facebook-logotwitter-logorss-logoinstagram

LE METIER D’ASSISTANT FAMILIAL

Devenir assistant familial

L’assistant familial reçoit à son domicile un ou plusieurs enfants placés dans le cadre de la protection de l’enfance.

Ce métier vous intéresse ? Avant de vous engager dans cette voie, il peut être utile de vous poser quelques bonnes questions.

Cinq questions à se poser :

  1. Mon entourage (conjoint, enfants…) est-il prêt à accepter les implications de ce métier ?
  2. Suis-je assez disponible pour m’occuper d’un enfant placé sachant, par exemple, que la profession d’assistant familial entraîne de fréquents déplacements ?
  3. Suis-je prêt(e) à faire face à des situations imprévues ?
  4. Suis-je capable de me remettre en question, d’accepter d’autres avis que le mien, car on n’élève pas un enfant « confié » comme ses propres enfants ?
  5. Suis-je disposé(e) à accueillir un enfant pour l’aider à grandir, tout en sachant que l’intérêt de cet enfant est de retourner un jour dans sa famille ?

 

Un agrément à obtenir


Vous avez répondu « oui » aux cinq questions ci-dessus ?

Si vous souhaitez vous renseigner davantage sur le métier, vous devez contacter le service départemental de PMI, Protection Maternelle et Infantile, du Département de la Loire.

 

Vous serez alors convié(e) à une réunion d’information où différents professionnels de l'accueil familial vous présenteront le métier d'assistant familal.

Vous pourrez ensuite retirer un dossier de candidature.

À l’issue du dépôt de ce dossier, le Département de la Loire dispose d’un délai de quatre mois pour accorder ou non l’agrément, en fonction de plusieurs critères établis par la loi du 27 juin 2005.

L’attribution de l’agrément repose à la fois sur des critères matériels
(capacité d’accueil du logement, absence d’élément de danger pour l’enfant…), mais aussi sur une enquête sociale et psychologique menée par les services sociaux du Département.
Une fois agréé, l’assistant familial recherche un employeur : il peut postuler auprès du Département de la Loire, mais aussi auprès d’autres Départements ou services spécialisés.


Un métier qui engage toute la famille

Si, au sein d’une famille d’accueil, une seule personne est assistant(e) familial(e), la fonction d’accueillir un enfant engage bien évidemment tous les membres de la famille d’accueil au quotidien, enfants comme adultes.

L’arrivée d’un enfant va en effet provoquer, dans la famille entière et dans les relations entre les membres de celle-ci, des bouleversements, des réaménagements, des réajustements…
En s’engageant dans ce métier, il est capital que l’ensemble des membres de la famille en ait conscience, sachant que personne ne peut prédire à l’avance ce que va provoquer l’accueil d’un enfant.

La discussion avec les membres de votre famille et leur adhésion à ce projet sont indispensables. L’engagement de votre conjoint constitue une condition préalable pour exercer cette fonction.

L’adhésion de vos enfants est beaucoup plus complexe. Il est impossible pour eux d’imaginer les difficultés et la souffrance d’un enfant, et de se projeter dans son accueil.

Être famille d’accueil, c’est concilier vie professionnelle et vie familiale sur un même lieu, celui de l’espace intime et privé. Cela dépasse bien largement le partage de son toit, de sa table….


TÉMOIGNAGES

Catherine, Marie-Jo et Gilles font partie des 480 assistants familiaux salariés du Département de la Loire.

Catherine, 43 ans - agricultrice et assistante familiale

« Avant de devenir assistante familiale, j’avais déjà accueilli bénévolement des enfants pendant les vacances pour le Secours Catholique. Seulement, c’était très court ; j’avais envie de m’investir davantage et d’accompagner un enfant à grandir. Je suis agricultrice et moi-même maman de quatre enfants. Ma petite dernière avait déjà 6 ans et je me suis dit que je pouvais réussir à tout concilier ! J’ai obtenu mon agrément en 2006 et une petite fille est arrivée chez nous en janvier 2007. Elle avait 3 ans. Depuis, tout se passe bien. Franchement, c’est un beau métier, qui nous amène à porter un autre regard sur les enfants, y compris sur les siens. On se rend compte qu’on a de la chance d’avoir une famille unie. »

Marie-Jo, 48 ans - assistante familiale

« Durant 15 ans, j’ai été commerçante en région parisienne puis, nous avons décidé avec mon mari de déménager pour nous installer à la campagne. Nous avons complètement changé de vie mais, lorsque j’étais commerçante, j’ai aidé à plusieurs reprises des jeunes en difficulté que j’ai pris en stage et formés. J’ai toujours eu besoin d’aider les autres ! C’est ce qui m’a donné l’idée de faire ce métier. J’ai obtenu mon agrément en 2005 et nous avons d’abord accueilli une petite fille de 14 mois. Depuis 15 mois, nous accueillons aussi un petit garçon, qui n’avait qu’1 mois lorsqu’il est arrivé chez nous. Il pleurait toutes les nuits, refusait de s’alimenter, ça a vraiment été difficile. C’est un métier formidable et valorisant car on a l’impression de faire quelque chose de bien, mais il ne faut pas se laisser déstabiliser et savoir demander de l’aide si besoin. »

Gilles, 48 ans - assistant familial

« J’ai demandé mon agrément il y a cinq ans, suite à plusieurs expériences professionnelles très différentes. Ma femme exerce elle aussi cette profession depuis neuf ans, et nous accueillons aujourd’hui trois enfants, dont une petite fille de 5 ans polyhandicapée. Devenir assistant familial a fait remonter plein de choses en moi, car j’ai moi-même vécu une enfance difficile, connu l’échec scolaire même si je n’ai jamais été en famille d’accueil. Je me sens "en phase" avec ces enfants, et je suis fier aujourd’hui de pouvoir les aider, même si cela réclame un engagement important. Accueillir un enfant handicapé est notamment une mission compliquée, mais nous ne regrettons pas d’avoir dit "oui" ! Le fait d’exercer en couple ? Au début, il a fallu que je "trouve mes marques" à la maison. Aujourd’hui, je m’épanouis complètement dans ce métier. »



Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :
Actualités
ALIMENTATION
Consommation de lait cru : rappel des précautions à prendre

Les autorités sanitaires recommandent aux populations fragiles de ne pas consommer de lait cru ni de fromages au lait cru. Ces préconisations concernent les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ainsi que les personnes immunodéprimées, c'est-à-dire les personnes déjà malades, très fatiguées, voire hospitalisées.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de "cookies" et autres traceurs. En savoir +