[INITIATIVE] - Une vie croquée à pleines dents

À tout juste 11 ans, Mathéo Adam ne sait plus où donner de la tête. Sport, sciences, théâtre... ce jeune de l'aide sociale à l'enfance (ASE) est à la fois fougueux et ambitieux.

Il sait très bien d’où il vient. Mais Mathéo n’est pas du genre à se démonter. Plutôt à se construire. Il a été placé, âgé de 3 semaines, à Ambierle par l’Aide sociale à l’enfance (ASE) du Département chez les Moreau, famille d’accueil devenue famille tout court : « J’ai la chance d’avoir quatre frères et soeurs », dit-il pour parler à la fois des filles des Moreau et des deux autres garçons de 6 et 16 ans placés comme lui. Parfois, « oui, c’est compliqué mais j’ai tout pour être heureux », explique-t-il avec un aplomb naturel. Pas timide Mathéo, malgré ses 11 ans ! Mais avec respect, sans se prendre pour un autre. Il brille pourtant dans tout ce qu’il fait. « On va dire que je mets la barre un peu haut », hésite-t-il à confier.

« Mais moi, je voudrais devenir astrophysicien. »

Il y a l’école et le collège qui pointent le bout de leurs nez, une petite appréhension avec. Mais il y a aussi tous les « à-côtés »… Et comme il dit, « Par où commencer ? »

Éleveur de blob

Par le sport déjà, où en bon ressortissant du Roannais, il s’est essayé au basket 3 ans durant. « J’adorais mais un peu trop répétitif. Et puis j’ai découvert le golf : jamais deux fois la même situation. » Fin mai, Mathéo a ainsi fini 2e d’une compétition régionale. Des répétitions cependant, le futur collégien en fait toujours via Familles rurales et le théâtre du village. Là aussi, il « adore ». Tout comme son mandat de conseiller municipal jeune, histoire de faire son trou dans la cité. Il y a, enfin, sa sélection à « Élève ton blob ». Une expérience chapeautée par le Centre national d'études spatiales qui cherche à en savoir plus sur cette mystérieuse espèce unicellulaire immortelle en la faisant élever par des volontaires. Physarum polycephalum de son nom latin, n’est « ni un animal, ni une plante, ni un champignon », définit Mathéo. Rien à ajouter ? « Je crois que c’est tout. » C’est déjà pas mal.

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :