facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

Trésors d'Archives

L’Astrée : un roman fleuve ancré dans le Forez

L’Astrée : ouvrage d’Honoré d’Urfé gentilhomme forézien, publié en cinq volumes entre 1607 et 1628 et achevé par Balthazar Baro, secrétaire de l’écrivain (5 400 pages). L’édition présentée est de 1647.

Archives départementales de la Loire, cote CH 4889_1
Archives départementales de la Loire, cote CH 4889_1

Cote : CH 4889/1

Analyse matérielle :  Exemplaire sur papier, couverture en parchemin, 18 x 28,5 cm (format ouvert).

Pour voir des détails du document en ligne : cliquez ici


L’exemplaire de L’Astrée que possèdent les Archives départementales, est une édition rare, publiée peu de temps après sa parution.  Ce chef d’œuvre de la littérature du XVIIe siècle qui apporte une réflexion psychologique inédite, a connu une fortune inégalée pendant deux siècles en Europe. Il a pour fil conducteur l’histoire des amours contrariées entre Astrée et Céladon, deux bergers au Ve siècle de notre ère dans la Gaule des druides et plus spécifiquement dans la plaine du Forez. D’autres péripéties politiques et sentimentales viennent nourrir l’intrigue. Cet ouvrage a la qualité incomparable de mettre en lumière, comme jamais auparavant, le Forez, la rivière le Lignon, avec des sites emblématiques comme le château de Goutelas, le prieuré de Montverdun et La Bâtie d’Urfé qui a un rôle central dans l’intrigue. Le lecteur, grâce aux descriptions précises contenues dans le roman, peut reconnaître des lieux et des monuments encore visibles aujourd’hui. Des gravures en tête de chapitre illustrent certains épisodes marquants du récit avec les principaux protagonistes.

Son auteur, Honoré d’Urfé (1567-1625), petit-fils de Claude d’Urfé, noble forézien, a eu une existence mouvementée. Il passe son enfance au château de la Bâtie, puis, il entre au collège jésuite de Tournon où il fait ses premières armes littéraires. A 22 ans, il s’illustre comme chef militaire dans le Forez au service de la Ligue catholique en pleine guerre de Religion. Plus tard, il combat au service du duc de Savoie. Il revient dans sa province natale et épouse en 1600 Diane de Chateaumorand. La première partie de son œuvre littéraire maîtresse L’Astrée voit le jour en 1607. En 1610, Honoré d’Urfé publie la seconde partie. Le roman est déjà célèbre en France et rencontre en Allemagne un vif succès. Parallèlement, en 1619, paraît la troisième partie de l’Astrée, attendue depuis neuf ans. En mars 1625, Honoré d’Urfé reçoit une supplique d’une cinquantaine de princes et seigneurs allemands qui l’invitent à éditer la suite du roman. Mais il ne pourra s’acquitter de cette tâche, car il partira combattre pour le roi de France et le duc de Savoie contre l’Espagne et mourra de pneumonie le 1er juin 1625. La quatrième partie de l’œuvre qu’il avait commencée, est terminée par son secrétaire et publiée en 1627.

 



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +