[À VOS CÔTÉS] Dans les coulisses de la MAGE

Nom de code : la MAGE, pour « Mission d’assistance à la gestion de l’eau ». Son rôle ? Apporter une assistance technique aux collectivités compétentes dans le domaine de l’eau. Nous avons suivi deux techniciens de ce service du Département. Reportage.

Mercredi 31 mars, station de traitement des eaux usées de Saint-Sauveur-en rue. Cette installation récente a été mise en service fin 2018. Elle offre une dépollution par filtre planté de roseaux. « Il s’agit d’un des modes épuratoires les plus utilisés par les petites communes de la Loire pour son aspect rustique. L’eau est prétraitée avec différents ouvrages, comme un dégrillage et un dessablage, et est filtrée à travers des massifs plantés de roseaux. » Le mercure affiche plus de 20°C, une météo exceptionnelle pour un début de printemps. Nous avons rendez-vous avec Mélanie et Justin, deux techniciens de la MAGE pour un bilan 24 h. « Le but est d'analyser le fonctionnement », explique Mélanie. « Nous disposons des équipements en entrée et en sortie de station histoire pour vérifier sa capacité de traitement. » Le binôme installe des débitmètres et préleveurs et les relèvera le lendemain à la même heure. « Nous laissons nos mesures tourner une journée et une nuit complètes. Nous prélevons des échantillons et envoyons le tout au laboratoire. Ensuite nous analysons les résultats sur la gestion des eaux usées. »

UN RÔLE DE CONSEILS

Le duo rencontre Michel, agent de la commune. Il vient de nettoyer le canal d’évacuation, un endroit clé où les eaux usées, une fois dépolluées, sont rejetées dans la rivière, la Deome. « On explique aux agents les tâches de nettoyage afin qu’ils en comprennent le sens », expose Mélanie. « Nous les assistons aussi en matière de sécurité en les sensibilisant par exemple au port des gants pour les préserver des dangers biologiques et bactériologiques. » Un accompagnement dont se réjouit Michel : « C’est beaucoup plus simple de travailler sur cette station que la précédente, à boues activées. Ils sont toujours là lorsqu’on a besoin de leurs conseils. Grâce à eux, quatre moutons viennent nous aider pour désherber, ce qu'on faisait auparavant à la tondeuse ou au rotofil. » Justin fait le tour des ouvrages et prend des notes. « J’ai observé la présence de quelques dépôts de graisse. Il pourrait être bien d'envisager un nettoyage du poste pour préserver le fonctionnement des pompes. » Le débit, lui est parfaitement normal, les résultats des analyses le confirmeront 15 jours plus tard. Avant de partir, nous marquons un arrêt devant les pipes d’alimentation, là où l’eau arrive avant d’être nettoyée. On peut y percevoir des lingettes en grand nombre. « Le système d'assainissement n'a pas vocation à traiter les déchets solides », regrette Justin. « Les lingettes engendrent de gros problèmes dans les stations d'épuration. Il suffit de jeter les déchets à la poubelle. »

 

La filière des filtres plantés de roseaux 

4 20160607 114941-01

Le traitement des eaux usées n’a pas vocation à rendre l’eau potable mais à traiter la pollution. Par leurs racines, les roseaux servent de support aux bactéries épuratrices présentes dans les deux étages de massifs qui filtrent les déchets. Une fois la pollution dégradée, l’eau est rejetée en milieu naturel.
L’assistance technique de la MAGE aide à améliorer les performances des stations. Elle est formalisée à travers une convention rémunérée et bénéficie du soutien financier du Département et de l’Agence de l’eau.

Christiane Jodar

"La préservation des ressources en eau est un enjeu majeur pour les années à venir. L’assistance technique proposée par la MAGE, en application de la loi NOTRe, y contribue aux côtés des collectivités."
 
 
Christiane JODAR
Vice-présidente chargée de l’eau et de l’assainissement
Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :