facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

Trésors d'Archives

Une innovation médicale : la radiographie

Certificat médical établi par le médecin Émile Gloppe suite à l’accident de travail survenu à Pierre Gagnaire, mineur à Saint-Étienne (1908).

Archives départementales de la Loire, cote 3 U 3_1438
Archives départementales de la Loire, cote 3 U 3_1438

Cote : 3 U 3/1438

Analyse matérielle : photographie collée sur papier, 19,5 x 25 cm.

Pour voir le document en ligne : cliquez ici

 

 

Depuis la loi du 9 avril 1898, les accidents survenus dans le cadre du travail donnent droit à une indemnité à la charge de l’entreprise si la blessure occasionne un arrêt de travail de plus de 4 jours. Lorsque l’accident entraîne une incapacité partielle ou permanente déterminée par un certificat médical, une enquête est instruite par le juge de paix compétent pour déterminer les causes, la nature et les circonstances de l’accident, la nature des lésions et le salaire. Le dossier de l’enquête est ensuite transmis au président du tribunal civil pour fixer le montant de l’indemnité.

Ce qui fut le cas pour Pierre Gagnaire, 50 ans, blessé le 12 juin 1908 par la chute d’une pierre sur la face dorsale de la main droite. Un arrêt de travail de 15 jours a été prescrit par le médecin de la Société stéphanoise de la Mine aux mineurs où il travaillait en tant que piqueur. Non satisfait des soins apportés, Pierre Gagnaire se rendit chez un autre médecin, le docteur Émile Gloppe, qui radiographia sa main et put ainsi établir un diagnostic précis : 5ème métacarpien brisé en deux fragments provoquant une incapacité permanente de 15%.

Éminent médecin, Émile Gloppe reçut la médaille de bronze de l’Académie de médecine, il s’installa à Roanne en 1898, puis à Saint-Étienne en 1904, pour repartir à Paris en 1912. Émile Gloppe apporta certainement  son expérience de la  radiographie de Paris où il fit ses études.

En effet, cette technique de radiographie était toute récente. Elle fut découverte par hasard par un physicien allemand, Wilhelm Röntgen, en 1895 lors de ses expériences sur les tubes cathodiques, au cours desquelles il constata l’existence d’un nouveau type de rayonnement qu’il dénomma, en raison de leur nature inconnue, « Rayons X ». Elle provoqua l’engouement du corps médical qui comprit instantanément l’intérêt de cette découverte pour la médecine. Dès 1897, le premier service de radiologie est créé à Paris, sous l’impulsion du docteur Antoine Béclère. Malgré les réticences de certains pendant une vingtaine d’année, cette technique se diffusa rapidement auprès des médecins. Cette technique, en continuel développement, est toujours indispensable aujourd’hui à l’établissement des diagnostics.



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +