La plaine du Forez - Sites Natura 2000

Traversée par le fleuve Loire et comportant plus de 330 étangs, la plaine du Forez constitue une zone humide majeure pour les oiseaux d'eau, la flore et les activités associées. Avec ses 5 sites classés au titre de la politique Natura 2000, cette zone est dotée d'une grande richesse écologique.

Le Département de la Loire, avec l'ensemble des partenaires locaux, s'implique dans la mise en oeuvre d'actions de gestion et de préservation de ce territoire doté d'une nature remarquable mais fragile.

Un territoire d'exception

paysageLa plaine du Forez est  située au centre du département de la Loire.

Elle est le plus grand bassin d'effondrement géologique du Massif central, encadrée par les massifs du Forez, du Lyonnais, par le seuil de Neulise et les Gorges de la Loire.

Ce territoire affiche un caractère à la fois rural avec ses grands espaces agricoles, ses étangs et ses petits boisements, et périurbain en marge des villes principales qui ont connu une croissance très importante et parfois mal maîtrisée depuis une vingtaine d’années.

heronTraversée par le fleuve Loire, la plaine comporte 1500 hectares d'étangs créés à partir du 13e siècle par des moines afin de valoriser des terres peu fertiles.

Ces étangs sont aujourd'hui une zone majeure pour l'accueil des oiseaux d'eau.

Différentes mesures de gestion ont donc été mises en œuvre sur la plaine afin de protéger ses milieux naturels riches (étangs, fleuve Loire et rivières) ainsi que la faune et la flore associées. Ces mesures s'inscrivent notamment dans le cadre de deux politiques environnementales : le réseau « Natura 2000 » et le schéma départemental des milieux naturels du Département de la Loire.

Photo : Héron pourpré (© J. POPINET)

Les enjeux environnementaux

L'eau, un enjeu majeur

Le territoire de la plaine est concerné par deux contrats de rivière en cours d'animation, trois projets de contrats en cours d'élaboration ou de réflexion, ainsi que trois captages prioritaires. Des études et suivis ont montré que les cours d'eau de la plaine présentent une qualité globalement dégradée en raison de pollutions d'origine anthropique. L'objectif fixé par la directive cadre sur l'eau est d'atteindre le bon état écologique des cours d'eau en 2021. Ainsi, la gestion concertée de l'eau engagée dans le cadre des contrats de rivière et du projet agro-environnemental et climatique permettent à l'échelle de chaque bassin versant d'améliorer l'état des cours d'eau, de restaurer les milieux aquatiques et de protéger les populations des crues.

 

Une biodiversité remarquable à préserver

Le territoire est couvert par de nombreux zonages et dispositifs environnementaux (Natura 2000, ENS, ZNIEFF, zone prioritaire du SRCE, etc.) témoignant d'une biodiversité remarquable à préserver. Sur la centaine d'espèces fréquentant la plaine du Forez, 38 sont protégées au niveau européen. Parmi les plus connues, certaines font l'objet de menaces clairement identifiées : les hérons arboricoles (aigrette garzette, bihoreau gris), les oiseaux fréquentant les roselières (blongios nain, busard des roseaux, héron pourpré), les espèces inféodées aux étangs (échasse blanche, guifette moustac), les oiseaux forestiers (milan noir, pic noir), les espèces des plaines agricoles (œdicnème criard, pie-grièche écorcheur) et enfin les oiseaux des cours d'eau (sterne pierregarin).

Le Département de la Loire a identifié 29 espèces prioritaires pour la mise en place d'un programme de préservation de la flore patrimoniale. Parmi elles, 12 sont présentes dans la plaine du Forez et témoignent de la richesse floristique de ce territoire (adonis d'automne, adonis couleur de feu, adonis d'été, caldésie à feuilles de parnassie, étoile d'eau, flûteau nageant, laîche de bohème, laîche à épis noirs, lindernie couchée, trèfle tronqué, vélar d'orient, marsilée à quatre feuilles)

Photo : L'Etang David à Saint-Just-Saint-Rambert

 

Etoile d'eau

Maintenir les prairies fleuries

La plaine est concernée par un réseau dense de prairies permanentes. Ces dernières constituent un réservoir de biodiversité, permettent de limiter le lessivage des sols mais également de piéger le carbone atmosphérique dans une perspective de lutte contre le changement climatique. Cet enjeu, menacé par le retournement des terres et/ou l'intensification des pratiques agricoles, est donc une des priorités dans les mesures agro-environnementales et climatiques proposées pour la plaine du Forez.
Photo : Etoile d'eau

Conserver la fonctionnalité et la qualité du territoire

La plaine est couverte par un important réseau d'infrastructures agro-écologiques et présente une grande diversité d'habitats. Cette mosaïque de milieux participe à la fonctionnalité du territoire et assure la perméabilité écologique de celui-ci. Ainsi, les habitats palustres des étangs (roselières, cariçaies) sont des zones de nourrissage des canards et des lieux de reproduction du busard des roseaux, héron paludicoles ou de la guifettes moustac. Les habitats situés au bord des étangs (prairies, friches, jonchaies) sont le lieu de reproduction des canards. Les prairies et pâtures sont des zones d'alimentation des hérons paludicoles. Les grèves alluviales et îlots accueillent la sterne en période de reproduction. Les milieux forestiers humides abritent des colonies de hérons arboricoles.

Des activités dynamiques

Agriculture, pisciculture et chasse sont les principales activités humaines traditionnelles qui ont contribué à façonner les paysages de la plaine du Forez. Ces activités restent très présentes à ce jour dans l'organisation du territoire et sont indispensables au maintien des milieux naturels et de nombreuses espèces.

La pisciculture

Le territoire accueille 330 étangs répartis en trois grands secteurs : Feurs-Valeille, Arthun et Mornand. Ces étangs, organisés en chaîne (remplissage de l'étang aval par l'étang amont), bénéficient de différents modes d'alimentation connectés par un réseau ancien de fossés (eaux de ruissellement, cours d'eau et Canal du Forez).

La plupart des étangs de la plaine du Forez ont traditionnellement une vocation piscicole. Les opérations de pêche se font annuellement et généralement de novembre à mars selon un programme établi à l'avance.

La pisciculture est une activité forézienne traditionnelle qui a peu évolué entre le 13e et le 19e siècle. Elle ne s'est véritablement transformée qu'au début du 20e siècle avec l'apport d'amendements calciques, puis les travaux de sélection d'une espèce de carpe à croissance rapide, « la carpe royale », menés par le comte de Neufbourg. Les étangs sont alors passés d'un rendement de 150kg/ha à environ 450kg/ha, plaçant le Forez en tête des régions piscicoles françaises avec la Camargue. Mais à partir des années 1990, les pisciculteurs ont commencé à rencontrer des difficultés économiques liées notamment à la prédation exercée par le cormoran sur les alevins, à la dégradation de la qualité de l'eau et aux dégâts produits par les ragondins sur les digues et ouvrages des étangs.

                 

La chasse

La pratique de la chasse dans la plaine du Forez est ancienne et a toujours été très importante. Le nombre d’associations de chasse ou de sociétés de chasse privées s’élève aujourd’hui à environ 380. L’intérêt cynégétique des étangs contribue, avec la pisciculture, à leur préservation. La pratique de la chasse permet en effet de pérenniser l’entretien des milieux liés aux étangs et peut apporter un complément de revenus en cas de location.

Sur les étangs, la chasse au gibier d'eau se pratique soit à « la passée », c’est-à-dire au lever du jour et à la tombée de la nuit lors des mouvements des oiseaux, soit à « la levée d’étang ». Cette dernière technique consiste à pénétrer dans l’étang pour faire s’envoler les oiseaux vers les chasseurs postés. Les principales espèces prélevées sont le canard colvert, le canard chipeau, la sarcelle d’hiver, le fuligule milouin, le fuligule morillon, la foulque macroule, la nette rousse, la bécassine des marais et la bécassine sourde.

Sur les terres alentours, on chasse « devant soi » la bécasse des bois, la caille des blés, la grive litorne, le vanneau huppé ou encore le lapin de garenne, le lièvre, la perdrix rouge et grise ou le faisan. Concernant le grand gibier, deux espèces sont chassées sur l’ensemble de la plaine du Forez : le chevreuil, qui est soumis à un plan de chasse, et le sanglier.

L'agriculture

Les terrains agricoles représentent 70 % de la superficie de la plaine du Forez. La nature de la production agricole est liée aux sols. Les « chambons » sont d'excellents sols de culture propices aux champs ouverts de grande taille :  céréales à paille, maïs... Les « chaninats » et « varennes », qui représentent l'essentiel des sols de la plaine, sont plus difficiles à valoriser et sont utilisés pour l'élevage de bovins (viande ou lait), accompagné de cultures fourragères auto-consommées. La plaine du Forez est également réputée pour l'élevage de chevaux de loisir : elle est la deuxième région française pour l'élevage de trotteurs, après la Normandie. Les autres productions sont la production de céréales et d'oléoprotéagineux, l'élevage d'ovins, de volailles et de porcs hors sol, ainsi que le maraîchage au sud de la plaine.

Le maintien d'une agriculture raisonnée et diversifiée constitue donc un élément essentiel pour le territoire ainsi que pour le maintien de nombreuses espèces d'oiseaux protégés. Les prairies bocagères sont particulièrement favorables à des oiseaux comme la pie-grièche écorcheur. Les prairies en périphérie des étangs permettent la nidification des canards et des limicoles et constituent des zones de chasse privilégiées pour de nombreux oiseaux d'eau. Elles constituent également une zone tampon favorable à la préservation de l'étang en bon état de conservation. Les zones de grandes cultures sont favorables à la nidification de l'œdicnème criard et du vanneau huppé.

 

La forêt

La forêt, qui représente 16% de la plaine, est morcelée en petites parcelles essentiellement privées composées de taillis de chêne, de charme ou de robinier faux-acacia, ainsi que de quelques futaies à dominante de chêne sessile et/ou pédonculé et de pin sylvestre. À ces bois s'ajoutent des boisements de bords de rivière (ripisylves) et un réseau de haies relativement bien préservé. Les boisements présents dans la plaine présentent peu d'intérêt sylvicole, les sols étant peu propices à la production de bois d'œuvre. Les taillis sont valorisés pour la production de bois de chauffage et de piquets. Les futaies produisent quelques billes de chênes pour le bois d'œuvre mais cela reste limité. Les bois revêtent donc plutôt une vocation cynégétique et biologique car ils constituent des zones de refuge, de reproduction ou des corridors biologiques pour la faune.

L’extraction

La plaine du Forez produit 1,35 million de tonnes de matériaux alluvionnaires sur les 2,3 millions de tonnes produits à l'échelon départemental. Cela mobilise 25 à 30 hectares de surface. La production de matériaux alluvionnaires est entièrement consacrée à des usages nobles en termes de débouchés.

 

Le canal du Forez
L'eau et ses usages

La plaine du Forez est globalement déficitaire en eau et ce sont essentiellement les eaux superficielles qui sont sollicitées. De ce fait, un apport d'eau extérieur est nécessaire et c'est le canal du Forez qui remplit cette mission. Il permet ainsi d'irriguer plus de 6 000 hectares, soit 700 exploitations agricoles. Il dessert également, au moyen de prises d'eau, 500 hectares d'étangs et favorise ainsi la production piscicole. Il contribue enfin à l’alimentation en eau potable et aux besoins de diverses industries locales : carrières, teintureries, papeteries, industries agro-alimentaires et de traitement de surface. 

+ d'infos sur le canal du Forez

Photo : Le canal du Forez

Natura 2000 sur le territoire

Sites Natura 2000 de la plaine du Forez et enjeuxLe réseau Natura 2000 vise à préserver la biodiversité et à valoriser le patrimoine naturel de nos territoires.

Certains sites, dits Zones de Protection Spéciales (ZPS), relèvent de la directive européenne "Oiseaux" et visent la conservation à long terme des espèces d'oiseaux sauvages de l'Union européenne. Sur le territoire de la Plaine du Forez, il s'agit des sites Natura 2000  "Plaine du Forez" et "Ecozone du Forez". D'autres, les Zones Spéciales de Conservation (ZSC), relèvent de la directive  "Habitats Faune Flore" et visent la conservation des espèces animales et végétales ainsi que de leur habitat. Cela concerne les sites Natura 2000 "Etangs du Forez", "Milieux aquatiques et alluviaux de la Loire" et "Lignon, Vizezy, Anzon et affluents".

 

Sites Natura 2000 de la plaine du Forez et enjeux

 

 

La France a choisi d'appliquer la politique Natura 2000 dans une démarche concertée, basée sur le principe du volontariat et de la contractualisation. Les acteurs locaux, regroupés au sein d'un Comité de Pilotage (COPIL), sont donc pleinement intégrés au processus et pilotent l'élaboration et l'animation du Document d'Objectifs (DOCOB). Ce document de référence vise à définir, après une phase de diagnostic des enjeux écologiques et humains, les objectifs de conservation des habitats et espèces ainsi que les actions de gestion à mener. Chaque objectif est ensuite décliné en un plan d'actions concrètes à réaliser, incluant des propositions de gestion des milieux ainsi que les modalités financières et de suivi des mesures.

 

Héron

Le site Natura 2000 « Plaine du Forez »

Il s’étend de part et d’autre du fleuve Loire, au cœur de la plaine du Forez. D'une superficie de 32 800 ha, ce site concerne 54 communes. Il a été classé initialement Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO), pour la nidification d'espèces remarquables, mais aussi comme site d'hivernage et de halte migratoire, notamment pour les oiseaux d'eau. En 2006, il a été déclaré Zone de Protection Spéciale (ZPS). Au total, on dénombre sur ce site 38 espèces d'oiseaux protégées par l'union européenne. Les espèces ou leur habitat étant menacé, il est interdit de les chasser ou même de nuire à leur reproduction.

Les activités humaines comme la pisciculture, la chasse, l'agriculture et l'extraction de matériaux alluvionnaires ont structuré le territoire et façonné les milieux naturels, notamment le réseau d'étangs. Aussi, la procédure Natura 2000 veille à leur intégration durable, avec comme objectifs prioritaires le maintien d'un équilibre conciliant développement du territoire, maintien des zones agricoles et naturelles et préservation de l'écosystème étang. A cela s'ajoutent la nécessité de renforcer les liens entre les différents acteurs et de poursuivre la connaissance du site et de sa biodiversité.

Le site Natura 2000 « Ecozone du Forez »

Il ne concerne que 5 communes (Chambéon, Magneux-Hautes-Rives, Feurs, Saint-Laurent-La-Conche et Marclopt) pour une surface de 389 hectares. Cette zone comprend tout le fleuve Loire, du Gué des Vorzes jusqu'au Bec de la Loise. La présence importante d’oiseaux inféodés au milieu aquatique constitue une des particularités du site. La  Zone de Protection Spéciale «Ecozone du Forez » est primordiale pour la nourriture, l’hivernage, la migration ainsi que pour la reproduction de nombreuses espèces d'oiseaux. Ce site compte 34 espèces d'oiseaux protégées au niveau européen. Étroitement lié aux activités qui l'entourent, notamment l'agriculture, il a pour principal enjeu la conservation des espèces d'oiseaux d'eau et de leurs habitats (roselières, grèves, vasières), en lien avec le développement du tourisme

Photo : Écopole du Forez - Chambéon

 

Le site « Etangs du Forez »

C'est le plus petit site Natura 2000 de la Plaine (83 hectares).Il comprend 4 zones d'étangs : étangs de Poncins, étangs de biterne (Arthun), étang de la Ronze (Craintilleux) et étang David (Saint-Just-Saint-Rambert). Ce site est remarquable pour la faune et la flore des étangs et grèves, mais aussi pour les oiseaux qu'il héberge. Il abrite également une plante au niveau européen, la Caldésie à feuilles de Parnassie, présente seulement sur deux sites en Rhône-Alpes. Les enjeux de gestion des étangs du Forez sont la préservation d'oiseaux et de la flore, en lien avec le maintien des pratiques traditionnelles de pêche et de chasse.

 

Arthun 

Photo : Arthun

 

Le site Natura 2000 « Milieux aquatiques et alluviaux de la Loire »

D'une superficie de 2200 hectares cet espace a été déclaré Site d'Intérêt Communautaire au titre de la Directive Habitats en 2003. Il traverse une grande partie du département de la Loire, depuis le barrage de Grangent, qui délimite les Gorges de la Loire en amont, jusqu'au département de Saône-et-Loire. Les milieux hébergés par ce site Natura 2000 sont caractéristiques des grands cours d'eau, avec une mosaïque d'habitats alluviaux allant des habitats aquatiques aux boisements en passant par les pelouses et les prairies. Le fleuve est important pour de nombreuses activités humaines : agriculture, alimentation en eau potable, tourisme. Il avait fait l'objet autrefois d'une forte exploitation pour l'extraction de granulats. Les enjeux de gestion liés à ce site sont la préservation d'habitats (milieux aquatiques et humides, pelouses sèches, prairies, boisements) et de certaines espèces, ainsi que la préservation et la restauration de l'hydrosystème fluvial.

La Loire
Photo : La Loire - Montrond-les-Bains

 

Le site Natura 2000 « Lignon, Anzon, Vizézy et leurs affluents »

Ce site occupe une superficie de 730 hectares et comprend environ 562 km de cours d'eau. 9 sortes d'habitats et 16 espèces d'intérêt communautaire y ont été recensés. La forêt alluviale en plaine et la ripisylve le long des petits cours d'eau constituent le principal habitat du site,  qui comprend aussi des milieux aquatiques et humides (cours d'eau, grèves, îles, annexes alluviales, mares) et des milieux ouverts (pelouses, prairies et mégaphorbiaies). Les enjeux identifiés sont la préservation d'espèces (poissons notamment) et d'habitats (berges et milieux connexes) et gestion des crues.

Cuzieu

Photo : Cuzieu


1571144443 Logo Europe sengage FEADER-2017-Quadri  LOGO MTE

Ces actions sont cofinancées par l’UNION EUROPÉENNE dans le cadre du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER).

Les outils de gestion et leur évaluation

Les actions prévues dans les documents d'objectif Natura 2000 sont mises en œuvre aussi bien avec des outils spécifiques à ce programme (contrats Natura 2000 et chartes Natura 2000) qu'avec des outils relevant d'autres politiques, comme la Politique agricole commune (mesures agro-environnementales territorialisées), la politique liée à l'eau (mesures du SAGE, contrats de rivière...) ou encore la politique d'Espaces naturels sensibles (ENS) menée par le Département (programme Étangs de la Loire).

Le projet agro-environnementale et climatique plaine du Forez

Les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) rémunèrent les agriculteurs qui s'engagent à respecter certaines pratiques en faveur de la biodiversité. Les surcoûts induits par ces changements de pratique (retard de fauche, limitation de fertilisation, etc.) sont compensés par une aide financière (rémunération annuelle par hectare engagé).

Le programme « Étangs de la Loire »

Dans le cadre de sa politique d’Espaces naturels sensibles, le Département de la Loire conduit un programme « Étangs de la Loire », inscrit dans le document d'objectif Natura 2000 « plaine du Forez » comme étant le dispositif opérationnel de préservation des étangs. L'opération est réalisée en collaboration avec le syndicat des propriétaires d’étangs et la fédération départementale des chasseurs de la Loire. Le maintien des activités traditionnelles de pisciculture et de chasse confère un intérêt économique permettant à leurs propriétaires de poursuivre l'entretien des étangs. Le programme a pour objectif la préservation et l'amélioration de la qualité patrimoniale de ces espaces à travers des actions d'aide à l'entretien et à l'aménagement des étangs, d'amélioration des connaissances de ces écosystèmes et de sensibilisation des propriétaires à des modes de gestion conservatoire.

 

Charte Natura 2000

Cette charte est un outil contractuel qui permet de pérenniser de bonnes pratiques de gestion. Elle contient des engagements de gestion courante spécifiques à chacun des grands types de milieux présents dans les parcelles engagées, en vue de la conservation des espèces et des habitats présents sur le site Natura 2000.

 

Contrat Natura 2000 forestier et non agricole - non forestier

Les contrats Natura 2000 sont des outils de mise en œuvre d'actions inscrites au document d'objectifs sur des milieux naturels autres qu'agricoles.

Photo : Mably

 

Fonds européens pour la pêche (FEP)

Les pisciculteurs peuvent bénéficier du soutien financier direct de l'Europe à travers ce fonds dédié. Pour Natura 2000, il est utilisable à travers certaines mesures du programme opérationnel du FEP : les mesures aqua-environnementales. Celles-ci n'ont pas été mises en œuvre sur la plaine du Forez. Le FEP, en cofinancement avec des crédits locaux, peut également soutenir des aménagements et l'achat de matériels dans le cadre d'investissements productifs.

 

Outils de la politique de l'eau

La gestion des cours d'eau s'exerce en France dans le cadre de l'application de la directive cadre sur l'eau, à travers différents outils stratégiques (SDAGE, SAGE...) et la mise en œuvre de contrats de rivières mobilisant des fonds des agences de l'eau, des Régions et des Départements. 

Plus d'infos sur l'eau

Gouvernance et partenariats

Plaine du Forez De nombreuses procédures sont à l’œuvre sur ce territoire et de nouveaux modes de gouvernance ont été imaginés afin d'aboutir à d'avantage de cohérence et de synergie dans les actions menées par les différents partenaires.

Les différents comités chargés du suivi et du pilotage des procédures Natura 2000, des Mesures Agro-Environnementales et du programme Étangs de la Loire ont amélioré leurs convergences en fusionnant ou en désignant des membres communs. Les instances de concertation sont les suivantes :

 

  • le comité de coordination technique MAET qui suit la mise en œuvre du programme agro-environnemental sur la plaine du Forez,
  • le comité étangs qui suit la mise en œuvre du Document d'Objectifs « Étangs du Forez » et la mise en œuvre du programme « Étangs de la Loire » sur l’ensemble du département,
  • le comité scientifique qui valide le suivi scientifique à mettre en place pour évaluer les actions entreprises dans le cadre des deux Documents d'Objectifs  (Plaine du Forez et Étangs du Forez) et du programme «Étangs de la Loire »,
  • le comité de pilotage ZPS « Plaine du Forez » qui suit la mise en œuvre du Document d'Objectifs « Plaine du Forez » et coordonne l’ensemble des procédures.

 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :