facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

Trésors d'Archives

Échantillons de tissus, échantillons d’histoire ligérienne

Échantillons de feutres des Établissements Morreton, [non datés, années 1950 ?]

Archives départementales de la Loire, cote 47 J 386

Cote : 47 J 386

Analyse matérielle : quatre livrets reliés, échantillons de feutres de couleur, 30 x 45 cm

Pour voir les documents en ligne : cliquez ici

 

 

Ces carnets d’échantillons de feutre (tissu que l’on fabrique en pressant et en ébouillantant des poils ou de la laine) illustrent l’importance de l’industrie textile dans le département de la Loire.

La fabrication de chapeaux a fait la renommée de la ville de Chazelles-sur-Lyon à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. Mais l’implantation de cette industrie y est plus ancienne, et pourrait remonter au XIIe siècle : le comte du Forez aurait installé une commanderie de l’ordre de Malte en 1148, laquelle aurait importé d’Orient le secret de la fabrication du feutre. On trouve la première mention d’une chapellerie dans le terrier de la Commanderie (1584) et la première mention d’un chapelier dans les registres paroissiaux de 1602.

Ces échantillons proviennent du fonds des Établissements Morreton, qui faisaient partie des grandes chapelleries chazelloises avec les établissements Fléchet, Provot, Ferrier ou encore France. Fondés par Jean-Antoine Morreton en 1863, sous le nom Morreton-Viricelle, puis d’Établissements Morreton (1874), l’entreprise est d’abord prisée pour ses chapeaux masculins, puis investit avec succès la mode féminine en faisant évoluer les techniques de teintures. À l’instar des autres chapelleries chazelloises, Morreton réussit régulièrement dans la première moitié du XXe siècle à adapter sa production pour contrer la concurrence européenne. Le succès de l’entreprise est international ; elle possède des bureaux de vente à Berlin, Londres, Le Caire et même Buenos-Aires.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie du chapeau chazellois décline peu à peu. Le nombre d’usines passe de 20 en 1946, à 4 en 1966. Cette année-là, Morreton se regroupe avec les établissements Fléchet et France en une Société industrielle de chapellerie (S.I.C.), laquelle ne parviendra pas à relancer l’activité, et sera liquidée en 1976. Déposé par Jean-Paul Morreton en 1984, le fonds des Établissements Morreton est le plus important et le plus complet des trois fonds de chapelleries chazelloises conservés aux Archives de la Loire.



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +