facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

Trésors d'Archives

Une assemblée à Montbrison (mars 1789)

Procès-verbal de l’assemblée générale des trois états de la province du Forez (16-26 mars 1789).

Archives départementales de la Loire, cote C 62
Archives départementales de la Loire, cote C 62

Cote : C 62

Analyse matérielle : cahier de feuilles en papier, 34 x 45 cm.

Pour voir le document en ligne : cliquez ici


Le présent document est le procès-verbal de l’assemblée générale des trois états de la province du Forez tenue pour la rédaction des cahiers de doléances de la province et la nomination de ses députés aux États généraux, convoqués par Louis XVI le 24 janvier 1789, pour se tenir à Versailles quelques mois plus tard. Le tout afin de tenter de résoudre les problèmes graves auxquels était confronté le pays depuis des années.

C’est le lundi 16 mars 1789 à 8 heures du matin en la chapelle des pénitents du Confalon de Montbrison, après la messe, que se réunit l’assemblée générale des trois états de la province du Forez sous la présidence du marquis de Rostaing en tant que bailli et sénéchal d’épée du Forez. À cette époque, les Français étaient répartis en trois ordres ou états : le premier était le clergé, le deuxième, la noblesse et le troisième, le tiers état, représentant l’immense majorité du peuple du royaume de France.

Les députés des paroisses du tiers état se sont réunis auparavant dans des assemblées préliminaires à Montbrison et Bourg-Argental afin de désigner un quart d’entrepour se rendre à Montbrison. Au préalable, chaque paroisse avait rédigé son propre cahier de doléances et nommé son ou ses députés. Le clergé est représenté en nombre par les représentants des chapitres, les abbés, prieurs, curés et prêtres possédant bénéfice de la province. Quant à la noblesse, tous les chefs de familles nobles ainsi que les non-nobles possédant fiefs sont convoqués.

Dans la nef, le clergé s’est placé à droite de l’autel, la noblesse à gauche et le tiers état en face.

Le document énumère tous les députés du clergé, ce qui dure toute la journée. Ce n’est que le lendemain, que l’on procède à l’énumération des députés de la noblesse qui prend fin à une heure de l’après-midi. À trois heures et demie, c’est enfin le tiers état qui se compte, soit 213 députés. Malheureusement, le document ne contient pas la liste de ces députés contrairement aux deux autres ordres.

Ensuite toute l’assemblée prête serment d’être fidèle au roi et à la patrie, de procéder fidèlement à la rédaction des cahiers de doléances et à la nomination des députés aux États généraux. Pour ce faire, chaque ordre se réunira séparément. Le clergé dans la salle de la « Diana » appartenant au chapitre de Montbrison, la noblesse dans l’hôtel de ville, et le tiers état reste sur place.

Les réflexions dureront près de dix jours. Ce n’est que le 26 mars que se tient la réunion des trois ordres afin de nommer les députés aux États généraux. Le clergé en a désigné deux, la noblesse pareillement et le tiers état, quatre, dont le marquis de Rostaing qui, bien que noble, a choisi de représenter le peuple. Ces huit députés prêtent serment et se voient remettre les cahiers de doléances de leurs ordres respectifs. S’ensuivent plusieurs pages de signatures de députés disposées par ordre.



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +