[INTERVIEW] Bien adapter votre logement

Arnaud Ducharne, ergothérapeute spécialisé, nous livre quelques conseils pour adapter notre habitat à notre mode de vie, notamment pour prévenir la perte d’autonomie.

Que pensez-vous des douches à l’italienne ?

Ses contraintes techniques sont nombreuses, notamment parce qu’un vide sanitaire est nécessaire en-dessous. Or, on peut considérer qu’un bac extra plat de douche posé sur le sol, donc légèrement en hauteur, peut être tout à fait adapté et pertinent. Il faut simplement veiller à ce que sa largeur soit au minimum de 80-90 cm pour permettre l’installation d’équipements de sécurité, comme une barre d’appui, garder une certaine aisance de mouvements et permettre à un tiers l’aide à la toilette.

 

Quels sont les points de vigilance en matière d’éclairage nocturne ?

La nuit, l’équilibre est modifié et on peut avoir peur de gêner son conjoint. Le risque de chute est donc plus important et l’éclairage nocturne essentiel. Aujourd’hui, il existe de nombreuses solutions d’éclairage automatique avec des appareils à détection de mouvement et des veilleuses communicantes. Le boîtier s’allume grâce à une petite LED et crée des points de repères lumineux. Ce dispositif aide aux déplacements de la personne la nuit, sans éblouir ni éclairer de façon aussi intense que les plafonniers.

 

Comment prévenir les chutes, par exemple dans les escaliers ?

Un sol antidérapant ou avec un important degré de résistance à la glissade peut être une bonne solution. On peut aussi disposer des bandes collantes antidérapantes ou des nez de marche antidérapants, qui vont retenir le pied. Leur coût est moindre. Il est en outre important de veiller à un éclairage correct des espaces à risque : la salle de bain, l’escalier qui conduit vers le sous-sol, etc. Enfin, pour améliorer l'adhérence d'un bac de douche ou d'une baignoire existante, on peut appliquer un traitement antiglisse au rouleau.

 

Un logement en rez-de-chaussée ou avec ascenseur est-il indispensable lorsque l’âge avance ?

On parle beaucoup du plain-pied. Il n’est pas toujours possible, surtout en centre-ville pour conserver la proximité des commerces. Les escaliers ne sont pourtant pas rédhibitoires. L’essentiel est de ne pas avoir à monter les escaliers plusieurs fois par jour. L’aménagement d’un duplex en rez-de-chaussée, avec une salle de bain qui ne se situe pas au même niveau que la chambre, sera problématique. Les escaliers à l’extérieur du logement le sont moins.

 

Que pouvez-vous nous indiquer concernant les barres d’appui ?

Elles aident à maintenir l’équilibre pour conserver un maximum d’autonomie. On peut les disposer à l’horizontal pour des appuis réguliers, par exemple dans un couloir emprunté par une personne qui se déplace avec un déambulateur. Elles sont alors fixées à 90 cm du sol. Dans les WC, les plus adaptées sont les barres coudées à 135 degrés. Elles peuvent être accompagnées d’une cuvette de toilettes légèrement relevée pour faciliter l’autonomie : 46 cm de hauteur au lieu des 40 cm traditionnels.

 

À quoi doit-on veiller dans la cuisine ?

Je conseille des tiroirs de rangement. C’est l’ensemble qui vient à l’extérieur du meuble donc le contenu est plus facile à récupérer et éviter de se contorsionner. Il est aussi important de ranger à portée de main les ustensiles utilisés le plus fréquemment et les objets les plus lourds. La hauteur idéale se situe entre 40 et 140 cm. En-dessous, c’est trop bas, il faut s’accroupir et on peut tomber. Au-dessus, des douleurs aux épaules apparaissent, on peut perdre l’équilibre et même devoir monter sur une chaise, ce qui est dangereux. Cela vaut aussi pour le réfrigérateur.

 

À qui s’adresser pour ses travaux d’aménagement ?

Je préconise d’éviter les offres clés en main. Un projet d’adaptation est du sur-mesure : nous avons tous des habitudes et capacités différentes. Il est aisé de trouver des professionnels formés proches de son lieu de vie. Deux labels existent : « Les pros de l’accessibilité » et « Handibat ». Ils attestent que les artisans ont suivi une formation sur l’accessibilité et sont donc plus sensibilisés et informés par rapport à cette problématique. On peut aussi faire appel aux services d’un artisan en qui on a confiance et qui sait se mettre à la place du client. L’écoute est essentielle pour aider à mettre en place son projet de vie. Ensuite, tout est bien souvent une question de bon sens.

 

Retrouvez Arnaud Ducharne dès le 27 septembre sur le stand du Département de la foire de Saint-Étienne. Prise de rendez-vous possible pour des conseils personnalisés et gratuits.

 

+ D’INFOS

Tél. 04 77 49 91 91
www.loire.fr/seniors
www.travaux-accessibilite.lebatiment.fr
www.handibat.info

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :