facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

Trésors d'Archives

Une nomination venue de Rome

Bulle pontificale d’Eugène IV en faveur de Louis de Gilbertès, le nommant hôtelier de l’abbaye de la Chaise-Dieu (Rome, 1445).

Archives départementales de la Loire, cote H-Dépôt 1_B 5_1
Archives départementales de la Loire, cote H-Dépôt 1_B 5_1

Cote : H-Dépôt 1, B 5/1

Analyse matérielle : document sur parchemin, sceau en plomb, lacs de chanvre, 32 x 52 cm.

Pour voir le document en ligne et les détails du sceau : cliquez ici


Une bulle est le sceau en plomb qui valide le document. Une bulle pontificale représente sur une face, les apôtres Pierre (S. PE.) et Paul (S. PA.), sur l’autre face, le nom du pape (EUGENIUS PP IIII). Par extension, la bulle désigne le document lui-même.

La Chaise-Dieu (Haute-Loire, arrondissement de Brioude) est une abbaye de moines bénédictins, fondée au milieu du XIe siècle, qui est devenue rapidement la plus importante d’Auvergne et a pris la tête d’une congrégation de 8 abbayes et 90 prieurés. Le pouvoir de nomination revenait aux moines et à l’abbé.

Dans le cas de Louis de Gilbertès, il obtient sa nomination du pape, car le prédécesseur à l’hôtellerie de la Chaise-Dieu, Johannès de Lascito, est mort à la Curie romaine : la nomination (« collation » de bénéfice) est alors réservée au pape, qui perçoit la moitié du revenu annuel, taxe des « annates », soit 150 livres tournois.

La bulle est à l’image de l’autorité dont elle émane : majestueuse. Des formules juridiques rappellent qu’il est risqué de s’y opposer. La chancellerie pontificale reste pendant tout le Moyen Âge un modèle pour les chancelleries laïques, qui adopteront bon nombre d’innovations administratives. Une mention, au dos, « Rta » (registrata), signale l’enregistrement du document. La bulle est donnée, contre paiement, à l’intéressé, mais la chancellerie pontificale en garde la trace dans ses registres. On peut s’y référer en cas de perte ou de contestation.

Louis de Gilbertès est le petit neveu de Jean de Lastic, grand maître des Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de 1437 à 1454, qui est mentionné dans la bulle. Cela a probablement aidé à obtenir la nomination par le pape. Malgré l’autorité dont elle émane, la nomination de Louis de Gilbertès va faire l’objet de contestation de la part de l’abbé et fera intervenir un jugement du châtelet de Paris en faveur de Louis. Un accord est trouvé en 1449 :

En 1470, Louis de Gilbertès fait une donation de ses biens et droits au bénéfice de son frère, Hugues, puis il disparaît des archives. Les archives de Louis de Gilbertès, avec celles de sa famille, pourtant originaire de Cronce (Haute-Loire), se retrouvent aujourd’hui dans les archives de l’Hôpital de Roanne. Elles y sont peut-être entrées lors d’un don, par une famille alliée, en faveur de l’hôpital.

Un accord est trouvé en 1449 (document conservé aux Archives départementales de la Haute-Loire).



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +