin et Georges Ziegler
Canton de Saint-Étienne 2 : Alexandra Ribeiro Custodio et Jean-François Barnier
Canton de Saint-Étienne 4 : Christiane Jodar et Paul Celle
Canton de Saint-Just Saint-Rambert : Colette Ferrand et Alain Laurendon
Canton de Sorbiers : Corinne Besson-Fayolle et Yves Partrat


 

GROUPE GAUCHE RÉPUBLICAINE ET CITOYENNE

MERCI À MONSIEUR PAUL BOUCHET DE SON TÉMOIGNAGE D’ESPÉRANCE HUMANISTE… PUISSE-T-IL NOUS INSPIRER ! 

 

Sa lutte sans relâche pour que vive partout l'égale dignité humaine mérite notre respect ! Mais son engagement doit aussi nous inspirer car tel était son souhait... Tout cela a été si bien dit à Marcilly-le-Châtel et à Goutelas lors de son Grand Départ alors que sa pensée était si vivante ! Très jeune, il a été un résistant de la première heure face à cette imposture qui voulait faire croire que l'espèce humaine comportait des races supérieures à d'autres ! Il a aussi travaillé aux côtés de Stéphane HESSEL au Conseil National de la Résistance pour imaginer la reconstruction humaine et républicaine de notre société et de notre pays. Son engagement avec ATD Quart Monde pour la reconnaissance des droits qui fondent le respect de la dignité humaine aura été sans faille. Le droit au logement opposable qu'il a fait reconnaître par la Loi illustre sa lutte pour la reconnaissance de tous les droits fondamentaux : la dignité de chaque personne suppose qu'elle puisse accéder aux nourritures vitales du corps et de l'esprit. Il n'a cessé de le rappeler : nous devons accéder à cette liberté républicaine de pouvoir assumer notre devoir d'humanité en s'appuyant sur la justice et la fraternité sans frontière ! Pour ce faire, il partageait cette vérité que la raison du coeur est indispensable à l'humain pour qu'il puisse assumer sa raison d'être. Démontrant ainsi que l'Utopie Humaniste pouvait localement s'exprimer, il a su rassembler paysans, ouvriers et intellectuels pour que GOUTELAS redevienne ce lieu poursuivant l'histoire de l'ASTREE qui voulait faire renaître l'Humanisme dans ce territoire du Forez qu'il aimait tant ! Nous en avions parlé avec lui : « C'est en Agissant en notre lieu que nous pouvons penser avec le Monde et ouvrir l'Espérance de construire un Monde Meilleur ». Cet appel pour que nous pratiquions ainsi l'Humanité mérite vraiment d'être entendu car l'Utopie Humaniste est devenue si réaliste aujourd'hui compte tenu de la situation inquiétante de notre société et de notre planète ! Espérons que le témoignage de Paul BOUCHET nous inspire au coeur de notre Assemblée départementale pour que notre Collectivité impulse cette Force Humaniste faisant de l'humain un acteur au service de l'Humain ! Avocat, puis Conseiller d' État, il aura été l'Avocat des pauvres et de nos valeurs républicaines au service de l'Humanisme ! Cette égale dignité humaine qu'il voulait faire vivre est bien le sens de l'exercice de nos missions de solidarités... Cette perspective nous impose aussi l'exigence d'éveiller la citoyenneté pour construire et partager ensemble un Bien Commun au service de l'épanouissement de chacun.

Jean BARTHOLIN, Violette AUBERGER, Pascale VIALLE DUTEL


 

GROUPE LOIRE SOLIDAIRE

AÉROPORT DE SAINT-ÉTIENNE LOIRE : STOP OU ENCORE ? 

Le Comité syndical de l'aéroport de Saint-Étienne s'est réuni le 25 mars dernier, après une période floue et de crise profonde de plus de 6 mois, marquée par la démission de son président, Georges Ziegler.

Cette démission « surprise » a donné lieu à une passe d'armes ubuesque entre le président du Département et celui de Saint-Étienne Métropole, qui, rappelons-le, non contents d'être de la même famille politique, siègent dans la même majorité au Conseil municipal de Saint-Étienne et à la Métropole !

Pour le président Ziegler, la perte de la compétence « économie » découlant de la loi NOTRe, justifie le retrait du Département de la Loire de la présidence de l'aéroport. Difficile de ne pas lui donner raison sur ce point, puisque c'est exactement ce que nous défendons au sein du Conseil départemental depuis 2015, ligne à laquelle la majorité départementale s'était toujours opposée jusqu'alors. Dont acte ! Il est clair que notre collectivité aurait bien d'autres actions à financer dans son coeur de compétences, pour nos routes, pour nos aînés, pour nos collèges, où les besoins sont immenses et les budgets bien maigres.

La « patate chaude » de la destinée de cet aéroport moribond est donc revenue au président de la Métropole. Pour nous, plus que l'identité du capitaine, c'est la viabilité de l'aéroport et sa capacité à disposer d'un modèle économique pérenne et le moins dépendant possible de l'argent public, qui importent. Après l'arrêt des vols low cost, décidé à l'unanimité, seuls quelques milliers de passagers par an fréquentent l'aéroport de Bouthéon. Parfois mal compris, cet arrêt des compagnies à bas coûts a permis de réaliser des économies substantielles, les compagnies low cost étaient subventionnées par les collectivités locales pour chaque passager transporté. Plus il y avait de vols, plus cela coûtait cher aux contribuables, qui quelque part, sponsorisaient les vacances de quelques-uns.

Voilà aujourd'hui près de 18 mois que la CCI, gestionnaire de l'aéroport, a mandaté un cabinet spécialisé pour que celui-ci fasse des propositions pour le devenir de cet équipement, avec effectivité à partir de 2020 ? Quelle entreprise privée accepterait un délai aussi long pour obtenir un retour ? Sans compter les sommes provisionnées pour financer la résolution d'un contentieux avec la société jadis pressentie pour obtenir la gestion de l'aéroport au moyen d'une délégation de service public...

Bref, peu de nouveau sous le soleil de l'aéroport ligérien : les présidents passent, mais les difficultés persistent. En 2019, il en coûtera encore 557 000 € au Département. Alors, stop ou encore ?

Le Président, Pierrick COURBON, et ses collègues Arlette BERNARD, Nathalie DESA-FERRIOL, Brigitte DUMOULIN, Régis JUANICO, Jean-Jacques LADET, Eric MICHAUD, Nadia SEMACHE, Marie-Michelle VIALLETON

Groupe « Loire Solidaire » - 9, rue Charles de Gaulle - 42000 Saint-Étienne / Tél. 04 77 59 32 03


 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +