facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

Trésors d'Archives

Antoine Pinay, homme politique local et international (1891-1994)

Lettres de personnalités et d’une centenaire adressées à Antoine Pinay à l’occasion de ses 100 ans (1991).

Archives départementales de la Loire, cote 193 J 7

Cote : 193 J 7

Analyse matérielle : papier à lettre, 21 x 29,7 cm et 15 x 21 cm

Pour voir toutes les lettres en ligne : cliquez ici

 

 

Les 100 ans d’Antoine Pinay ont été l’occasion d’un abondant courrier adressé à lui par des personnalités et des particuliers, et déposé par la suite aux Archives départementales par son petit-fils, Philippe Pinay. Pour cette exposition, trois lettres ont été choisies, de dirigeants politiques et d’une centenaire, qui mettent en exergue l’aura du « sage de Saint-Chamond ».

Ainsi, Valéry Giscard d’Estaing évoque ses propres débuts aux côtés d’Antoine Pinay au ministère des Finances, Helmut Kohl, chancelier allemand, rappelle son rôle important comme ministre dans les relations franco-allemandes. Mme Gauwain, âgée de 103 ans, félicite l’ancien Président du Conseil pour sa belle carrière.

Rappelons qu’Antoine Pinay est né à Saint-Symphorien-sur-Coise dans le Rhône en 1891. Il est blessé à la guerre de 1914-1918. Il marque particulièrement la ville de Saint-Chamond, dont il est maire de 1929 jusqu’en 1977. Parallèlement, il est président du Conseil général de la Loire de 1949 à 1979.

Mais il mène également une carrière de premier plan au niveau national après 1945. En 1952, Antoine Pinay devient Président du Conseil, tout en étant ministre des Finances et des Affaires économiques. Il organise la baisse des prix, puis un emprunt dont le taux de 2,5% est indexé sur l’or. Plus tard, il devient ministre des Affaires étrangères en 1955, participant au début de la décolonisation, notamment du Maroc, et amorçant un rapprochement avec la République fédérale d’Allemagne. En 1958, il devient ministre de l’Économie et des Finances du général de Gaulle, lançant un nouvel emprunt et préparant la réforme du Nouveau Franc. En désaccord avec la politique extérieure du général de Gaulle, il démissionne en janvier 1960, mettant un terme à sa carrière ministérielle.

Par la suite, Antoine Pinay restera une personnalité très appréciée des Français, pour son intégrité et son bon sens. Se situant en dehors des partis, il aura su tisser des liens avec des personnalités de toutes tendances politiques, qui feront souvent le voyage de Saint-Chamond pour solliciter un conseil.



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +