Espace naturels dans la Loire

Les Espaces naturels sensibles (ENS)

Milieu naturel d’une grande richesse, il abrite une végétation et des populations animales remarquables. Cette biodiversité s’établit sur le milieu naturel et est en constante interaction avec lui.

À l'origine, chaque milieu est avant tout déterminé par la nature du relief, du climat (températures, précipitations, vents) et de la roche en sous-sol. Cependant, les milieux naturels évoluent au fil du temps, sous l'influence de contraintes naturelles, mais aussi et surtout sous l'action de l'homme. En effet, depuis l'apparition de l'agriculture, l'homme a profondément bouleversé la plupart des milieux dits naturels en France (culture, urbanisation, routes...).

Les Espaces naturels sensibles sont définis par trois grands critères :

  • leur rareté à l'échelle européenne, nationale, régionale ou départementale,
  • les menaces qui pèsent sur ces milieux naturels (urbanisme, agriculture intensive, tourisme...),
  • l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité en termes de ressources (eau, biodiversité, cadre de vie...).

 

Pourquoi préserver les Espaces naturels sensibles ?

La préservation des Espaces naturels sensibles répond à trois exigences majeures :

  • participer à la préservation de la qualité des éléments essentiels à la vie (eau, air...) et au maintien de la biodiversité indispensable à la recherche médicale et aux ressources alimentaires,
  • améliorer le cadre de vie des Ligériens par la conservation des paysages et du patrimoine naturel et culturel,
  • favoriser la vitalité économique par le développement du tourisme vert et la création d'emplois liés à la gestion des sites et à l'offre touristique.

 

La politique environnementale du Département

Les Espaces naturels sensibles sont gérés par les Départements, compétents en matière de préservation du patrimoine naturel local. Chaque Département peut ainsi mettre en œuvre une politique en faveur des ENS en vue de préserver la qualité des sites, des paysages et des milieux et d'assurer ainsi la sauvegarde des habitats naturels. De plus, les ENS doivent être aménagés pour une ouverture au public, sauf exception justifiée par la fragilité du milieu.

Depuis 1991, le Département de la Loire a labellisé au total 618 Espaces naturels sensibles en fonction de divers enjeux (touristiques, pédagogiques, scientifiques, culturels ou historiques). Cela a permis la mise en place de stratégie d'intervention (acquisitions, conventions...) en vue de la pérennisation de ces sites ainsi que la réalisation d'aménagements, voire d'ouverture au public.

En parallèles, des études ont été conduites pour identifier les milieux prioritaires représentatifs du département au regard de leur sensibilité : Hautes Chaumes du Forez (1991), Étang (1994), Tourbière (1994 et 2004), Hêtraie (1995 et 2012), Bords de Loire (1996), Gorges de la Loire aval (2000), Pitons Basaltiques (2003), Gorges de la Loire amont (2009) et Forêt (2011).

 

Les Espaces naturels sensibles de la Loire

 

Pour mener à bien cette politique de protection, de gestion et d'ouverture au public des ENS, le Département de la Loire perçoit la part départementale de la Taxe d'aménagement (TA). Consacrée en grande majorité à l'acquisition foncière. Cette taxe soutient également d'autres opérations portées par de nombreux partenaires. Quelques exemples :

Pour valoriser la biodiversité remarquable présente sur les ENS de la Loire, le Département et le CPIE des Monts du Pilat ont réalisé quatre plaquettes téléchargeables :

25 espaces naturels à découvrir dans la Loire

Au carrefour d’influences géographiques diverses, le département de la Loire est situé au centre de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le long de sentiers de randonnée ou à l’affût dans les observatoires, partez à la découverte du patrimoine naturel, de la faune et de la flore de notre territoire.

Le guide des espaces naturels de la Loire présente 25 sites d’exception. Du Roannais au Pilat, en passant par les monts ou la plaine du Forez, laissez-vous charmer par des paysages chargés d’histoire. Vous pourrez explorer des milieux naturels riches et méconnus, telles les tourbières et les landes ou encore observer la migration d’oiseaux exceptionnels comme le milan royal ou la cigogne.

 

25 espaces naturels à découvrir dans la Loire

Une nature ouverte au public

Pour mieux connaître les milieux riches mais sensibles qui composent le patrimoine naturel ligérien, ce guide vous propose de découvrir 25 sites d'exception.
La plupart de ces sites ont été aménagés avec l’aide du Département de la Loire, au titre de sa compétence Espaces naturels sensibles. Ils disposent tous de parkings et d'accès sécurisés. Les sentiers y sont balisés et entretenus régulièrement pour un accès grand public.

 telecharger Téléchargez le Guide des espace naturels ouverts au public

 

Guide des espaces naturels de la LoireAu carrefour d’influences géographiques diverses, le département de la Loire est situé au centre de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le long de sentiers de randonnée ou à l’affût dans les observatoires, partez à la découverte du patrimoine naturel, de la faune et de la flore de notre territoire.

Le guide des espaces naturels de la Loire présente 25 sites d’exception. Du Roannais au Pilat, en passant par les monts ou la plaine du Forez, laissez-vous charmer par des paysages chargés d’histoire. Vous pourrez explorer des milieux naturels riches et méconnus, telles les tourbières et les landes ou encore observer la migration d’oiseaux exceptionnels comme le milan royal ou la cigogne.

La plupart de ces sites ont été aménagés par le Département de la Loire ou avec son aide, dans le cadre de sa politique de protection des Espaces naturels sensibles (ENS). Les sentiers balisés sont équipés de panneaux informatifs, de tables d’orientation ou encore d’observatoires pour vous guider dans votre exploration de la nature. Certains sites disposent même d’espaces muséographiques proposant des expositions interactives et ludiques. Ces espaces peuvent parfois être payants et soumis à des horaires d’ouverture spécifiques.

L’ensemble des espaces naturels présentés dans ce guide sont ouverts toute l’année, en accès libre et gratuit.

 

Qu’est-ce qu’un Espace naturel sensible ?

 

Milieu naturel d’une grande richesse, il est composé d’une végétation et de populations animales remarquables. Toutes deux le colonisent et sont en interaction constante avec lui.


À l’origine, chaque milieu naturel est avant tout déterminé par la nature de la roche en sous-sol, du relief et du climat (températures, précipitations, vents). Cependant, les milieux naturels évoluent au fil du temps, sous l’influence de contraintes naturelles, mais aussi et surtout sous celle de l’action de l’homme.

 

En effet, depuis le néolithique et l‘apparition de l’agriculture, l’homme a profondément bouleversé et cultivé la plupart des milieux dits naturels en France.

 

Les Espaces naturels sensibles sont définis par trois grands critères :

  • leur rareté à l’échelle européenne, nationale, régionale ou départementale,
  • les menaces qui pèsent sur eux (urbanisme, agriculture intensive, tourisme…),
  • l’intérêt qu’ils représentent pour la collectivité en termes de ressources (eau, biodiversité, cadre de vie…).

 

Pourquoi préserver les Espaces naturels sensibles ?

 

La préservation des Espaces naturels sensibles répond à
trois exigences majeures :

  • participer à la préservation de la qualité des éléments
    essentiels à la vie (eau, air…) et au maintien de la biodiversité
    indispensable à la recherche médicale et aux
    ressources alimentaires,
  • améliorer le cadre de vie des Ligériens par la conservation
    des paysages et du patrimoine naturel et culturel,
  • favoriser l’expansion économique par le développement
    du tourisme vert et la création d’emplois liés à la gestion
    des sites et à l’offre touristique.

Une exposition pour découvrir les espaces naturels

Des sommets aux plaines, des forêts aux prairies, le département de la Loire possède des milieux naturels variés et  très riches sur le plan de la faune et de la flore. Les différences d’altitude, de sol, d’exposition et de climat offrent toutes les composantes nécessaires à l’épanouissement de cette biodiversité.

Le Département de la Loire, en collaboration avec le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes, a imaginé une exposition composée de dix panneaux pour mettre en lumière ces espaces naturels préservés à travers sept territoires.

Cette exposition, accompagnée d’une plaquette, est mise à disposition des collèges et médiathèques, ainsi que des structures qui en font la demande à :

Département de la Loire
Service environnement et forêt
2, rue Charles de Gaulle
42000 Saint-Étienne
04 77 48 40 29
sensibilisation.environnement@loire.fr

 

Plaquette "Les Espaces Naturels du département de la Loire"

 

Les panneaux de l'exposition

Les sept territoires présentant les espaces naturels de la Loire

 

1/ Le Fleuve Loire, dernier fleuve sauvage

Le fleuve Loire est la colonne vertébrale naturelle du département à qui il a donné son nom. Il joue le rôle de trait d’union entre les différents territoires.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

 

2/ Les monts de la Madeleine et les Bois Noirs

La biodiversité est particulièrement riche dans les monts de la Madeleine et les Bois Noirs. Cela s’explique par un climat à la fois montagnard et d’influence atlantique. L’Homme, comme les espèces, a composé avec ces caractéristiques.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

 

3/ Les monts du Forez

Frontière et lien naturel entre les régions Auvergne et Rhône-Alpes, les monts du Forez offrent des paysages diversifiés : piémont, zone médiane choisie pour l’implantation des villages et des prairies, et Hautes Chaumes sur les sommets.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

 

4/ La plaine du Forez

Terre agricole et pays d’étangs, la plaine du Forez est un territoire façonné par l’Homme. C’est aussi un paradis pour les oiseaux.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

 

5/ Les monts du Lyonnais

À l’est du département, ce territoire vallonné et riche en bocage comporte aussi d’importantes surfaces boisées.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

 

6/ La plaine du Roannais

Paysage vert et bocager, la plaine du Roannais est pâturée par des troupeaux de race charolaise. Certaines de ses prairies, nommées chambons, bénéficient des limons de la Loire.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

 

7/ Le massif du Pilat

Entre le Rhône et la Loire, le Pilat s’avance tel un éperon du Massif central. Il est riche en contrastes naturels, des versants rhodaniens aux accents méditerranéens, jusqu’aux crêts au caractère montagnard affirmé.

sept territoires pour découvrir les espaces naturels

La nature dans la Loire

La Loire possède une grande diversité de milieux et de paysages qui évoluent au fur et à mesure des époques et des pratiques agricoles, industrielles et urbanistiques. Aujourd’hui, les différents milieux naturels présents dans la Loire abritent une faune et une flore exceptionnelles que le Département préserve depuis 1991 grâce à la mise en œuvre de sa politique environnementale.

Télécharger le Schéma départemental des milieux naturels de la Loire 2009-2023

Actuellement, certains milieux représentent particulièrement bien les paysages visibles dans la Loire : les bords de Loire, les étangs, les hêtraies du Pilat, les forêts départementales, les Hautes Chaumes du Forez, les pitons basaltiques, les tourbières d'altitude.

 

Les bords de Loire

La Loire, plus long fleuve français et dernier grand fleuve sauvage d'Europe, traverse notre département. Profondément modifié et dégradé par le passé, ce fleuve bénéficie d'une remise en valeur. L'amélioration des connaissances sur ce milieu naturel et leur prise en compte dans les politiques publiques permettent d'y contribuer.

Ainsi, une étude réalisée par le Département a permis d'identifier 24 sites prioritaires sur la Loire. Sur cette base, des actions sont mises en œuvre afin de réactiver la dynamique fluviale, de préserver les ressources en eau potable et de conserver les espaces remarquables : confluences, gravières, prairies sèches, roselières, gourds, bancs de sables... Des aménagements sont par ailleurs réalisés pour une ouverture raisonnée au public des bords de Loire.

Dans le cadre du plan Loire grandeur nature, le Département soutient divers projets de préservation portés par des collectivités ligériennes (plafond maximal de 35% des dépenses éligibles).

Le fleuve est un site d'accueil privilégié pour certaines espèces. Ainsi, le castor et la loutre fréquentent ses abords. Des oiseaux comme la sterne pierregarin et le petit gravelot trouvent refuge sur les plages de galets et les grèves. La Loire est aussi un axe majeur lors des migrations pré et post nuptiales des oiseaux.

Les étangs de la Loire

Les plaines du Forez et du Roannais sont riches de quelque 360 étangs occupant une superficie de 1 600 hectares. Ces milieux sont identifiés comme une zone humide majeure (essentiellement le Forez) pour ses oiseaux d'eau et sa flore. Les premiers étangs ont été créés au cours du XIIIe siècle par des moines. Aujourd'hui, la plupart sont privés et dédiés à la pisciculture ou à la chasse.

Le Département, en collaboration avec la Fédération des chasseurs de la Loire et le Syndicat des étangs du Forez, a mis en place le programme Étangs de la Loire. Il s'agit d'aider techniquement et financièrement les propriétaires pour la mise en place d'une gestion conservatoire dans le respect des activités traditionnelles. Ces contrats permettent la préservation d'habitats remarquables, la restauration des milieux et la réalisation de travaux sur les structures annexes. Des inventaires et des études écologiques permettent d'évaluer et de suivre l'évolution de ces étangs.

Les hêtraies du Pilat

Dans le massif du Pilat, les boisements de hêtres ou hêtraies constituent un milieu naturel original. Il s'agit de la seule essence de feuillus d'altitude. Ces boisements participent à la diversité écologique et paysagère du Parc naturel régional du Pilat.

Afin de préserver et valoriser ces 900 hectares de hêtraies remarquables, le Département a mis en place un programme d'actions spécifiques en collaboration étroite avec le Parc naturel régional du Pilat et le Centre régional de la propriété forestière (CRPF). Il permet d'apporter un soutien financier et technique aux propriétaires sylviculteurs pour la mise en œuvre d'une gestion sylvo-environnementale favorable aux hêtres.

Parallèlement à cette action de préservation, des opérations de sensibilisation du public et des acteurs locaux sont engagées, afin de faire partager la richesse écologique et socio-économique de ce patrimoine.

Télécharger la plaquette "Les hêtraies du Pilat"

Les forêts départementales

Le patrimoine forestier départemental se compose actuellement de six domaines :

  • la forêt de Lespinasse (450 ha),
  • la forêt de Chausseterre (60 ha),
  • la forêt de la Morte (52 ha),
  • la forêt de Chalmazel (85 ha),
  • le parc du Chasseur à Saint- Genest-Lerpt (20 ha),
  • la hêtraie de Valchéry (3 ha)
  • la hêtraie de Chuyer (2 ha).

La gestion de ce patrimoine s'effectue grâce aux financements issus de la Taxe d'aménagement (TA).

Forêt de Lespinasse

Depuis 1968, la forêt de Lespinasse est aménagée et gérée par le Département de la Loire. La vocation de ses 450 hectares est multiple : accueil du public (détente, sentiers sportifs...), connaissance et préservation du milieu naturel, gestion sylvicole et approvisionnement de la filière bois. Plus de 60 000 promeneurs profitent chaque année de la plus grande forêt feuillue de la Loire et du Grand Couvert, un bâti ancien remarquable qui accueille aussi des expositions et des animations pédagogiques.

 

Parc du Chasseur à Saint-Genest-Lerpt

Situé à une dizaine de kilomètres de Saint-Étienne et desservi par les transports urbains, ce parc départemental permet aux visiteurs de faire connaissance avec le milieu forestier et leur offre un espace de détente dans un site naturel protégé.

 

Forêt de la Morte

Située sur la commune de Sauvain, cette forêt résineuse s'étale entre 1 100 et 1 600 mètres d'altitude. Son origine remonte à celle de la famille du marquis de Talaru, propriétaire du château de Chalmazel. Composée de sapins (60 %) et d'épicéas (40 %), la forêt de la Morte est une futaie jardinée par bouquets.

Les Hautes Chaumes du Forez

Les Hautes Chaumes du Forez, situées entre 1 300 et 1634 mètres d'altitude sur les communes de Chalmazel, Sauvain, Saint-Bonnet-le-Courreau et Roche-en-Forez, constituent le « toit » du département. Il s'agit de vastes espaces ouverts composés de landes montagnardes acidiphiles, où se développe une flore spécifique très influencée par l'altitude et les conditions climatiques extrêmes. On peut y rencontrer la médicinale arnica des montagnes mais aussi la bleue aconit napel ou encore le rare lys martagon.

Depuis le Moyen-Âge, les Hautes Chaumes du Forez sont liées au pastoralisme estival. À cette époque, le bétail occupait traditionnellement l'espace centré autour de la jasserie, bâtiment de pierre où l'exploitant vivait l'été près de l'écurie. Tous les matins, l'étable était lavée grâce à une réserve d'eau qui fertilisait la fumée ou fumade, noms donnés à la prairie en aval du bâtiment. Après leur nuit à l'étable, les bêtes sortaient sur la fumade et parcouraient la lande. Leur lait servait à fabriquer la fourme de Montbrison. Même si les pratiques actuelles ont évolué, les Hautes Chaumes restent toujours dépendantes d'une agriculture extensive et respectueuse de l'environnement. Grâce à un équilibre subtil (date de fauche, chargement en bétail, niveau de fertilisation), l'agriculteur peut préserver ces milieux naturels d'exception. Le Département de la Loire a participé avec les acteurs du monde agricole et les administrations concernées à la mise en place de Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) favorisant cet équilibre.

Les pitons basaltiques

Il y a 30 millions d'années, des écoulements de lave ont formé de petits pics. Cette origine volcanique confère à ces pitons basaltiques un cortège floristique inhabituel. On y trouve ainsi  l'orchis bouc, une orchidée sauvage très odorante pouvant atteindre un mètre de hauteur. Ces lieux surprenants et uniques sont aussi régulièrement survolés par l'insolite machaon, un élégant papillon aux ailes colorées.

Les tourbières

Les tourbières, zones humides de montagne, ont une valeur patrimoniale exceptionnelle. Le Département de la Loire abrite à lui seul 43 % des tourbières remarquables de Rhône-Alpes. Celles-ci sont remarquables à plusieurs titres :

  • maintien du débit des cours d'eau en été,
  • potentiel pédagogique et touristique,
  • patrimoine historique et culturel.

À ce jour, 35 sites de tourbières ont été sélectionnés dans le cadre d'un programme visant à préserver et à mieux faire connaître ces milieux d'exception (maîtrise foncière, plan de gestion et aménagement).On y retrouve des espèces végétales protégées emblématiques de notre département, notamment la drosera à feuilles rondes, une plante carnivore, ainsi que des espèces animales rares : libellules, amphibiens...

Mieux connaître les zones humides

Le Département de la Loire vient de finaliser une grande étude sur les zones humides. Cet inventaire, mené dans le cadre du SAGE Loire en Rhône-Alpes et du Schéma Départemental des Milieux Naturels, a été validé par la Commission Locale de l’Eau du SAGE en juillet 2015. Il a été réalisé grâce à un binôme de compétences : le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes, assistant technique du Département et le Bureau d’étude CESAME, qui a réalisé les campagnes d’inventaire de terrain. Le territoire inventorié englobe l’ensemble du département et le périmètre du SAGE soit près de 400 communes pour environ 5 400 km².

Les zones humides de la LoireSeules les zones humides de plus de 1 hectare ont été recensées. Elles sont de différentes natures : des tourbières, des ripisylves, des étangs, des prairies humides…Une visite de terrain, sur chacune d’elles, a permis de les cartographier, d’en connaître l’état de conservation, le fonctionnement, de leur affecter un niveau de menace et d’estimer leur potentiel de restauration. Au final, 3 361 zones humides représentant une surface de 16 372 hectares ont été inventoriées. Les zones humides occupent environ 3% de la surface du territoire, valeur proche des références connues sur des départements voisins (Drôme : 3%, Ardèche : 2,4 %). Les résultats de cet inventaire seront largement diffusés auprès des Communes, EPCI, agriculteurs, aménageurs et autres usagers potentiels de ces espaces. Il s’agit là d’un préalable à une meilleure prise en compte collective des zones humides.

 

Longtemps décriées, les zones humides ont fait l’objet de plusieurs politiques successives d’assèchement et d’aménagement. Ainsi, on estime que plus de la moitié des zones humides ont disparu en France depuis le début du XXe siècle. Au cours des deux dernières décennies, des recherches ont permis de révéler les multiples fonctions assurées par les zones humides, favorisant l’émergence d’une meilleure préservation de ces espaces.

 

Téléchargez la plaquette d'informations sur les Zones humides de la Loire

Qualité de l’eau et biodiversité

En effet, les zones humides représentent un enjeu considérable pour la gestion de la ressource en eau des populations humaines ; elles jouent un rôle d’éponge pour restituer lentement l’eau aux rivières et aux nappes, filtrent et épurent naturellement contribuant à préserver la qualité des eaux, régulent les écoulements, atténuant la violence des inondations en aval. Les zones humides favorisent également la biodiversité, elles comptent parmi les milieux naturels les plus riches au monde. Ainsi, 100% des amphibiens, 50% des oiseaux, et 30% des plantes rares en France dépendent des zones humides.

 

Elles peuvent également être des éléments forts du paysage, important pour le cadre de vie. Il s’agit aussi d’un reflet de l’histoire d’un territoire et de ces habitants comme c’est le cas pour les étangs foréziens ou les tourbières des Hautes Chaumes. Enfin, certaines activités économiques sont liées à ces espaces, telles que l’agriculture (pâturage, fauche…), la chasse, la pêche, etc. Ces activités peuvent être bénéfiques au bon fonctionnement et au maintien des zones humides, en garantissant un entretien de celles-ci.

 

Étangs du Forez

Des zones menacées

Malgré ces multiples intérêts, diverses pressions continuent de menacer ces espaces en péril : l’urbanisation qui peut détruire ou modifier profondément la dynamique de ces écosystèmes, certaines pratiques agricoles (l’intensification ou la déprise), les drainages et assèchements, les remblaiements, les créations de plan d’eau, les pollutions diverses… Partant de ce constat, l’inventaire des zones humides en cours permet d’améliorer les connaissances sur ces milieux et leur localisation dans la Loire, première étape d’une protection de ces espaces.

Une nécessaire concertation

Tenant compte de ces diverses pressions et en complément du travail technique d'identification et de caractérisation des zones humides, le Département a souhaité mener cet inventaire en étroite concertation avec l'ensemble des collectivités locales et des acteurs territoriaux (agriculteurs, forestiers, chasseurs, CCI,...). 10 Comités Territoriaux, correspondant aux différents bassins versants du territoire, se sont ainsi réunis à plusieurs reprises entre 2013 et 2015 pour suivre la démarche. Ces comités, regroupant une centaine de structures, ont ainsi permis une meilleure appropriation locale des résultats de l'inventaire. Des démarches de préservations des zones humides sont d'ores et déjà engagées sur certains de ces territoires (Pilat, Monts de la Madeleine). Elles bénéficient du soutien technique et financier du Département.

charte-zh-sageUne charte des bonnes pratiques agricoles en zones humides 

Un travail spécifique a également été conduit avec la profession agricole en vue d'aboutir à la construction d'une « Charte des bonnes pratiques agricoles en zones humides ». Cette charte, qui a vocation à devenir une référence départementale partagée, a fait l'objet d'un engagement signé de la part des principaux contributeurs à sa réalisation : Département de la Loire, DDT, Chambre d'agriculture, Syndicats agricoles, l'Agence française pour la biodiversité, l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne, le SAGE ainsi que le Cen (Conservatoire d'espaces naturels) Rhône-Alpes qui a assuré sa rédaction dans le cadre de la nouvelle « cellule d'assistance technique zones humides » (CAT ZH) mise en place depuis 2016 par le Département et la DDT. Proche d'un guide technique, elle montre que la gestion agricole des parcelles en zones humides est garante de leur maintien mais qu'elle doit être circonscrite techniquement. Elle aborde l'entretien des biefs et des fossés, divers rappels réglementaires, le pâturage et la fauche... elle se veut concise, précise et illustrée. Des témoignages d'exploitants agricoles mettent également en avant des retours d'expériences reproductibles. 

>>> Consulter la charte des bonnes pratiques agricoles en zones humides sur sage-loire-rhone-alpes.fr

Inventaire des zones humides à l'échelle du SAGE Loire en Rhône-Alpes et du Département de la Loire.

classeurTéléchargez le rapport final d'étude des zones humides et les données associées en cliquant sur les liens ci dessous.

 

Les rapports d'étude

 Les cartes des communes

Les données SIG

Les compte-rendus de réunions

Les supports de présentation

Programme de préservation de la flore patrimoniale du département de la Loire

Le Conservatoire botanique national du Massif central conduit un programme d’inventaire de la flore vasculaire du département de la Loire. Cet inventaire, complété par des données de terrain et des herbiers de botanistes locaux, permet d’estimer la diversité floristique du département à environ 2 000 espèces. Parmi celles-ci, 42 espèces ont été identifiées comme prioritaires pour la mise en place d’un programme de préservation de la flore patrimoniale de la Loire. 

La flore du département de la Loire

D’une superficie de 4 806 km2, le département s’organise selon un axe sud/nord qui correspond au tracé du fleuve Loire. Contrasté au niveau de son relief, le département subit plusieurs influences climatiques. Au sud, à proximité de la vallée du Rhône, les remontées subméditerranéennes se font sentir. Les plaines, à l’abri des monts situés à l’ouest, ont un climat à tendance plus continentale (effet de foehn) avec des amplitudes thermiques élevées et des précipitations faibles. L’influence montagnarde est marquée en altitude. Sur les sommets, soumis aux flux d’ouest, le caractère océanique s’affirme avec des précipitations dépassant les 1 500 mm par an. La diversité des milieux et des conditions climatiques induit une grande diversité floristique.

 

telechargerPlaquette du programme de préservation 
de la flore patrimoniale du département de la Loire (PDF 1,4Mo)

 

Répartition des stations des 42 espèces prioritaires sur le département de la Loire

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :