Le Département prend en charge le transport scolaire des élèves en situation de handicap (TEEH) sur la base d’un aller-retour par jour. Un soulagement pour bien des familles dans leur quotidien. Reportage.

À Saint-André-le-Puy, Sandrine est une mère de famille rassurée malgré les aléas de la vie. Le transport scolaire de ses filles, toutes deux atteintes d’une maladie génétique neuromusculaire, est assuré par un chauffeur spécialisé en qui elle a toute confiance. « Nous habitons trop loin des transports en commun, je n’ai pas le permis, mon conjoint travaille et notre voiture ne peut accueillir qu’un seul fauteuil. Donc sans cette aide, se rendre dans leur établissement aurait été très compliqué. » Et c’est avec le sourire qu’elle accueille le taxi qui vient les chercher. Annaé, 12 ans, en sixième depuis la rentrée à Montrond-les- Bains, a rapidement été rassurée par Belkacem Bensalem, le chauffeur. « Il transportait déjà ma grande soeur Alison. On se parle souvent. En 10 minutes, il me dépose devant mon collège. Au début, mes camarades me posaient parfois des questions sur mon « taxi » mais maintenant ils sont habitués. » Une confiance dont se réjouit Belkacem, 65 ans et à la retraite, qui apprécie beaucoup cette activité complémentaire. « Je me sens utile : Alison et Annaé tiennent beaucoup à leur scolarité. La relation avec les parents est bien et celle avec le collège et le lycée aussi. »

SÉCURITÉ, ÉCOUTE ET PRATICITÉ

Et si ces deux jeunes Ligériennes assument sans complexe leur fauteuil, tous les handicaps ne se voient pas. Sur les 1 100 élèves gérés par le service TEEH, seuls 30 sont en fauteuil. Robinson, 18 ans, souffre, lui, de troubles de l'apprentissage. Pour sa maman, Nadine, ce service est un grand confort dans l’organisation. « Le stress du matin est grandement atténué, d’autant plus que mon fils est très fatigable. Robinson est même devenu ami avec l’un de ses camarades de transport et ne s’est jamais senti stigmatisé. Tout le monde le salue dans son taxi. » Comme Annaé, Alison et Robinson, 783 élèves en situation de handicap bénéficient d’un transport scolaire spécialisé, de la maternelle aux études supérieures. Pour 300 autres, ce sont les frais de transports en commun ou les indemnités kilométriques qui sont pris en charge. De quoi mener ces enfants sur la route d’une société plus inclusive.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les élèves en situation de handicap ne bénéficient pas seulement du transport scolaire gratuit géré par le Département. Ils peuvent aussi déposer un dossier à la MDPH, suivant leurs besoins, se voir proposer une allocation d’éducation (AEEH) , une aide humaine (AESH), un matériel pédagogique adapté , un parcours de scolarisation en milieu ordinaire  ou en établissement médico-social . Le but : favoriser leur inclusion scolaire et leur autonomie.

Podcast du dossier

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :