ERRATUM
Loire Magazine n°149

6 M€

C’est le montant investi par le groupe textile Neyret, dont 800 000 euros financés par le Plan France Relance, pour accélérer sa mue technologique.

[À VOS CÔTÉS] UNE PARENTHÈSE ENCHANTÉE

1,2 million de Français sont atteints de la maladie d’Alzheimer*. Un quotidien pas toujours simple à gérer pour les malades mais aussi leurs proches. Chaque mois, à Saint-Bonnet-le-Château, l’Entract’mémoire leur offre une petite pause. Découverte en musique.

Lundi, 14 h 30. Début de l’automne ; le soleil brille. Josette et Yves arrivent sur le parvis du café L’Entracte, à Saint-Bonnet-le-Château. Pass sanitaire de rigueur. Ils descendent à l’étage inférieur le sourire aux lèvres après avoir salué le patron des lieux. Un rendez-vous qu’ils ne manqueraient pour rien au monde, encore plus avec les rencontres annulées ces derniers mois en raison de la crise sanitaire. « Le projet, c’est de permettre à des malades d’Alzheimer ou maladies apparentées et leurs aidants, bien souvent leur conjoint, de trouver un espace convivial de détente, de répit », explique Laurence Leydier, assistante sociale autonomie au Département de la Loire. « Nous leur proposons des petites activités qui stimulent leur mémoire dans un lieu qui n’est pas stigmatisant. »

LA MÉMOIRE QUI FLANCHE
Josette et Yves posent leurs vestes et s’avancent vers les autres participants. Ils s’installent à table. Marie, une des bénévoles, prend leur commande. « Ce café-restaurant nous prête gracieusement ses locaux », apprécie Laurence Leydier. « Nous accueillons les participants jusqu’à 15 h. Nous leur proposons une boisson, à leur charge. L’Entract’mémoire est, lui, complètement gratuit : les intervenants sont financés par le Département. » Aujourd’hui, au programme, musique d’autrefois avec Renée, musicothérapeute. « Je viens pour interpréter des chansons qu’ils ont connues dans leur jeunesse et nous faisons travailler ensemble leur mémoire. Je leur distribue une feuille avec les paroles pour qu’ils puissent suivre pendant que j’interprète. »


LE TEMPS DU BONHEUR
Les premières notes de musique résonnent. « J’irai bien refaire un tour du côté de chez Swann », entonne Renée, bientôt suivie par l’assemblée, tout d’abord un peu timide. « Alors vous vous souvenez qui est l’artiste qui la chante ? » Une voix s’élève : « C’est Dave ! » Les airs d’autrefois s’enchaînent. Peu à peu, les sourires se lisent sur les visages et les langues se délient. « C’est un moment de détente, nous apprécions les gens qui viennent », se réjouit Josette. « Cela nous apporte un peu de gaieté, du temps qui passe sans le souci de la maladie. » 16 h : « L’Amérique » de Joe Dassin résonne. Un couple se laisse aller à quelques pas de danse parfaitement maîtrisés et savoure l’instant présent. Renée donne de la voix. Entre un « Coeur de rockeur » et un « Mamy Blue », il est l’heure d’écouter Serge Lama et ses « P’tites femmes de Pigalle ». Oubliée la maladie ! Face à nous, de larges sourires et des éclats de voix qui sont maintenant bien affirmés. « J’suis content, j’suis content, j’suis content. »

* Source : Santé publique France 2019.

mceclip1 - 2021-12-17 15h54m34s

Christiane Jodar

"En matière d’autonomie, la prévention est essentielle. Le Département met tout en œuvre pour soutenir les aidants. Les travailleurs sociaux ont entre autres pour mission de repérer les besoins des binômes aidants-aidés et de les orienter vers des dispositifs adaptés comme l’Entract’mémoire."
 
Annick BRUNEL
Conseillère départementale spéciale auprès du président chargée de l’autonomie

+ D’INFOS

www.loire.fr/MLA
Saint-Étienne : 04 77 49 91 91
Saint-Chamond : 04 77 29 27 58
Montbrison : 04 77 96 55 69
Roanne : 04 77 23 83 83

 

Crédits photos : Julien Cousin

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :