[INTERVIEW] Don du sang : la générosité, c'est la fidélité

En prélude à la Journée mondiale des donneurs de sang le 14 juin, rencontre avec le Dr. Alain Lefebvre, responsable de la Maison du don à Saint-Étienne.

Écouter cet article

 Retrouvez tous les articles du Loire magazine 156 - mai-juin 2023 en version audio dans la bibliothèque de podcasts.
Ce contenu vous est proposé en lien avec l'association "Donne-moi tes yeux".

À quoi sert de donner encore son sang alors que les progrès médicaux semblent infinis et que l'on parle de sang de synthèse ?

Effectivement, des recherches sont en cours et nous espérons qu’elles aboutiront, mais quand ? Rien ne remplace le sang humain, c’est un liquide  vivant qui irrigue, oxygène et nourrit tous les organes. Un million de personnes dépendent des produits sanguins pour vivre, soit à l’occasion d’accidents (hémorragie), soit pour des maladies. Et des milliers de patients sont dits polytransfusés, ils en ont besoin au quotidien pour vivre.

Qui sont les donneurs ? Ceux d’aujourd’hui sont-ils différents d’avant ?

Les gens sont apparemment généreux puisque 90 % se déclarent prêts à donner ! Dans la réalité, seulement 4 % donnent régulièrement : 1,8 don  par an et par personne. Ce sont eux qui font vivre la filière. Pourtant, tout le monde peut donner : dès l’âge de 18 ans et jusqu’à 70 ans inclus, ça fait quand même une bonne carrière de donneur ! Et recommencer tous les deux mois : jusqu'à six fois pour les hommes et quatre fois pour les femmes. Il faut être en bonne santé mais très peu de médicaments contre-indiquent au don de sang. Ainsi, les hypertendus équilibrés sont les bienvenus.

 

Seulement 4 % d’entre nous donnent régulièrement.

 

Est-on généreux dans la Loire ?

Oui, c’est connu, la Loire est très généreuse. Elle alimente souvent les départements et les régions voisins en cas de difficulté. On constate pourtant, comme ailleurs, une baisse des dons en milieu rural. C’était auparavant notre « grenier », ceux qui nous permettaient de constituer nos réserves.

Y a-t-il de nouvelles maladies ou des problèmes récents qui nécessitent des dons ? 

On sait bien respecter la compatibilité des groupes A,B,O et le rhésus, mais les globules rouges peuvent aussi présenter des caractéristiques particulières plus fréquentes dans certaines populations . C’est le problème ici des « sangs rares ». Il existe par exemple un groupe qui s’appelle « Bombay » et ne concerne qu’une personne sur un million. Toutes les personnes aux sangs rares doivent être sensibilisées et davantage donner.

Comment se déroule concrètement un don ?

C’est indolore, convivial et on est bien accueilli. Le parcours dure à peu près trois-quart d’heure, le temps de voir le médecin, d’être prélevé durant cinq à sept minutes et de prendre une légère collation. Il y a des collectes partout mais on peut venir sur site, près de la gare de Châteaucreux, même sans rendez-vous… avec le sourire.

 

+ D'INFOS

Maison du don
6 rue Jacques Constant Milleret
42000 Saint-Étienne

dondesang.efs.sante.fr

Logo TL7Visionner l'émission consacrée à Loire Magazine en partenariat avec TL7 

TL7 sur votre box : TNT 31 - Orange et Free 30 - SFR 478 - Bouygues 314 - Sosh et Nordnet 384

 

Version imprimable - Nouvelle fenêtre Envoyer à un ami Haut de page :