Tribunes libres - avril 2022

Les podcasts de l'article

Version sonore de l'article pour les personnes malvoyantes

GROUPE UNION POUR LA LOIRE

DÉBAT D’ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES :
LA LOIRE INVESTIT POUR L’AVENIR

Préparer l’avenir tout en préservant le présent, voilà le crédo de la majorité départementale, illustré par l’adoption des orientations budgétaires 2022.

Moment clef pour notre Collectivité, les orientations budgétaires permettent d’élaborer les choix stratégiques que nous voulons prendre pour la vitalité de notre département.

Nous nous sommes fixés des exigences claires : une gestion rigoureuse et respectueuse des deniers publics, une vision qui prépare l’avenir et protège les plus modestes.

Après les périodes d’incertitudes liées à la crise sanitaire, nous faisons le choix d’un investissement soutenu tout en restant vigilants sur une situation fragile, notamment pour les départements qui ont perdu leur autonomie fiscale et se retrouvent donc sous « tutelle » de l’État.

87,5 millions d’euros d’investissement : la Loire, un Département aménageur

Pour la deuxième année consécutive, le budget consacré aux investissements est très important. Porté à 87,5 millions d’euros, dont 30 millions d’aides aux tiers, nous aidons de la plus petite commune à la plus grande, et nous participons activement à la relance de l’économie par l’investissement. En réalisant ou en aidant à réaliser des travaux structurants, nous faisons travailler les entreprises en rendant notre territoire plus attractif.

Autre investissement important, celui en direction des associations. Nous avons toujours aidé les associations locales car nous sommes convaincus de leur utilité culturelle, sportive, sociale et d’animation. Durement touchées ces derniers mois, nous avons décidé d’augmenter l’enveloppe dédiée aux associations de près de 14 %, soit 833 393 € au total.

Désendettement et solidarités : la Loire, un Département protecteur

Nos orientations budgétaires prévoient un désendettement à hauteur de 25,9 millions d’euros. Cet acte fort nous permet de retrouver notre niveau d’endettement de 2009. En responsabilité assumée, nous ne voulons pas laisser à nos enfants, le poids d’un endettement non maîtrisé. Nous contenons nos dépenses de fonctionnement car nous voulons qu’un euro dépensé soit un euro utile pour les Ligériens.

Le Département contribue pleinement au fonctionnement de notre Service Départemental d’Incendie et de Secours et des 72 centres répartis sur l’ensemble du territoire. Sa mission de protection des biens et des personnes est essentielle pour le bien-être et la sécurité des Ligériens.

Enfin, et parce que les solidarités humaines sont au coeur de nos missions et de notre ADN, nous programmons un budget de 478 millions d’euros pour le social. Malgré une compensation de l’État de seulement 42 % quand elle devrait être intégrale, nous nous employons année après année, à lutter contre la précarité et à aider les plus fragiles.

 

Le groupe majoritaire de la droite, du centre et des indépendants

Canton d’Andrézieux-Bouthéon - Michèle Maras / Sylvain Dardoullier
Canton de Boën-sur-Lignon - Chantal Brosse
Canton de Charlieu - Clotilde Robin / Jérémie Lacroix
Canton Le Coteau - Véronique Chaverot / Daniel Fréchet
Canton de Feurs - Marianne Darfeuille / Pierre Véricel
Canton de Montbrison - Annick Brunel / Jean-Yves Bonnefoy
Canton Le Pilat - Valérie Peysselon / Georges Bonnard
Canton de Rive-de-Gier - Séverine Reynaud / Jean-Claude Charvin
Canton de Saint-Chamond - Solange Berlier / Hervé Reynaud
Canton de Saint-Étienne 1 - Fabienne Perrin / Georges Ziegler
Canton de Saint-Étienne 2 - Alexandra Ribeiro Custodio / Jean-François Barnier
Canton de Saint-Étienne 4 - Christiane Jodar / Paul Celle
Canton de Saint-Just Saint-Rambert - Colette Ferrand / Alain Laurendon
Canton de Sorbiers - Corinne Besson-Fayolle / Yves Partrat

GROUPE LOIRE EN COMMUN

AESH, POUR L’INCLUSION SCOLAIRE

Parents et enseignants reconnaissent le rôle primordial des Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap (AESH) auprès des enfants porteurs de handicap. À la rentrée 2021, 400 000 enfants connaissent l’inclusion scolaire avec le soutien de 125 000 AESH. Pourtant, cette année encore, la situation des personnels et les moyens alloués ne concrétisent pas la priorité du gouvernement. En octobre dernier, la mobilisation des AESH a dénoncé à nouveau des conditions de travail inacceptables : un salaire et un statut qui ne traduisent pas l’investissement et le dévouement des personnels, une organisation mutualisée (PIAL) qui réduit la prise en charge des élèves et aggrave les conditions de travail.

Aujourd’hui, des mesures urgentes en faveur des AESH sont attendues pour respecter les attentes des familles et réussir l’accueil et la scolarité des enfants.

Nous affirmons la nécessité de donner une véritable sécurité professionnelle aux personnels en recrutant dans le cadre de CDI (actuellement deux CDD de trois ans sont nécessaires pour espérer un hypothétique CDI). Le métier doit être reconnu : les accompagnants doivent bénéficier d’une formation spécifique renforcée par une formation continue. La question du salaire est au coeur de cette reconnaissance : majoritairement employés sur des contrats à temps partiel, les AESH perçoivent un salaire moyen de 800 euros les laissant en-dessous du seuil de pauvreté (62 % de contrats de 24h par semaine, rémunérés 750 euros). La revalorisation salariale doit répondre à l’enjeu que représente l’inclusion des enfants dans le respect des besoins des familles.

En novembre dernier, le Ministre de l’Éducation nationale a reconnu les faiblesses du dispositif. Il est temps d’apporter aux accompagnants une réelle sécurité de l’emploi et de reconnaitre leur engagement comme l’un des piliers de l’inclusion scolaire.

 

Groupe « Loire en commun »

Canton Roanne 1 :
Brigitte Dumoulin / Jean-Jacques Ladet
Canton Saint-Étienne 3 :
Arlette Bernard / Pierrick Courbon
Canton Saint-Étienne 5 :
Marie-Michelle Vialleton / Régis Juanico

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :