À VOS CÔTÉS
Novembre-Décembre 2019
REPORTAGE

L’appli qui sauve

LES POMPIERS DE LA LOIRE TESTENT DEPUIS SEPTEMBRE L’APPLICATION PERMIS DE SAUVER, DÉVELOPPÉE PAR DEUX DE LEURS COLLÈGUES DU RHÔNE. LE PRINCIPE : FAIRE APPEL À DES CITOYENS SECOURISTES GRÂCE À LEUR SMARTPHONE.

Un jeudi de septembre, 14 h. Le soleil brille, c’est l’été indien. Nous pressons le pas ; nous avons rendez-vous pour une visite pas comme les autres à l’étatmajor des pompiers de la Loire à SaintÉtienne. Le commandant Jérôme Mereni nous réserve une découverte exclusive du centre d’appels d’urgence des pompiers de la Loire. L’opération du jour : découvrir les dessous de l’application Permis de sauver pour comprendre comment elle contribue à sauver des vies.

EN IMMERSION AU CENTRE D’APPELS

La porte s’ouvre. Nous sommes autorisés à pénétrer dans une pièce que peu de civils ont la chance de traverser : la salle opérationnelle, encore appelée le centre de traitement d’appels d’urgence. « Allô, les pompiers, j’écoute. » Une lumière rouge s’allume. Patrick prend une communication. Cette fois-ci, ce sera une fausse alerte pour une téléalarme déclenchée inopinément. Nous nous approchons à présent de Julie et remarquons un écran orange à sa droite. Il y est inscrit le nom de la nouvelle application, Permis de sauver. C’est grâce à elle qu’elle pourra déclencher l’intervention de citoyens par le biais de leurs smartphones. Les minutes passent et les appels s’enchaînent. Quand soudain…

ARRÊT CARDIAQUE, INTERVENTION DEMANDÉE

Un citoyen signale un homme inanimé. « J’étais au volant avec l’impossibilité de m’arrêter. Il se trouvait sur la route en contrebas. » Julie renseigne quelques informations sur son écran orange. D’un clic de souris, elle lance les recherches. « Deux personnes qui ont téléchargé l’application se trouvent à proximité de la zone d’intervention, nous allons leur envoyer une notification sur leur téléphone. » En moyenne, il faut 10 minutes aux pompiers pour se rendre sur les lieux. Si pendant ce temps, un civil formé peut intervenir, par exemple en prodiguant un massage cardiaque, ce sont de précieuses secondes gagnées et donc de meilleures chances de survie pour la victime. En 2018, plus de 300 victimes d'arrêt cardiaque ont été prises en charge par les pompiers ligériens : moins de dix ont pu quitter l'hôpital sans aucune séquelle.

PRÊTS, FEU, SAUVEZ !

Bzzzz ! Le portable de Jean-Noël se met à vibrer. Il a installé l’application Permis de sauver après s’être initié aux gestes de premiers secours : « Je suis heureux de pouvoir apporter ma contribution. » Une notification lui demande s’il est disponible pour une intervention. Il accepte et se rend sur les lieux de l’accident. Pour le guider, Julie. « Il respire ? » Après un bref examen de la photo que vient de lui envoyer Jean-Noël, elle lui conseille de prodiguer immédiatement un massage cardiaque. Quelques minutes plus tard, les pompiers arrivent sur les lieux pour prendre le relais. La vie ne tient parfois qu’à un coup de fil et un simple smartphone. Alors à vous de télécharger l'application !

appli-permissauverTéléchargez gratuitement Permis de sauver dans l'App store ou sur Google Play et n'oubliez pas d'activer la géolocalisation.

jerome-mereniCommandant
Jérôme Mereni

" Chacun peut devenir un acteur de la sécurité civile "

" En France, 50 000 personnes décèdent chaque année d'un arrêt cardiaque. On perd 10 % de chances de survie par minute qui s'écoule et les sapeurs-pompiers de la Loire interviennent en moyenne en 9 minutes. Grâce à cette application, un citoyen formé aux gestes qui sauvent peut porter secours à une victime en amont de l'arrivée des sapeurs-pompiers. Les sauveteurs bénévoles sont libres d'accepter ou non l'intervention et leur responsabilité n'est pas engagée. L'intérêt de Permis de sauver repose sur un maillage du territoire, donc plus de personnes majeures seront inscrites sur la plateforme, et plus la réponse sera intéressante d'un point de vue qualité de secours. L'objectif est de mobiliser un maximum de citoyens pour sauver des vies. "

EN CHIFFRES

86 000 téléchargements de l'application en France 3 niveaux d'intervention : 1 (non formé), 2 (diplôme de secourisme) et 3 (secouriste expérimenté ou professionnel de santé) 320 000 appels annuels reçus dans la Loire via le 18 ou le 112 72 centres ligériens d'incendie et de secours 400 arrêts cardiaques traités chaque année dans la Loire

Crédit photos : Fabrice Roure

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +