Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche Aller à la page Accessibilité Aller à l'accueil
TRIBUNES LIBRES

Janvier-février 2021

Podcast - Tribunes libres

 

 

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

AUTHENTICITÉ, SOLIDARITÉ ET PROXIMITÉ :
LE DÉPARTEMENT TOUJOURS À VOS CÔTÉS

« Plus de deux siècles après leur création, les Départements se sont imposés comme un cadre familier de la démocratie locale », comme l’explique un récent rapport parlementaire. « Le Département plie mais ne rompt pas. » Le Département ne rompt pas car il est enraciné. Et c’est bien de stabilité et de repères dont la société a besoin aujourd’hui pour envisager l’avenir, un avenir en transition.

Le Département de la Loire prend pleinement sa part dans cet élan de transformation : transformation digitale des collèges, rénovation de l’action sociale ; adaptation de l’habitat en faveur du maintien à domicile ; véloroutes ; développement du numérique et de ses usages au quotidien ; etc.

Nous avons la conviction que cette transition, ne pourra se faire que par un changement d’échelle et la prise en compte d’un nouvel élément d’évaluation : la proximité.

Notre réactivité, la proximité avec les usagers et les liens forts avec les acteurs de terrain rendent incontournable l’échelon départemental dans l’action publique.

À l’heure où le gouvernement entreprend une nouvelle étape de décentralisation, avec un projet de loi 3D encore à l’étude, il est primordial de donner aux Départements les moyens d’agir encore plus efficacement.

Le Premier ministre a annoncé vouloir « libérer les territoires », et « faire le pari de l’intelligence collective ». Cela passe par le droit à l’expérimentation, afin que des réponses différentes et adaptées soient apportées aux problématiques spécifiques des territoires.

Le Premier ministre dit souhaiter ajouter un quatrième D, pour « décomplexification » au texte de la loi 3D. Il était temps !

Les décisions qui sont prises au niveau de l’État, les normes, les règlements ne doivent plus être délivrés uniquement depuis des bureaux lointains et anonymes, coupés des réalités locales et indifférents aux attentes qui s’expriment. Cette absurdité bureaucratique qui entrave et ralentit, freine et décourage, parfois jusqu’à empêcher l’action créatrice, nous la subissons dans nos collectivités locales ou entreprises tout le temps, et de façon croissante ces dernières décennies. Le travers n’est pas dû à la crise sanitaire, il en est simplement plus apparent dans des circonstances qui exigent rapidité, simplicité, clarté, sérénité, autorité.

Il nous faut vite prendre conscience de cette grave réalité et retrouver le sens commun. Cette approche est indispensable à la meilleure performance de nos politiques publiques. Il faut que l’État retrouve le sens de la mesure et de la justesse pour concilier la nécessaire protection sanitaire et l’indispensable liberté économique et sociale qui nous relie les uns aux autres. Il en va de notre conception de la société et de notre cohésion nationale.

Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2021. Soyez assurés que le Département sera toujours à vos côtés. 

Canton d’Andrézieux-Bouthéon Michèle Maras / Sylvain Dardoullier Canton de Boën Chantal Brosse Canton de Charlieu Clotilde Robin / Jérémie Lacroix Canton du Coteau Véronique Chaverot / Daniel Fréchet Canton de Feurs Marianne Darfeuille / Pierre Véricel Canton de Montbrison Annick Brunel / Jean-Yves Bonnefoy Canton du Pilat Valérie Peysselon / Georges Bonnard Canton de Rive-de-Gier Séverine Reynaud / Jean-Claude Charvin Canton de Saint-Chamond Solange Berlier / Hervé Reynaud Canton de Saint-Étienne 1 Fabienne Perrin / Georges Ziegler Canton de Saint-Étienne 2 Alexandra Ribeiro Custodio / Jean-François Barnier Canton de Saint-Étienne 4 Christiane Jodar / Paul Celle Canton de Saint-Just Saint-Rambert Colette Ferrand / Alain Laurendon Canton de Sorbiers Corinne Besson-Fayolle / Yves Partrat

GROUPE GAUCHE RÉPUBLICAINE ET CITOYENNE

LA NÉCESSITÉ DE RECONSIDÉRER LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE RAPPELLE QUE L'ACTION PUBLIQUE RÉPUBLICAINE DOIT ÊTRE AU SERVICE DE NOTRE DEVOIR D'HUMANITÉ !

De nombreuses familles nous ont fait part de leurs inquiétudes face aux situations de certains EHPAD où la gestion de la crise sanitaire faisait oublier l’importance du « bien-être mental » des résidents ! Négligeant le nécessaire maintien du lien social entre les résidents et leurs proches, cette approche a souvent été ressentie comme une forme de mépris de la dimension humaine… Mais ces EHPAD avaient-ils la possibilité d’agir autrement ? Déjà, cette approche strictement sanitaire oubliant la vie humaine leur aura été imposée « d’en haut »… Et surtout, les moyens humains de ces mêmes établissements ont subi depuis plusieurs années une forte régression, là encore imposée « d’en haut » ! Cette situation négligeant le respect de la santé mentale de la personne est d’abord la conséquence de la régression des moyens humains donnés aux EHPAD, mais aussi du manque de reconnaissance accordée à ces métiers qui sont au service de la personne. Il est donc urgent que ces métiers de soignants, d’aide soignants et plus largement de soutien des personnes, que ce soit en EHPAD ou à domicile, soient mieux respectés ! Dans ce sens, nous plaidons pour que les « primes Covid » proposées par l’État soient « métamorphosées » en revalorisation durable des salaires de tous les métiers qui sont au service de la personne, y compris dans le domaine de la protection de l’enfance ou du soutien face au handicap. Par contre, pour y contribuer, les solidarités départementales doivent pouvoir disposer des moyens nécessaires ! Or, depuis 20 ans, elles ont hérité des nombreux désengagements imposés par l’État sans que ce dernier leur accorde les moyens nécessaires pour les assumer. Qui plus est, l’État recentralisateur retire subrepticement aux Collectivités départementales l’autonomie fiscale et financière qui leur permettrait d’assumer de façon responsable leurs missions de solidarités républicaines. Il est temps de sortir de cette hypocrisie recentralisatrice qui, humainement sclérosante, malmène nos valeurs républicaines ! Vivement que les principes de la décentralisation soient enfin respectés par un État redevenu capable de faire vivre une Action Publique Républicaine organisée dans la proximité de la vie de notre société et de nos territoires, en misant ainsi sur une solidarité responsable !

Jean BARTHOLIN, Violette AUBERGER,  Pascale VIALLE DUTEL 

GROUPE LOIRE SOLIDAIRE

LE DÉPARTEMENT, ÉCHELON TERRITORIAL INDISPENSABLE

La création des Départements est actée le 26 février 1790. Celle-ci simplifie alors l’organisation des territoires. Correspondant à des identités locales et à des réalités historiques, le Département jouit pendant deux siècles d’une grande stabilité. Plus tard, sa taille idéale apparaît adaptée à la décentralisation.

Mais par la suite, les réformes successives apportent complexité et confusion. La volonté de supprimer le Département apparaît. En 2008, le rapport « Attali » propose la suppression progressive des Conseils généraux. Sous le mandat Sarkozy, il est proposé de créer des « Conseillers territoriaux », remplaçant Conseillers généraux et régionaux. En 2014, Manuels Valls annonce la disparition du Département à l’horizon 2021. En 2018, Emmanuel Macron propose l’absorption des Départements les plus urbains par les Métropoles.

Cette volonté persistante de voir disparaître le Département comme échelon de proximité illustre une vision à contrecourant des besoins des territoires, déconnectée des réalités locales. La crise sanitaire que nous vivons a montré toute l’utilité du Département, garant des solidarités humaines et territoriales, indispensable pour répondre aux besoins de la population avec réactivité. C’est encore le Département qui sera, dans les mois à venir, en première ligne pour répondre à la crise sociale, pour peu qu’il développe les politiques publiques adéquates.

Le Département, par sa présence partout, à la ville comme à la campagne, est à vos côtés, de la naissance jusque dans l’accompagnement du grand âge, et tout au long de la vie. C’est un partenaire auquel on fait confiance parce que l’on connaît ses représentants élus sur un canton clairement identifié. Le Conseiller départemental est connu et proche des administrés parce qu’il est sur le terrain. À l’inverse, qui connaît son Conseiller régional ? À l’heure où la défiance envers les élus ne cesse de progresser, où la fusion des Régions a éloigné les pouvoirs de décision et n’a pas produit les économies d’échelle escomptées, le Département incarne la proximité et la confiance.

Nous avons la conviction qu’il sera, lors de la prochaine étape de la décentralisation, nécessaire de renforcer et de stabiliser le rôle des différentes collectivités territoriales, en clarifiant leurs compétences respectives, gage de visibilité et condition de la lisibilité de l’action publique, mais aussi en leur donnant les moyens de l’action pour un retour à la confiance et à l’apaisement. Le Département est un échelon territorial indispensable.

Le Président, Pierrick COURBON, et ses collègues Arlette BERNARD,
Nathalie DESA-FERRIOL, Brigitte DUMOULIN, Régis JUANICO,
Jean-Jacques LADET, Éric MICHAUD, Marie-Michelle VIALLETON.
Contact : Groupe « Loire Solidaire » – 04 77 59 32 03

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :